C. Sutton, banc de sable, pastel à l’huile sur zinc. 2009

Le travail abstrait de C. Sutton est toujours inspiré de ses expériences sensibles. «  Mon paysage est comme une vision, un aperçu, un mémoire, une émotion. Je traduis ce que je vois et ce que je ressens avec ma panoplie d’expériences vécues et de matériaux divers comme le pastel à l’huile, le goudron, le graphite, les encres et infographies sur zinc, le papier, le plastique… »

Son travail au crayon graphite est en relation avec les paysages de mines et terrils d’Angleterre, son pays d’origine.

Les mercredi, vendredi, samedi et dimanche, de 14 h à 18 h

Maison Prébendale, rue de la Rive, 29250  Saint-Pol-de-Léon. Tél. 02 98 69 01 69.

Chaque année (scolaire), la galerie Albert Bourgeois choisit un thème pour ses expositions : pour 2017-2018, sur la base des rapports entre l’art et la musique, elle expose des artistes sonores qui donnent à voir la production du son, lui donnent une dimension plastique. L’art sonore prend des formes variées : sculptures, installations, papiers peints musicaux, dispositifs audiovisuels, voire un aspect de performance quand s’y ajoute un événement musical en direct.

L’exposition collective présente des œuvres de Dominique Blais, Julien Discrit, Angélique Lecaille, Tomoko Sauvage ,  en co-production avec le Bon Accueil, lieu d’art sonore à Rennes. Elle est inspirée du roman de science-fiction de l’américain Théodore Sturgeon et du site de l’ancienne verrerie – cristallerie de Fougères.

Du mercredi au samedi de 14h à 18h.

Galerie Albert Bourgeois, Couvent des Urbanistes, 25 rue de la caserne, 35300 Fougères. Tél. 02 99 94 11 13. galerie@fougeres-agglo.bz

La galerie est membre du réseau Art Contemporain en Bretagne (ACB).

 

Cette exposition – collective – est centrée sur les relations entre musique et arts plastiques. Elles présentent les diverses façons de relier ces deux domaines par une sélection d’œuvres – tableaux, papiers, livres – signées d’une vingtaine de peintres (Buraglio, Pourcher, Riegl, Humair, Cage…). Elles sont issues de la collection ou du travail de Thierry Le Saec, peintre et graveur, et de Jean-Yves Bosseur, compositeur contemporain. L’exposition doit son titre à l’un des derniers livres d’artiste réalisé par T. Le Saec, fruit d’une collaboration à trois avec Robert Christien, plasticien, et Jean-Yves Bosseur.

Du 15 janvier au 2 février; du lundi au jeudi de 15h à 18h30, le vendredi de 15h à 17h.
Les Abords, rez-de-chaussée de la faculté Victor, Segalen, 20 rue Duquesne, Brest. Tél. 02 98 01 63 67

T. Le Saec expose également ses peintures au centre André Malraux à Douarnenez, du 27 janvier au 25 mars.

Vernissage le vendredi 26 à 18h. Rencontre avec l’artiste le samedi 27, à 15h. Centre André Malraux, 88 rue Louis Pasteur 29100 Douarnenez. Tél : 02 98 92 92 32.

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h.

C. Durand, Le Bon Motif, détail de l’installation, 2018.

L’exposition présente les installations de deux artistes dont l’univers est, contrairement à ce que laisse penser le titre, centré sur le papier peint et son détournement.

Clémentine Carsberg nous propose de nous en amuser avec des installations, des sculptures, des collages encadrés. Elle joue avec le trompe l’œil, sans jamais le cacher totalement : faux mur en pierres, à l’intérieur ou dans la rue, fausse entrée de garage, fausse colonnes d’architecture…

Le travail de Charlotte Durand est méticuleux ; elle découpe, superpose, tamponne ; elle crée des reliefs subtils, de légers décalages, ses interventions sont souvent discrètes par rapport à leur environnement. Fidèle à « l’esprit » du papier peint, ses installations investissent les surface planes et développe le thème de la répétition.

du 13 janvier au 21 février 2018. Vernissage le vendredi 2 février à 19h.

Le Volume, avenue de la Chalotais, 35770 Vern-sur-Seiche.

