Expositions – Actualités

Thomas Godin expose à l’hôtel de ville de Landivisiau dans le cadre du grand prix de peinture du Léon. Il travaille essentiellement à partir des techniques de l’eau-forte et de la gravure sur zinc; sa démarche est fortement imprégnée des paysages et des horizons du Léon, transposés dans un monde esthétique imaginaire. Les impondérables de la gravure – avec ses surprises, ses découvertes – sont pour lui un émerveillement permanent, une forme d’alchimie qu’il cherche à partager. Lire l’article dans Le Télégramme.

Hôtel de ville, 19 rue Georges Clemenceau, 29400 Landivisiau.

A partir d’œuvres tirées de la collection personnelle de l’artiste et de celle du FRAC, l’exposition « propose de montrer les divers liens que J. Villéglé entretient avec l’écriture : d’abord par une présentation d’affiches lacérées puis par l’exposition d‘œuvres créées à partir de l’Alphabet socio-politique. Entre la démarche créatrice de l’artiste et son expérience vécue, cette monographie souligne également une dimension de mémoire collective qui lui confère un statut de chercheur, de collectionneur et d’historien. L’exposition fait allusion également à l’amitié avec Raymond Hains avec lequel Jacques Villeglé a fait de la rue un espace de jeu et de création ; et celle avec François Poivret, photographe, qui a réalisé des portraits de l’artiste et l’a suivi dans son travail à l’atelier ou sur les lieux d’arrachage. Patrick Suchet, designer numérique, propose aux visiteurs de s’adonner à l’écriture digitale à partir de l’Alphabet sociopolitique de Jacques Villeglé. » (présentation de la galerie)

Exposition Ecritures contemporaines, du mercredi au samedi de 14h à 18h. Fermée les jours fériés. Entrée libre.
Galerie Albert Bourgeois, Couvent des Urbanistes, 25 rue de la caserne, 35300 Fougères. Tél. 02 99 94 11 13.
La galerie est membre du réseau Art Contemporain en Bretagne (ACB).

llann Vogt  découpe les livres, parce qu’il les aime. Il découpe chaque page, ligne par ligne de manière à former des ficelles de texte qu’il assemble en les tissant.  Les grands auteurs y passent : Perrault, Kafka, Proust, V. Woolf… Et parfois aussi, les compositeurs et leurs partitions.

Il a découpé et tissé plus d’une centaine de livres intégralement. Le résultat prend la forme d’écharpes, de robes, de longs tissus, de vieux rebus, de morceaux d’osier… de toutes dimensions, y compris sous forme d’installations. Un travail méticuleux qui se situe de manière originale entre la littérature et les arts visuels, qui fait des mots une œuvre plastique. Ilann Vogt se désigne comme artiste plasticien et tisserand.

    

 

 

 

 

 

 

Ode Bertrand, comme sa tante Aurélie Nemours, investit l’abstraction géométrique mais avec le trait comme fil conducteur, un trait qui ne se limite pas à l’horizontale et à la verticale. Il joue avec les figures géométriques, crée un rythme dans une tension discrète entre équilibre et déséquilibre. O. Bertrand travaille par série, tirant un enchaînement de variations des règles de création qu’elle se donne. Ses œuvres sont essentiellement en noir et blanc, avec quelques explorations de la couleur. Dans certaines, transparaît parfois le quadrillage de lignes droites que l’artiste pose systématiquement comme base de son travail. « Je travaille avec une grille, car j’ai besoin d’un soubassement pour donner une sorte de règle de jeu préalable à l’apparition des lignes. En faisant se rejoindre les points de cette grille, je fais apparaître des formes géométriques. » (Galerie Oniris).

Vernissage vendredi 9 novembre de 18h à 20h. Du 9 novembre au 8 décembre 2018, du mardi au samedi de 14h à 19h. Galerie Oniris, 38, rue d’Antrain, 35700 Rennes. Tél. 06 71 633 633.

L’exposition présente 3 graveurs sur bois Erivaldo Ferreira, Francorli, Maercio Siqueira, trois artistes issus du Nordeste brésilien dont le travail prend place dans le cadre de la littérature populaire du Cordel. Ce sont des petits livrets répandus dans le Nordeste une région très pauvre, à destination d’une population majoritairement analphabète. Les textes écrits en vers sont souvent lus ou déclamés. Ils racontent des histoires, des contes, des faits divers, olitiques, religieux ou divertissants. 
La gravure est traditionnellement placée sur la couverture. La gravure sur bois est économique car faite avec n’importe quel objet courant (couteau, clou, baleine de parapluie). En savoir plus.
Du 10 novembre au 19 mai 2019. Du mardi au samedi : 10h – 12h / 14h – 18h, le dimanche : 14h – 18h. Musée des beaux-arts, 24 rue Traverse, 29200 Brest.

Angela Glajcar est une artiste allemande qui joue avec un seul matériau : le papier. C’est l’échelle qui en fait un medium presque nouveau. Alors qu’on est plutôt habitué à des objets en papier de taille réduite, A. Glajcar en fait des installations monumentales dans des lieux publics en Europe, aux Etats-Unis, en Chine… La variété des formes semble infinie : feuilletée, creusées ou non de tunnels, frisées, déchirées, comme épluchées, fibres ouvertes, en volutes…; le papier est toujours blanc et s’oppoparfois à quelque noir. Ce sont les jeux de lumière qui créent la forme.

