F. Dilasser procède fréquemment par un assemblage de modules, avec des allusions au damier ou au jeu de marelle, incluant parfois écritures imaginaires et graffitis, d’un trait souvent tremblé, hésitant, riche en vibrations, comme au bord de la disparition. Une partie importante de son œuvre conjugue les principes de la répétition et de la variation, créateurs de rythmes, mais jamais de manière mécanique.
Le vernissage a lieu le 8 juin à 18h30. Le vendredi 7 septembre à 18h30, Jean-Marc Huitorel, critique d’art, qui a écrit de nombreux articles et ouvrages à propos de l’art contemporain,  donnera une conférence dans le cadre de l’exposition.

Galerie Le Rohan, place Saint-Thomas, 29800 Landernau. Du 9 juin au 4 novembre. Tous les jours de 11h à 13h et de 14h à 19h.

Illustration : Le passage de la mer rouge, 1989-1990. Assemblage de 20 peintures, acrylique sur toile, 164 x 165 cm, collection de l’artiste. Photo : Didier Olivré. 

Regards de Marion Le Pennec sur la citadelle de Port-Louis, dans le cadre du 400e anniversaire de la citadelle.

Marion Le Pennec travaille essentiellement l’encre de chine. Invitée pendant six semaines, entre l’automne 2017 et le printemps 2018, par le musée national de la Marine à l’occasion des 400 ans de Port-Louis, elle a transcrit dans son travail un environnement brassé par les intempéries dans une lumière crue et puissante, le contraste entre la lumière de la mer et l’architecture presque « mathématique » des lieux. Elle s’est attardée sur l’histoire des 69 jeunes résistants torturés puis fusillés en 1944 au pied des remparts.

Les encres de Marion Le Pennec, Murmures de Pierre, sont présentées en 4 lieux de la Citadelle : l’entrée, la poudrière, le musée et le bunker et  « 4 siècles de fortification ».

Musée de la Marine, 4 siècles de fortifications,  du 1er juin -au 31 décembre 2018. Citadelle de Port-Louis, 56290 Port-Louis. Horaires d’ouverture, mai-août : tous les jours, 10h – 18h30. Tél. 02 97 82 56 72 ou port-louis@musee-marine.fr.

Girl with cross arms, H. Moore, 1980

L’exposition retrace la vie et la carrière d’Henry Moore (1898-1986) sculpteur considéré comme une référence du XXe siècle. Elle suit le développement des thèmes de l’artiste, la figure humaine et la nature, les formes vivantes, qu’il explore de manière abstraite et figurative. Elle réunit plus de 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins, des œuvres réalisées dès les années 1920-1930, aussi bien que d’autres qui ont fait sa renommée internationale. Les pièces sont en grande partie issues des collections de la Henry Moore Foundation située à Perry Green, en Angleterre, lieu d’habitation du sculpteur.

Jusqu’au 4 novembre. De juin à août: 10h -19h. De septembre -à novembre: 10h -18h.
Fonds Hélène& Édouard Leclerc pour la Culture
Aux Capucins, 29800 Landerneau. Tél. 02 29 62 47 78.

La Relativité de la matière est une installation de Levi van Veluw mise en place au domaine pour tout l’été jusqu’au 4 novembre. Levi van Veluw est un jeune artiste néerlandais multi-média qui met en œuvre vidéo, installation, photographie et dessin. L’installation propose au premier étage du château, sur 350 m2, une déambulation dans un long dédale de chambres obscures et de corridors qui brouillent les repères habituels à l’espace et au temps.

Portrait carthographique, sculpture de P.A. Remy

Un aperçu de l’installation. L’entrée est limitée à 10 personnes toutes les 20 minutes. Elle est gratuite mais la réservation est obligatoire. C’est aussi l’occasion de visiter le vaste par et ses 33 sculptures contemporaines. Domaine de Kerguéhennec, 56500 Bignan. Tél. 02 97 60 31 84. Horaires différents pour l’intérieur et l’extérieur.