La peinture abstraite de G. Moschini est faite  d’un seul motif, deux rectangles légèrement décalés l’un par rapport à l’autre, l’un ascendant, l’autre descendant  que le peintre décline à l’infini. Certains tableaux sont visiblement tracés d’un coup de brosse, sans remord, sans retour. La peinture n’est pas rigoureusement géométrique, ni froide. Dans ces variations  la couleur tient une grande place. On perçoit souvent le geste, le tracé à la main, et la trame colorée a toujours un « grain », une qualité propre. 

Du mardi au samedi, 14h – 19h. Galerie ONIRIS, 3 rue d’Antrain, 35700, Rennes.

Arthur Aillaud peint des hommes, des architectures, des paysages, statiques et toujours dans l’ambiguïté : entre peinture et photographie, dans une lumière incertaine entre chien et loup, entre plan et perspective. Sous de faux airs naturalistes, sa peinture suscite un monde étrange, légèrement surnaturel qui crée un décalage et et oblige le spectateur à se questionner. « Pour être juste, il faut créer un décalage entre la représentation et son objet et ne pas utiliser la couleur d’une façon qui soit trop littéralement descriptive » dit-il.

Cette exposition accompagne la commande annuelle d’estampe de la ville,  ayant pour thème Lorient, dont Arthur Aillaud est le 19e invité. L’œuvre, accompagnée d’un texte de l’artiste, sera dévoilée dans le cadre de l’exposition.
La galerie Le Fouëdic gérée par la mairie propose un large espace d’environ 375m2 constitué de trois salles.

Galerie du Faouëdic
Boulevard Général Leclerc, 56100 Lorient. Tél. 02 97 02 22 57. Du mercredi au dimanche : 14h-19h

Musée des Beaux-Arts de Quimper, jusqu’au 26 mars 2018 : André Marfaing. A ne pas manquer.

un artiste abstrait, qui goûte le blanc et le noir dont l’activité se situe essentiellement entre les années 50 et 80.

Tous les jours, sauf le mardi et le dimanche matin, de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30.

40, place Saint-Corentin, 29000 Quimper. Tél.:02 98 95 45 20.

Musée des Beaux-Arts de Rennes, jusqu’au 4 février : Julie Fortier.

Julie Fortier est jeune artiste contemporaine qui pratique performance, la vidéo, la photo et l’installation. Depuis peu elle a ajouté à son répertoire un travail avec les odeurs et la nourriture. Pour le patio du musée, Julie C. Fortier a réalisé deux installations.

Du mardi au vendredi : 10 h à 17 h, samedi et dimanche : 10 h à 18 h. Fermé le lundi et les jours fériés

20 quai Emile Zola, 35000 Rennes.

Musée des Beaux-Arts Nantes, jusqu’au 18 mars : Jean-Jacques Lebel.

J.-J. Lebel est un artiste polyvalent et subversif très actif dans les années 60, organisateurs de happenings, performances et actions diverses sur plusieurs continents, parallèlement à ses activités picturales, poétiques et politiques.

Tous les jours, de 11h à 19h, sauf le mardi. Ouverture en nocturne jusqu’à 21h, le jeudi.

10 rue Georges-Clemenceau, 44000 Nantes.

« Cette première exposition personnelle en France de l’artiste canadien Adam Basanta propose de découvrir une sélection d’installations visuelles et sonores basées sur des dispositifs techniques représentatifs de l’ère de la reproductibilité technique du son: enregistreur, microphone, haut-parleur. Le temps de l’exposition, voix se répétant à l’infini, chuintements et cliquetis, sons aériens composent une évocation aurale teintée de mélancolie de la société des médias basée sur l’enregistrement la reproduction et l’amplification de messages (sonores). » (site du Bon Accueil). Adam Basanta vit et travaille à Montréal. 

Du jeudi au samedi de 14h à 18h, le dimanche de 15h à 18h.

Le Bon Accueil, 74, canal Saint-Martin, 35700 Rennes. Tél. 09 53 84 45 42

Christian Tabuteaud, peintre abstrait, présente des œuvres réalisées entre 2012 et 2017. Cinquante au total. il a installé son atelier il y a quatre ans à Pleubian.

« Parmi ses sources d’inspirations, Christian Tabuteaud cite Antoni Tàpies, Picasso, Gerard Schneider. il utilise différents supports (bois, papier, toile…), matériaux (papiers déchirés, cartons, tissus…), et varie les techniques (peinture acrylique, vernis, feutres, fusains, collage, gravure et même brûlage). »

Chapelle des Ursulines, à Lannion, jusqu’au 20 janvier, du mardi au samedi de 14 h à 18 h, le jeudi et le samedi de 10 h à 12 h 30.