Vernissage le 16 novembre à 18h30. Du 17 novembre au 19 janvier 2019 (avec des horaires impossibles, liés à la vie de la municipalité) :
 – le mercredi et le vendredi de 14h à 17h,
 –  le samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h (à partir du 01/01/19 de 11h à 13h et de 14h à 18h),
 –  le 1er dimanche du mois de 10h à 13h.
Centre d’art Les3Cha, Le Château – Boulevard Julien et Pierre Gourdel – 35410 Châteaugiron.

A partir d’un montage de plusieurs photos d’époque, le collectif Körper rend hommage aux « Gueules cassées » en représentant à l’acrylique 29 poilus dans leur costume bleu horizon et dont les visages et les mains sont gravés directement dans le bois et encrés en noir, afin de traduire la violence physique mais également psychologique de ces victimes de guerre.
Des ateliers ouverts au public ont pour but de recouvrir ces visages pour faire écho aux prothèses faciales alors fabriquées pour atténuer l’aspect monstrueux de leurs mutilations. 
Le collectif Körper réunit 4 jeunes artistes implantés, mais pas seulement, en Bretagne : Klervi Bourseul, Cedric Le Corf, Maël Nozahic, Arnaud Rochard. Ils entendent promouvoir les jeunes générations. Ils ont déjà organisé une vingtaine d’expositions en France, en Allemagne et en Belgique présentant le travail d’une petite centaine d’artiste, sans oublier le leur.
Du 13 au 21 novembre, de 14h à 18h, fermé le mardis et le jeudi. Galerie, le Présidial, 13, bis Rue Brémond-d’Ars, 29300 Quimperlé.

Créée en 2010 par L’Ecole supérieure d’art de Bretagne (ESAB) et la ville de Lorient, Itinéraires graphiques est une biennale qui donne un large aperçu de l’univers graphique contemporain.  Elle fait la part belle à la gravure. Pendant deux mois, des expositions, notamment, ont lieu dans 8 lieux :

A Lorient la galerie du Faouëdic, la galerie Le Lieu, l’ESAB, la médiathèque François Mitterrand, Le sous-marin Flore-S645 & son musée, à Hennebont la galerie et artothèque Pierre Tal-Coat, à Lanester la galerie La Rotonde, à Quimperlé la médiathèque.
C’est tous les deux ans et c’et le moment d’en profiter, les festivals graphiques sont rares.

Consulter le programme détaillé.

L’exposition s’intitule D’Horizons. Les horizons visibles et les horizons invisibles que l’on se donne. P. Perennec est photographe, habitant près de Quimper, mais on peut aussi bien dire de toute la Bretagne qu’il parcourt. Dans son travail, il y a une évidente recherche de composition, même quand il photographie des paysages déconstruits, dégradés, en phase de disparition, même si l’instant saisi peut être dû au hasard. Ses photos racontent un événement, bref mais fort, entre l’homme et son environnement, entre le photographe et ses photos.

Du 7 novembre au 21 décembre. Tous les jours sauf les jours fériés. 10h-13h et 14h-18h. Entrée gratuite.

Musée du Bord de Mer, espace Jean Boissel 29950 Bénodet.

Le Collectif Arts de Bretagne expose à l’espace culturel le Pass’Temps à Malestroit (56).

Vernissage le samedi 10 novembre à 12h.

Sont présents:
Chantal Gouesbet, Marie-Hélène Lorcy, Marie-Gilles Le Bars, Christophe Brezellec, Ellem, Francis Rollet, Jean-François Chaussepied, Marc Bernol, Marie-Claude Delingette, Nicole Rayan, Nolwenn Guillou, René-Claude Migaud, Yannick Huiban.

Horaires d’ouverture : ceux de la médiathèque

Le Pass’Temps, 5-7, rue Sainte-Anne, Malestroit 56140. Tél. 02.97.75.18.15.

P. Desloubières

L’exposition Fabula Natura réunit deux artistes : Philippe Desloubières et Agnès Pezeu. « Les deux artistes travaillent l’intime dans des formes organiques parfois animales, souvent végétales, toujours puissantes et poétiques. Leurs œuvres polysémiques créent un dialogue intérieur avec le vivant. La nature devenue étrange et fabuleuse nous embarque dans une promenade entre le fragile et le monumental, entre les matières brillantes et cireuses, entre terre et métal. » (extrait du texte de présentation).
Les sculptures d’acier de Philippe Desloubières, formes simples et colorées, sont présentées dans le manoir et dans le parc, les peintures grand format et les sculptures en céramique d’Agnès Pezeu, sur les deux niveaux de l’espace d’exposition.
Jusqu’au 21 décembre, les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14h à 17h30. Ouvert les 1er et 11 novembre. Entrée libre.

Espace Lucien Prigent, parc de Kréach Kélenn, Landivisiau 29400. Contact : Élodie Petton, 02.98.68.67.63.

                    

                    

Un aperçu de l’exposition, La couleur, la nature et les signes de Jean-Paul Thaéron,  à la Faculté Victor-Ségalen, à Brest. L’exposition sélectionne une cinquantaine de pièces dans 15 ans de pratique, depuis 2004 environ, à travers une multiplicité de supports, tout en laissant une part aux créations liées à ses interventions au conservatoire des Arts et Métiers Multimédia de Bamako et à sa fréquentation de l’art et de l’artisanat africain. Lire la présentation.

Jusqu’au 13 novembre, du lundi au jeudi 12h30-14h et 16h-19h ; le vendredi de 12h30-14h. Espace d’exposition «Les Abords», rez-de-chaussée de la Faculté Victor-Segalen, 20 rue Duquesne, Brest 29000. Renseignements au Service culturel de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO): 02 98 01 63 67 ou service.culturel@univ-brest.fr.