Dans sa peinture, Michel Pagnoux joue sur la tension entre le stable et l’instable, entre les surfaces et la ligne, à partir de formes apparemment simples soumises à des oppositions de couleurs, comme la porte, le rectangle et l’angle droit avec une grande économie des moyens et le recours à des proportions comme celles du nombre d’or.
Du 22 septembre au 13 octobre 2018.
Accrochage en présence de l’artiste le samedi 22 septembre à partir de 18h.
Du mardi au samedi, de 10h à 19h, le mercredi de 14h à 19h. Fermeture exceptionnelle mardi 11 et mercredi 12 septembre 2018.

Galerie Antinoë, 30 rue Emile Zola, 29200 Brest. Tél. 02 98 80 52 48

Ronan Descottes réalise des monotypes sur papier en recourant à toutes sortes de techniques, huile, latex…, avec l’utilisation occasionnelle de pochoirs et de décalques ; sa thématique de prédilection tourne autour du visage et du crâne, dans des rapports délibérément ambigus entre apparition et disparition d’éléments susceptibles d’être identifiées, comme si l’action de la mémoire avait altéré toute éventualité de reconnaissance explicite et qu’il s’agissait là de nouvelles formes de « vanité »; plutôt que de figuration, on pourrait plutôt parler dans ce cas de «défiguration » ou de décomposition. Lire la suite dans le book de l’artiste.  (à télécharger)

                                                                                                     

Jane Le Quennec définit son univers « comme étant plutôt comme celui du silence, du mystère et de l’indicible », même si elle dit beaucoup travailler avec les mots et leur aura : «  Le premier de mes désirs est de réussir à donner corps à l’étrange », ce qui inclut une relation avec des phénomènes inquiétants, liés à certaines peurs. La dimension sensorielle de sa démarche est déterminante… Lire la suite dans Arts contemporains en Bretagne, rubrique Installations et interventions in situ, p. 23.

    

Yannick Connan, Pierre Delcourt, Guillaume Guintrand et Michel Thamin, sont présents au salon des Réalités Nouvelles, salon d’art non figuratif fondé en 1948 notamment par Sonia Delaunay,  Auguste Herbin, Jean Arp. Il regroupe environ 400 artistes contemporains : peintres, sculpteurs, photographes, graveurs, lithographes, dessinateurs …

Du 21 au 28 octobre.  Tous les jours de 11h à 18h. Entrée libre.

Parc floral de Paris, bois de Vincennes.

Deux fois par an, en juin et septembre, le peintre P. Leconte entend transformer son atelier en galerie intermittente pour présenter et faire la promotion de l’art contemporain dans le cadre de l’association « La boulange » créée cette année.
Cette première exposition se fait sur le thème difficile de l’autoportrait, et réunit une quarantaine d’artistes: plasticiens, musiciens, écrivains, vidéastes, graveurs, danseurs, etc. Toutes sortes de pratiques artistiques vont se confronter dans ce vaste espace de 200 m². L’exposition s’accompagne d’autres manifestations, comme un atelier d’autoportrait et une performance chorégraphique et plastique.
Les plasticiens présents sont :
Kathy Diascorn, Claude Briand-Picard, François Jeune, Claude Gesvret, Jean-Yves Pennec, Michel Remaud, Guillaume Guintrand, Thierry Le Saëc, Sylvain Le Corre, Nicolas Deverronières, Loïc Corrouge, Jean Blaise Picheral, François Talairach, Michel Thamin, Philippe Leconte, Bénédicte Hubert-Darbois, Lutz Stehl, Michel Politzer et Yannick Connan. En savoir plus sur la page facebook.
Du 19 septembre au 6 octobre 2018, les vendredis, samedis et dimanches, de 14h à 19h.
« La boulange » , galerie intermittente, atelier de P. Leconte, La Croix Notre Dame à Guidel 56520.Tél. 0617477350. 