* source : Le Télégramme, Côtes-d’Armor, 1er nov. 2017

 

“Figuration libre” est le nom donné par le peintre Ben à la tendance de jeunes peintres français (Jean-Charles Blais, François Boisrond, Robert Combas, Hervé et Richard Di Rosa…) réunis en 1981 à l’occasion de l’exposition “Finir en beauté”. Le courant s’est très vite étendu à un niveau international. Leur travail, en lien avec la figuration mais de manière distanciée, est fortement imprégné par la culture populaire, la bande dessinée, la culture rock. Il se caractérise par des contrastes de couleur violents et crus ; le graphisme semble être le résultat d’une expression spontanée, immédiate, avec un recours fréquent à des matériaux de récupération (toiles, draps, cartons, dos d’affiche).

L’exposition rassemble environ 200 œuvres d’une cinquantaine d’artistes internationaux. Elles proviennent de musées internationaux, de grandes collections privées ou sont prêtées par les artistes eux-mêmes.

Jusqu’au 02 avril 2018.Ouvert tous les jours, de 10h à18h

FondsHélène&Edouard Leclerc, rue de la Fontaine Blanche, 29800 Landerneau. Tél. 02 29 62 47 78

Jean-Paul Thaéron_traversée d’une forêt

Jean-Paul Thaéron a accordé récemment un long interview à la webradio brestoise Oufipo, dans son atelier à Lanrivaoré (Nord-Ouest de Brest). Jean-Paul Thaéron, né à Douarnenez en 1953, a fait l’objet de nombreuses expositions. On peut voir un groupe de quatre de ses sculptures sur le parvis de la gare intitulé « Le Quadrille », deux autres à l’entrée de Lanrivoaré, et une sculpture « La Grande Jaune » dans un collège à Plouzané (à l’ouest de Brest).

Dans cet interview, l’artiste parle de ses débuts, des peintres qui ont compté pour lui. Son travail est toujours très coloré, y compris ses sculptures, parce que la couleur donne du sens, comme il l’explique dans l’entretien. Il évoque son besoin de travailler en deux temps complémentaires, un temps du geste, de l’impulsion et un autre où le travail est plus posé, plus réfléchi. Il produit toujours des séries, par la répétition, jamais identique, d’une forme ou d’un motif, dans le but de tester sa validité dans le temps. Si ses toiles ou ses sculptures sont inspirées par la nature, elles n’en sont pas une copie, transformées par son imaginaire personnel. J’essaie, dit-il, de traduire la permanence des formes naturelles par des moyens picturaux.

 Oufipo est une webradio créée en avril 2011, par l’association Longueur d’ondes, qui organise chaque année le festival de la radio et de l’écoute à Brest.
 

Marion Zylberman aime les phares et les lieux extrêmes. Elle expose au Vieux Phare de Penmarc’h (le bout sud du Finistère) un ensemble d’oeuvres intitulé « ERRANCES »  jusqu’au 11 mars 2018.

Adresse : le Vieux Phare de Penmarc’h rue des Naufragés du 23 mai 1925 – 29760 Penmarc’h.
Tour-tan kozh Penmarc’h – Straed Peñseidi an 23 a viz Mae 1925 – 29760 Penmarc’h.
Diskouezadeg digor eus ar 23 a viz Kerzu d’ar 11 a viz Meurzh 2018.

Le texte de l’association se suffit à lui-même : « Marre d’offrir du plastique ? Marre d’écumer les zones commerciales bondées le 23 décembre ? Marre des préfabriqués du marché de noël ? Marre des queues interminables pour faire faire vos paquets cadeaux ? Les moyens du bord offre un Petit Marché de Noël sympathique et solidaire (avec les artistes et l’association) où vous pourrez retrouver les œuvres d’artistes vivants, parfois locaux, le tout avec nos conseils et anecdotes ! plus des réductions exclusives sur les Editions des Moyens du bord ! » qui suggère également comme cadeau un abonnement d’un an à l’artothèque.

Suivez les conseils de l »association :« Soutenez les artistes tant qu’ils sont vivants, après ils n’en auront plus besoin et vous n’en aurez plus les moyens ».

Les Moyens du Bord
Manufacture des Tabacs – Cour des artistes – 41 quai du Léon 29600 Morlaix
Tél. 02 98 88 25 62. Ouvert du lundi au vendredi de 12h00 à 17h00