Multiples of Five, N. Völker

Nils Völker et un jeune artiste allemand dont les installations sont essentiellement faites d’un contenant léger en plusieurs exemplaires et d’une électronique sophistiquée mais discrète, qui vient leur donner vie et mouvement en y réglant la circulation de l’air dans un rythme alterné d’’inspiration-expiration, d’extension-rétention sans violence. L’installation se transforme en une chorégraphie variée qui fait entendre bruissements et frottements. Un travail rigoureux sous des apparences de légèreté.
N. Völker présente deux œuvres dans le cadre du festival Maintenant :
– Paddling Pools, sculptures gonflables plongées dans le noir qui donnent à voir le mouvement de la lumière et des couleurs. Jusqu’au 27 octobre, au centre d’art les 3 CHA, à Chateaugiron (35410).
– Multiples of Five, une haute colonne de sacs, prête à s’envoler. Jusqu’au 24 novembre, au Grand Cordel à Rennes.

« Portrait de famille » à la galerie Oniris est une exposition des travaux récents de Didier Mencoboni qui comprend des toiles, des œuvres sur papier et des sculptures. D. Mencoboni travaille sur des supports (toiles, soies, papier, bois) et avec des matériaux variés pour ne pas se figer dans des habitudes. Il produit des séries de tableaux abstraits toujours très colorées auxquelles il donne des titres comme …Etc…, ou Les piles, Les étagères, Les projections, Les soies…

Jusqu’au 3 novembre 2018. du mardi au samedi de 14h à 19h. Attention : la galerie est fermée du 15 au 22 octobre pendant sa participation à la foire parisienne Bienvenue Art Fair 2018.
Galerie Oniris, 38 rue d’Antrain, 35700 Rennes. Tél.  02 99 36 46 06 ou 06 71 633 633.

T. Le Saec vient de publier 9 urbaines, son dernier livre d’artiste avec des poèmes inédits de Guillevic (1907-1997). Les poèmes sont accompagnés de sept bois gravés de T. Le Saëc. L’ouvrage est tiré à 20 exemplaires, les cinq premiers incluent également une suite des sept bois gravés.

Format : 38 x 28 cm. Prix : 600 € et 1000 € avec la suite des 7 bois gravés.

Thierry Le Saëc, Éditions de la canopée , Kergollaire 56440 Languidic. Tél. 06 27 12 46 64 ou 02 97 65 21 13.

 

 

 

 

Jean-Paul Thaéron expose dans l’espace « Les Abords » de la Faculté Victor-Ségalen, à Brest. La manifestation s’intitule La couleur, la nature et les signes. La salle des Abords est grande et permet une sélection représentative des différentes facettes de l’oeuvre de J.P. Thaéron : peintures, sculptures en bronze et en acier inoxydable poli miroir, tissus brodés réalisés en collaboration avec des artisans de Bamako au Mali, dessins au laser sur métal… 

Vernissage le jeudi 11 octobre, à partir de 18 heures. Du 9 octobre au 13 novembre, du lundi au jeudi 12h30/14h et 16h /19h ; le vendredi de 12h30 /14h.
Espace d’exposition « « Les Abords », rez-de-chaussée de la Faculté Victor-Segalen, 20 rue Duquesne, Brest 29000. Renseignements au Service culturel de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO): 02 98 01 63 67 ou service.culturel@univ-brest.fr.

Guillaume Castel, sculpteur, utilise principalement l’acier, mais aussi le béton, le bois, les galets, matériaux bruts ou forgés. Ses sculptures, monumentales  pour  certaines,  sont  en  général créées  en  fonction  du  lieu  d’accueil.  Cette année, l’une d’elle, Nori comme le nom de l’algue, est venue prendre place sur les parvis de la cathédrale de Treguier. L’année dernière, une autre, Samare, s’est installée à la gare de Morlaix.

Patrice Pantin, dessine de manière très personnelle. Il pratique le dessin par incision. « Mon cutter est un scalpel ». L’incision accroche la lumière. Il travaille souvent sur de grandes feuilles, des formats dans lesquels je peux, dit-il, me sentir physiquement pris, mais sa démarche va vers la simplicité : « J’émets des notes les plus ténues possible, un son quasi continu que je distords le moins possible. »

Du 6 octobre au 25 novembre 2018, les samedis, dimanches et jours fériés, et tous les jours,( sauf les mardis) pendant les vacances de Toussaint ; de 14h à 18h. Galerie Réjane Louin,19 rue de l’église, 29241 Locquirec. Tel.06 60 17 54 53.

F. Dilasser procède fréquemment par un assemblage de modules, avec des allusions au damier ou au jeu de marelle, incluant parfois écritures imaginaires et graffitis, d’un trait souvent tremblé, hésitant, riche en vibrations, comme au bord de la disparition. Une partie importante de son œuvre conjugue les principes de la répétition et de la variation, créateurs de rythmes, mais jamais de manière mécanique.
Le vernissage a lieu le 8 juin à 18h30. Le vendredi 7 septembre à 18h30, Jean-Marc Huitorel, critique d’art, qui a écrit de nombreux articles et ouvrages à propos de l’art contemporain,  donnera une conférence dans le cadre de l’exposition.

Galerie Le Rohan, place Saint-Thomas, 29800 Landernau. Du 9 juin au 4 novembre. Tous les jours de 11h à 13h et de 14h à 19h.