L’exposition intitulée « Intérieurs » présente des dessins, peintures et photographies évoquant des espaces intérieurs, réels ou imaginaires, physiques ou métaphysiques… Y participent Léa Bénétou, Jean-Yves Brélivet, Tito Calderon, Benjamin Deroche, Pierre Galopin, Nikolas Fouré, Ron Haselden, Vincent Victor Jouffe, Sharon Kivland, Yves Trémorin.
La plupart de ces artistes sont recensés dans la base Documents d’Artistes de Bretagne, membre du Réseau Art Contemporain en Bretagne qui reçoit le soutien du FRAC, de la DRAC et des collectivités territoriales.
Galerie des petits carreaux, Le Grand Vaupiard, 35800 Saint Briac/Mer. Sur rendez-vous au 06 13 20 61 90.

L’association CACTUS débute sa deuxième saison (2018-2019) avec l’une de ses manifestations intitulée Artistes@home, des expositions chez l’habitant à Quimper. CACTUS promeut des artistes qui vivent en Finistère avec des solutions nouvelles pour remédier à l’absence de lieu d’exposition à Quimper. Les choix effectués montrent la diversité des pratiques et mixe les générations.
Benoît Andro confronte la peinture de musée avec l’imagerie actuelle, publicitaire. Jean-Jacques Banide expose des photographies, témoignage d’un peuple nomade thaïlandais contraint à la sédentarisation. Les dessins de Frigo  au crayon de couleur mettent en scène un bestiaire inspiré d’images populaires. Nathalie Gaouyer combine peintures, collages numériques et photographiques. Le travail d’Henri Girard sur la trace s’apparente à celle de l’archéologue et Danièle Muguet s’est emparé de la souplesse plastique et des émotions portées par les textiles.

Tout savoir sur la manifestation et les artistes, sur l’association, et pour consulter le plan des expositions. Les vendredi 12, samedi 13, dimanche 14 octobre 2018, de 14h à 19h. Vernissage Samedi 13 à 19h30, salle des Grands Projets (Est du Théâtre de Cornouaille, esplanade F. Mitterrand, Quimper).

Bernard  Louédin, peintre et graveur, puise ses  thèmes d’inspiration   dans   le   domaine   du   fantastique   et   de   l’onirique ; ses personnages viennent  s’inscrire  dans des environnements imaginaires travaillés dans les détails.

Du 3 novembre au 19 janvier 2019.
Chapelle des Ursulines, 22300 Lannion. Tél. 02 96 37 99 10. 
Du mardi au samedi, de 14h à 18h et les jeudis matin et samedi matin de 10h à 12h30.

Hubert Carré  pratique le collage. Sa démarche relève, selon ses termes, « d’un inventaire critique et ironique de la société, celle du spectacle, mais en tant que rapport anti social entre les images juxtaposées ». C’est donc avec le plus grand soin que Carré rassemble des fragments de texte et d’images provenant de journaux, d’affiches, de tracts… La suite dans Arts contemporains en Bretagne, rubrique Du collage au multmédia, p.15.

     

Depuis quatre ans, L’association Dont Acte – autrement dit Jean-Luc Bourel, peintre, Daniel Kay, poète et essayiste, Catherine Urien, poète et écrivain – organise dans la venelle des Cent Marches, appelée rue Courte, une déambulation libre qui lient les arts plastiques et la parole poétique.

Cette année, huit artistes sont présents dans trois maisons et un jardin : Valérie Guillet, peintre, Stéphane Callouet, peintre, Athali, peintre, photographe, graveuse et céramiste, Catherine Urien, poète et écrivain, Jean-Michel Kerdilès, céramiste et graveur, Jean-Luc Bourel, peintre, Daniel Kay, poète et essayiste, Michel Remaud, peintre qui présentera ses livres d’artistes. Ils sont présents de 15 heures à 19 heures tous les jours, sauf le lundi.

Localiser les Cent Marches. Vernissage le samedi 8 septembre. Les lieux d’exposition sont ouverts à partir de 15h. et un pot de l’amitié y est servi à 18h.