Illustration : Le passage de la mer rouge, 1989-1990. Assemblage de 20 peintures, acrylique sur toile, 164 x 165 cm, collection de l’artiste. Photo : Didier Olivré. 

Regards de Marion Le Pennec sur la citadelle de Port-Louis, dans le cadre du 400e anniversaire de la citadelle.

Marion Le Pennec travaille essentiellement l’encre de chine. Invitée pendant six semaines, entre l’automne 2017 et le printemps 2018, par le musée national de la Marine à l’occasion des 400 ans de Port-Louis, elle a transcrit dans son travail un environnement brassé par les intempéries dans une lumière crue et puissante, le contraste entre la lumière de la mer et l’architecture presque « mathématique » des lieux. Elle s’est attardée sur l’histoire des 69 jeunes résistants torturés puis fusillés en 1944 au pied des remparts.

Les encres de Marion Le Pennec, Murmures de Pierre, sont présentées en 4 lieux de la Citadelle : l’entrée, la poudrière, le musée et le bunker et  « 4 siècles de fortification ».

Musée de la Marine, 4 siècles de fortifications,  du 1er juin -au 31 décembre 2018. Citadelle de Port-Louis, 56290 Port-Louis. Horaires d’ouverture, mai-août : tous les jours, 10h – 18h30. Tél. 02 97 82 56 72 ou port-louis@musee-marine.fr.

Girl with cross arms, H. Moore, 1980

L’exposition retrace la vie et la carrière d’Henry Moore (1898-1986) sculpteur considéré comme une référence du XXe siècle. Elle suit le développement des thèmes de l’artiste, la figure humaine et la nature, les formes vivantes, qu’il explore de manière abstraite et figurative. Elle réunit plus de 100 sculptures (plâtres, bronzes, bois, pierres) et 80 dessins, des œuvres réalisées dès les années 1920-1930, aussi bien que d’autres qui ont fait sa renommée internationale. Les pièces sont en grande partie issues des collections de la Henry Moore Foundation située à Perry Green, en Angleterre, lieu d’habitation du sculpteur.

Jusqu’au 4 novembre. De juin à août: 10h -19h. De septembre -à novembre: 10h -18h.
Fonds Hélène& Édouard Leclerc pour la Culture
Aux Capucins, 29800 Landerneau. Tél. 02 29 62 47 78.

La Relativité de la matière est une installation de Levi van Veluw mise en place au domaine pour tout l’été jusqu’au 4 novembre. Levi van Veluw est un jeune artiste néerlandais multi-média qui met en œuvre vidéo, installation, photographie et dessin. L’installation propose au premier étage du château, sur 350 m2, une déambulation dans un long dédale de chambres obscures et de corridors qui brouillent les repères habituels à l’espace et au temps.

Portrait carthographique, sculpture de P.A. Remy

Un aperçu de l’installation. L’entrée est limitée à 10 personnes toutes les 20 minutes. Elle est gratuite mais la réservation est obligatoire. C’est aussi l’occasion de visiter le vaste par et ses 33 sculptures contemporaines. Domaine de Kerguéhennec, 56500 Bignan. Tél. 02 97 60 31 84. Horaires différents pour l’intérieur et l’extérieur.

Dans sa peinture, Michel Pagnoux joue sur la tension entre le stable et l’instable, entre les surfaces et la ligne, à partir de formes apparemment simples soumises à des oppositions de couleurs, comme la porte, le rectangle et l’angle droit avec une grande économie des moyens et le recours à des proportions comme celles du nombre d’or.
Du 22 septembre au 13 octobre 2018.
Accrochage en présence de l’artiste le samedi 22 septembre à partir de 18h.
Du mardi au samedi, de 10h à 19h, le mercredi de 14h à 19h. Fermeture exceptionnelle mardi 11 et mercredi 12 septembre 2018.

Galerie Antinoë, 30 rue Emile Zola, 29200 Brest. Tél. 02 98 80 52 48

Ronan Descottes réalise des monotypes sur papier en recourant à toutes sortes de techniques, huile, latex…, avec l’utilisation occasionnelle de pochoirs et de décalques ; sa thématique de prédilection tourne autour du visage et du crâne, dans des rapports délibérément ambigus entre apparition et disparition d’éléments susceptibles d’être identifiées, comme si l’action de la mémoire avait altéré toute éventualité de reconnaissance explicite et qu’il s’agissait là de nouvelles formes de « vanité »; plutôt que de figuration, on pourrait plutôt parler dans ce cas de «défiguration » ou de décomposition. Lire la suite dans le book de l’artiste.  (à télécharger)

                                                                                                     

Jane Le Quennec définit son univers « comme étant plutôt comme celui du silence, du mystère et de l’indicible », même si elle dit beaucoup travailler avec les mots et leur aura : «  Le premier de mes désirs est de réussir à donner corps à l’étrange », ce qui inclut une relation avec des phénomènes inquiétants, liés à certaines peurs. La dimension sensorielle de sa démarche est déterminante… Lire la suite dans Arts contemporains en Bretagne, rubrique Installations et interventions in situ, p. 23.

    

Yannick Connan, Pierre Delcourt, Guillaume Guintrand et Michel Thamin, sont présents au salon des Réalités Nouvelles, salon d’art non figuratif fondé en 1948 notamment par Sonia Delaunay,  Auguste Herbin, Jean Arp. Il regroupe environ 400 artistes contemporains : peintres, sculpteurs, photographes, graveurs, lithographes, dessinateurs …

Du 21 au 28 octobre.  Tous les jours de 11h à 18h. Entrée libre.

Parc floral de Paris, bois de Vincennes.

Deux fois par an, en juin et septembre, le peintre P. Leconte entend transformer son atelier en galerie intermittente pour présenter et faire la promotion de l’art contemporain dans le cadre de l’association « La boulange » créée cette année.
Cette première exposition se fait sur le thème difficile de l’autoportrait, et réunit une quarantaine d’artistes: plasticiens, musiciens, écrivains, vidéastes, graveurs, danseurs, etc. Toutes sortes de pratiques artistiques vont se confronter dans ce vaste espace de 200 m². L’exposition s’accompagne d’autres manifestations, comme un atelier d’autoportrait et une performance chorégraphique et plastique.
Les plasticiens présents sont :
Kathy Diascorn, Claude Briand-Picard, François Jeune, Claude Gesvret, Jean-Yves Pennec, Michel Remaud, Guillaume Guintrand, Thierry Le Saëc, Sylvain Le Corre, Nicolas Deverronières, Loïc Corrouge, Jean Blaise Picheral, François Talairach, Michel Thamin, Philippe Leconte, Bénédicte Hubert-Darbois, Lutz Stehl, Michel Politzer et Yannick Connan. En savoir plus sur la page facebook.
Du 19 septembre au 6 octobre 2018, les vendredis, samedis et dimanches, de 14h à 19h.
« La boulange » , galerie intermittente, atelier de P. Leconte, La Croix Notre Dame à Guidel 56520.Tél. 0617477350. 

L’exposition intitulée « Intérieurs » présente des dessins, peintures et photographies évoquant des espaces intérieurs, réels ou imaginaires, physiques ou métaphysiques… Y participent Léa Bénétou, Jean-Yves Brélivet, Tito Calderon, Benjamin Deroche, Pierre Galopin, Nikolas Fouré, Ron Haselden, Vincent Victor Jouffe, Sharon Kivland, Yves Trémorin.
La plupart de ces artistes sont recensés dans la base Documents d’Artistes de Bretagne, membre du Réseau Art Contemporain en Bretagne qui reçoit le soutien du FRAC, de la DRAC et des collectivités territoriales.
Galerie des petits carreaux, Le Grand Vaupiard, 35800 Saint Briac/Mer. Sur rendez-vous au 06 13 20 61 90.

L’association CACTUS débute sa deuxième saison (2018-2019) avec l’une de ses manifestations intitulée Artistes@home, des expositions chez l’habitant à Quimper. CACTUS promeut des artistes qui vivent en Finistère avec des solutions nouvelles pour remédier à l’absence de lieu d’exposition à Quimper. Les choix effectués montrent la diversité des pratiques et mixe les générations.
Benoît Andro confronte la peinture de musée avec l’imagerie actuelle, publicitaire. Jean-Jacques Banide expose des photographies, témoignage d’un peuple nomade thaïlandais contraint à la sédentarisation. Les dessins de Frigo  au crayon de couleur mettent en scène un bestiaire inspiré d’images populaires. Nathalie Gaouyer combine peintures, collages numériques et photographiques. Le travail d’Henri Girard sur la trace s’apparente à celle de l’archéologue et Danièle Muguet s’est emparé de la souplesse plastique et des émotions portées par les textiles.

Tout savoir sur la manifestation et les artistes, sur l’association, et pour consulter le plan des expositions. Les vendredi 12, samedi 13, dimanche 14 octobre 2018, de 14h à 19h. Vernissage Samedi 13 à 19h30, salle des Grands Projets (Est du Théâtre de Cornouaille, esplanade F. Mitterrand, Quimper).

Bernard  Louédin, peintre et graveur, puise ses  thèmes d’inspiration   dans   le   domaine   du   fantastique   et   de   l’onirique ; ses personnages viennent  s’inscrire  dans des environnements imaginaires travaillés dans les détails.

Du 3 novembre au 19 janvier 2019.
Chapelle des Ursulines, 22300 Lannion. Tél. 02 96 37 99 10. 
Du mardi au samedi, de 14h à 18h et les jeudis matin et samedi matin de 10h à 12h30.

Hubert Carré  pratique le collage. Sa démarche relève, selon ses termes, « d’un inventaire critique et ironique de la société, celle du spectacle, mais en tant que rapport anti social entre les images juxtaposées ». C’est donc avec le plus grand soin que Carré rassemble des fragments de texte et d’images provenant de journaux, d’affiches, de tracts… La suite dans Arts contemporains en Bretagne, rubrique Du collage au multmédia, p.15.

     

Depuis quatre ans, L’association Dont Acte – autrement dit Jean-Luc Bourel, peintre, Daniel Kay, poète et essayiste, Catherine Urien, poète et écrivain – organise dans la venelle des Cent Marches, appelée rue Courte, une déambulation libre qui lient les arts plastiques et la parole poétique.

Cette année, huit artistes sont présents dans trois maisons et un jardin : Valérie Guillet, peintre, Stéphane Callouet, peintre, Athali, peintre, photographe, graveuse et céramiste, Catherine Urien, poète et écrivain, Jean-Michel Kerdilès, céramiste et graveur, Jean-Luc Bourel, peintre, Daniel Kay, poète et essayiste, Michel Remaud, peintre qui présentera ses livres d’artistes. Ils sont présents de 15 heures à 19 heures tous les jours, sauf le lundi.