Une manifestation hors Bretagne mais qui compte des bretons, avec notamment comme invité d’honneur, Thierry Le Saëc, peintre, graveur à Languidic (56) qui a réalisé un grand nombre de livres dans le cadre de sa propre maison d’édition, La Canopée. Parmi la trentaine d’artistes présents, on note également la présence de :

Et Meutes, de Julie Aybes et Brigitte Mouchel , plasticiennes à Huelgoat (29).

Marie-Hélène Lorcy, graveur à Vannes (56).

Daniel Pean-Leroux, artiste textile, de Vannes également.

Avec des conférences, table ronde, performance, moments musicaux…. Consulter le programme. Les Halles, 14160 Dives-sur-Mer Tel. 06 79 13 08 34.

Marie-Gilles Le Bars expose à la chapelle Sainte-Eugénie de Plouha dans le cadre de l’exposition De clocher en clocher qui réunit huit artistes dans les Sept chapelles de Plouha.
M.G. Le Bars, aquarelliste, présente son travail comme une recherche sur la lumière, la transparence et les matières, dans un échange permanent entre visible et invisible.

Vernissage le vendredi 21 septembre à 16h30, à la Chapelle St Laurent.
Du 22 au 30 septembre, tous les jours de 14h à 18h.
Tél. 02 96 20 27 10.

Le Festival de l’Estran, qui se déroule tous les ans sur les plages de la Côte de Granit Rose, propose une expérience éphémère, au grand air, avec l’art contemporain et des artistes qui jouent avec le vent, les marées, l’eau, les galets. Ils sont de toute nationalité : la sculptrice-installatrice polonaise Kasia Ozga pratique l’humour noir et les collages en trois dimensions pour explorer les expériences entre le corps et l’environnement. Le canadien Mike Schertzer réalise des interventions littéraires dans des lieux publics.
Les artistes sont aussi de toute génération : Les plus anciens comme  le sculpteur d’arbre Xavier Rijs interroge les racines de l’arbre, nos propres racines, le sens de la Nature et les plus jeunes comme Benoît-Marie Moriceau déploie sur l’Ile Ronde des signaux lumineux aléatoires et visibles de jour comme de nuit.Tandis qu’Edgar Flauw (il est breton) conduit ses recherches originales et variées sur le déplacement par glissement sur la mer. Télécharger le programme.

Ravier du service à décor géométrique, Henriot Quimper, d’après  les dessins de J. Malivel

Jeanne Malivel (1895-1926) initiatrice avec René-Yves et Suzanne Creston du mouvement artistique des Seiz Breur (Les Sept Frères) est au musée de la Faïence de Quimper. L’intitulé du mouvement laisse penser que les deux femmes – J. Malivel et S. Creston – ont été oubliées dans le décompte. Polyvalente, J. Malivel a pratiqué la gravure sur bois, la broderie, la faïence, le vitrail, conçu des meubles et des objets du quotidien. L’exposition donne une bonne idée de l’étendue de ses possibilités et réalisations, de ses capacités d’innovation et de renouvellement de la tradition qu’une mort prématurée ne lui a pas permis de développer. Les Amis du Musée départemental breton ont publié sa correspondance avec la peintre Anne Le Vaillant sous le titre J’étais encore à courir les routes de Bretagne Jusqu’au 29 septembre 2018. Du lundi au samedi de 10 h à 18 h. Musée de la faïence,14, rue Jean-Baptiste Bousquet, Quimper. Tél. 02 98 90 12 72.

L’exposition « Seiz Breur, un art déco breton 1923-1947 » se déroule au musée du Léon de Lesneven. Entre 1923 et 1947, Le mouvement Ar Seiz Breur a fédéré les recherches qui, à  partir de la tradition, ont voulu créer un art breton moderne (illustration, peinture, costume, céramique, musique…). Exposition jusqu’en octobre 2018. Juillet/Août : du lundi au samedi  9h30-12h30 – 14h-18h. Dimanche: 9h30-12h30. Musée du Léon, Place des Trois Piliers, 29260 Lesneven. Tél. 02.98.83.01.47.