Localiser les Cent Marches. Vernissage le samedi 8 septembre. Les lieux d’exposition sont ouverts à partir de 15h. et un pot de l’amitié y est servi à 18h.

Une manifestation hors Bretagne mais qui compte des bretons, avec notamment comme invité d’honneur, Thierry Le Saëc, peintre, graveur à Languidic (56) qui a réalisé un grand nombre de livres dans le cadre de sa propre maison d’édition, La Canopée. Parmi la trentaine d’artistes présents, on note également la présence de :

Et Meutes, de Julie Aybes et Brigitte Mouchel , plasticiennes à Huelgoat (29).

Marie-Hélène Lorcy, graveur à Vannes (56).

Daniel Pean-Leroux, artiste textile, de Vannes également.

Avec des conférences, table ronde, performance, moments musicaux…. Consulter le programme. Les Halles, 14160 Dives-sur-Mer Tel. 06 79 13 08 34.

Marie-Gilles Le Bars expose à la chapelle Sainte-Eugénie de Plouha dans le cadre de l’exposition De clocher en clocher qui réunit huit artistes dans les Sept chapelles de Plouha.
M.G. Le Bars, aquarelliste, présente son travail comme une recherche sur la lumière, la transparence et les matières, dans un échange permanent entre visible et invisible.

Vernissage le vendredi 21 septembre à 16h30, à la Chapelle St Laurent.
Du 22 au 30 septembre, tous les jours de 14h à 18h.
Tél. 02 96 20 27 10.

Le Festival de l’Estran, qui se déroule tous les ans sur les plages de la Côte de Granit Rose, propose une expérience éphémère, au grand air, avec l’art contemporain et des artistes qui jouent avec le vent, les marées, l’eau, les galets. Ils sont de toute nationalité : la sculptrice-installatrice polonaise Kasia Ozga pratique l’humour noir et les collages en trois dimensions pour explorer les expériences entre le corps et l’environnement. Le canadien Mike Schertzer réalise des interventions littéraires dans des lieux publics.
Les artistes sont aussi de toute génération : Les plus anciens comme  le sculpteur d’arbre Xavier Rijs interroge les racines de l’arbre, nos propres racines, le sens de la Nature et les plus jeunes comme Benoît-Marie Moriceau déploie sur l’Ile Ronde des signaux lumineux aléatoires et visibles de jour comme de nuit.Tandis qu’Edgar Flauw (il est breton) conduit ses recherches originales et variées sur le déplacement par glissement sur la mer. Télécharger le programme.

Ravier du service à décor géométrique, Henriot Quimper, d’après  les dessins de J. Malivel

Jeanne Malivel (1895-1926) initiatrice avec René-Yves et Suzanne Creston du mouvement artistique des Seiz Breur (Les Sept Frères) est au musée de la Faïence de Quimper. L’intitulé du mouvement laisse penser que les deux femmes – J. Malivel et S. Creston – ont été oubliées dans le décompte. Polyvalente, J. Malivel a pratiqué la gravure sur bois, la broderie, la faïence, le vitrail, conçu des meubles et des objets du quotidien. L’exposition donne une bonne idée de l’étendue de ses possibilités et réalisations, de ses capacités d’innovation et de renouvellement de la tradition qu’une mort prématurée ne lui a pas permis de développer. Les Amis du Musée départemental breton ont publié sa correspondance avec la peintre Anne Le Vaillant sous le titre J’étais encore à courir les routes de Bretagne Jusqu’au 29 septembre 2018. Du lundi au samedi de 10 h à 18 h. Musée de la faïence,14, rue Jean-Baptiste Bousquet, Quimper. Tél. 02 98 90 12 72.

L’exposition « Seiz Breur, un art déco breton 1923-1947 » se déroule au musée du Léon de Lesneven. Entre 1923 et 1947, Le mouvement Ar Seiz Breur a fédéré les recherches qui, à  partir de la tradition, ont voulu créer un art breton moderne (illustration, peinture, costume, céramique, musique…). Exposition jusqu’en octobre 2018. Juillet/Août : du lundi au samedi  9h30-12h30 – 14h-18h. Dimanche: 9h30-12h30. Musée du Léon, Place des Trois Piliers, 29260 Lesneven. Tél. 02.98.83.01.47.

Le temps d’un week-end, Catherine Fontaine et Johan Masseboeuf ouvrent leur atelier de Lorient au public et invitent Marie Thamin à exposer. M. Thamin présentera son livre d’artiste Baraques sur des textes d’Alain Le Beuze. 
Cette initiative prend place dans le cadre de la 15e édition des Ateliers ouverts de Lorient, où 15 artistes ouvrent leur atelier au public sur l’ensemble de la ville pendant deux jours, et exposent peintures, sculptures, photos. Comme tous les parcours, cette manifestation propose des artistes et des styles très variés dans lequel chacun pourra faire ses choix.
Télécharger le dépliant et la carte des ateliers.

A Lorient, le samedi 8 septembre de 14h à 19h, et le dimanche 9 septembre de 10h à 18h.

Le fort de Sainte Marine, à Combrit, organise tous les étés des expositions d’artistes qui ont pour point commun d’être de la région. Ce qui rend ces manifestations relativement disparates, mais on y trouve régulièrement des artistes originaux.
C’est le cas de Philippe Vergoz qui expose une cinquantaine d’œuvres essentiellement des encres et quelques peintures,  un artiste trop discret et délibérément a côté des attendus. « Je balayais souvent dans la maison. Ou devant, écrit-il. C’était pas vraiment une cour, plutôt une matière comme une espèce de ciment. Je crois que je préférais balayer dehors. Une fois je faisais des tas de feuilles et le vent cassait les tas tout le temps. Au bout d’un moment c’était insupportable. J’ai pensé faire balayeur à côté de peintre.[…] Tu en vois des choses quand tu es balayeur… C’est un poste d’observation. » Télécharger notre présentation, ou  prendre connaissance de la variété de ses travaux, encres, peintures, collages, bas-relief, sur flickr, bien qu’il ne s’y trouve pas les plus récents.
Jusqu’au 30 septembre, tous les jours de 14h30 à 18h30 sauf le mardi. Entrée 2 euros (adultes), 1 euro pour les 12-18 ans, et gratuit en dessous de 12 ans. Fort de Sainte-Marine, rue des Glénans, 29120 Combrit.  Tél. 02.98.51.98.88.

A propos de son accrochage intitulé « Où sont les femmes? », le musée des beaux-arts de Brest écrit sur son site interne : « Le musée célèbre ses artistes femmes à travers une sélection d’œuvres spécialement sorties des réserves ». En fait de célébration, il s’agit de trois œuvres seulement signées de V. Molnar, S. Delaunay et M. Pan, plus quelques petites lithographies de S. Delaunay représentant des esquisses de costumes. Le musée se garde bien de le préciser dans sa communication. Et cette maigre sélection est exposée…. sur le palier de l’escalier au premier étage. C’est une bien vilaine façon de célébrer ses artistes femmes…. Doit-on aussi supposer, compte tenu de son absence, que le musée n’a, dans ses réserves, aucune oeuvre de la célèbre artiste bretonne Geneviève Asse ? Et pourquoi les quelques pièces présentées – très belles et qui vaudraient d’être exposées – sont-elles dans les réserves ? Cette initiative vite-faite, qui débutait le 8 mars journée de la femme, donne l’impression que l’établissement s’est donné à très peu frais l’image d’un musée soucieux de mettre les artistes femmes en valeur.  « Cet accrochage est aussi l’occasion de s’interroger sur la place des femmes dans la collection d’un musée », peut-on lire également sur le site du musée qui ne manque pas d’aplomb. On ne s’interroge plus, en tout cas, sur leur place dans le musée des beaux-arts de Brest…. Visible jusqu’au 16 septembre 2018.

Le peintre Pierre Delcourt et la sculptrice Michelle Winckler exposent en duo à la galerie L’Oiseau Sablier à Tréguier. Pierre Delcourt utilise le plus souvent « une palette d’ocres, de terres et de bleu outre-mer déclinés dans une gamme de tons retenus, en essayant de toujours préserver une matière vivante et lumineuse. » M. Winckler travaille le bois et le cristal, ensemble ou pas, souvent dans des formes circulaires.

Samedi 25 août à 18h : vernissage.

Mardi 28 août 10h30 : traces et empreintes, atelier animé par M. Winckler, pour adultes et enfants (à partir de 6 ans). Places limitées.
Mercredi 5 septembre 18h : autour du livre d’artiste, rencontre/débat avec P. Delcourt.
Mercredi 12 septembre 18h : concert surprise et pot de fin de saison.
du 25 août au 12 septembre. Tous les jours, sauf le jeudi, 11h-13h et 16h30-19h30. Entrée libre.
Galerie L’Oiseau-Sablier, 14, rue Saint-Yves, 22220 Tréguier. Tel. 02 96 92 41 90.

Cette manifestation présente les œuvres de deux artistes : Jane Le Guennec et Jean-Marc Thommen.
« Je définirais mon univers comme étant plutôt celui du silence, écrit J. Le Guennec, du mystère et de l’indicible… Le premier de mes désirs est de réussir à donner corps à l’étrange. Révéler une étrangeté, parfois inquiétante… Ainsi vont cohabiter la peur et son antidote, la menace et ses stratégies de protection… (source : BASE/Documents d’Artistes Bretagne). La peinture de J.-M. Thommen est abstraite, gestuelle, graphique. Il combine le collage et des techniques mixtes sur papier, sur toile de lin, sur le mur. De petits formats ou pas. Il dessine aussi. Ses éléments plastiques sont volontairement réduits. Le résultat est rapide, improvisé, dynamique.

Exposition du 28/07 au 23/09, du mardi au dimanche de 15h à 19h et sur rdv.
Abbaye de Coat Malouen, 22480 kerpert. Tél. 02 96 21 49 13 ou 02 96 21 42 33.

A l’occasion de ses 10 ans, la galerie Réjane Louin invite une quarantaine d’artistes, avec lesquels elle a noué une collaboration très régulière ou plus ponctuelle, à créer de manière très libre une ou des œuvres qui traduisent ce que la galerie leur évoque. Des sculptures seront exposées dans l’enclos de l’église de Locquirec.

Du 30 juin au 16 septembre 2018. Vernissage le samedi 14 juillet à 18h. Pendant les vacances scolaires, tous les jours, de 14h à 18h.

Galerie Réjane Louin, 19 rue de l’Église, 29241 Locquirec. Tél. 02 98 79 36 5 ou 06 60 17 54 53.

L’exposition présente 4 sculpteurs contemporains bretons. Pour Bernard San Miguel, schiste, granit, dolérite, sont la mémoire du monde et nous relient à l’origine de la terre. « Flux » de Bruno Guiheneuf est un ensemble d’œuvres caractérisé par des stries parcourant la matière, en l’occurrence la pierre et l’acier, qui laissent deviner des liens avec la nature. Yannick Connan travaille le granit et le bois.  Ses « Érosions », des empilements de granits colorés, parlent elles aussi de l’usure du temps et de la mémoire des matériaux. Michel Thamin sculpte le granit pour en faire des œuvres qui s’apparentent aux totems ou à des stèles. Il les organise en fonction de l’espace qui les accueille.

Du 4 juillet au 29 sept. 2018, Centre culturel Le Cap, 22 rue de la Croix, 22190 Plérin-sur-Mer. Tél. 02 96 79 86 00.
Attention horaires sophistiqués :
– du 9 juillet au 1er septembre : mardi : 14h-18h – mercredi : 10h-12h30 et 14h-18h30 – vendredi : 12h-18h – samedi : 10h-12h30 – Fermeture lundi et jeudi
– du 4 au 7 juillet et du 3 au 29 septembre : lundi et mardi : 15h-18h – mercredi : 10h-12h30 et 14h-18h30 – vendredi : 12h-18h – samedi : de 10h à 17h.

Les tableaux abstraits de Pascal Barat sont à base d’acrylique qu’il travaille de manière particulière.  il peint les fonds avec un chiffon qu’il tapote plus ou moins fort. Ensuite, il gratte. « Je ne peux que taper et griffer ou racler, je ne sais pas faire avec un pinceau », dit-il. Ses sculptures, à la différence des peintures, ont un lien avec la figuration. Voir la video.

Les sculptures de Daniel Jules Roger, ses installations sont toujours à base de papier, éventuellement sur des structures en osier ou en bois. Le papier est durci par un mélange personnel à base d’argile et de colle. Les formes, complexes, ont à voir avec ses souvenirs d’enfance au bord de la Manche et la mythologie de la nature. Voir la video. 

Chapelle des Ursulines, 22300 Lannion. Tél. 02 96 37 99 10. Du 30 juin au 8 septembre.

Juillet et août : du mardi au samedi, de 10h à 12h30 et de 14h à 18h. De septembre à Juin : du mardi au samedi, de 14h à 18h et les jeudis matin et samedi matin de 10h à 12h30.

C. Royant, Fragments III, 2013

Chantal Royant est une figure de l’avant-garde du verre contemporain en Europe. Elle sculpte en jouant sur une palette variée de couleurs, selon  plusieurs  degrés de transparence et d’opacité. « Depuis 35 ans, écrit-elle sur son site, j’étudie et je célèbre la lumière, les couleurs et les formes avec le verre comme médium. Pour moi, la création est une aventure. Je vis le mouvement de la lumière, de la couleur et de la forme comme une libération. Je travaille sur le cycle de transformation de la matière ; dans la fusion (du verre), tout évolue et se transforme, en partant de la plasticité du verre, vers la lumière et l’esprit. La fluidité du verre et la lumière, sont les miroirs de notre propre organisme, de la nature et du cosmos. Je sculpte la dualité de ce jeu entre le solide et le liquide ».
Atelier-Galerie de C. Royant, 11, boulevard Féart, 35800 Dinard. Tous les jours de 10h à 20h. Tél. 06 81 16 44 14.

L’exposition en cours à la galerie Céline Arnal, Senteur Lavande,  propose les œuvres de la plasticienne Anais Touchot et du photographe Vincent Malassis. Pour A. Touchot, l’art est une collaboration collective, plutôt qu’une recherche individuelle, une œuvre plus sociale qu’esthétique. Son travail est traversé de préoccupations écologiques et sociales. A la galerie C. Arnot, elle propose une ambiance relaxante et sensorielle. Photographe et artiste sonore, Vincent Malassis développe un travail à la fois plastique et sociologique où l’expérimentation constitue le socle d’une démarche artistique paradoxalement documentaire, créant un effet étrange entre réalité et fiction. Ses pièces sonores s’apprécient généralement en corrélation avec ses photographies.

Jusqu’au samedi 11 août, du mercredi au samedi de 9h30 à 12h30 et 15h à 18h30. Tél. 06 27 04 46 58.
Galerie Céline Arnal4 rue de Coulon, 35160 Montfort sur Meu.

Dans le cadre de sa 2e édition, le salon du livre Baie des plumes présente deux événements plastiques :

Livres d’artiste de M. Remaud

Les peintres Michel Remaud et André Jolivet exposent les livres d’artiste qu’ils ont réalisés en collaboration avec des écrivains ou des poètes, et qui représentent une part importante de leur activité. Une rencontre est prévue avec le public,  à la librairie L’Ivraie, le vendredi 3 août à 19h.

Le sculpteur Lionel Ducos immerge dans La Baie de Douarnenez douze statues monumentales englouties et dévoilées selon le rythme des marées, durant 6 jours. Avec cette installation, L. Ducos vise à dénoncer la disparition et la souffrance des peuples autochtones à travers la planète. En parallèle, sont proposées des rencontres avec l’artiste et des débats sur la question des peuples autochtones et de l’écologie. Du 20 au 26 août, à proximité du port (port du Rosmeur).

M. Cahn, sans titre, 1952. Gommettes et étiquettes

Le musée présente une sélection des œuvres achetées depuis les années 60, selon deux axes : abstrait avec Marcelle Cahn, Pierre-Martin Guéret, Stéphane Dafflon, Morgane Tschiember ou John Cornu, et figuratif, avec Adam Adach, Denis Laget, Farha Atassi, Henri Cueco, etc. Le musée n’indique pas quelles œuvres exactement, mais un catalogue accompagne l’exposition.
Côté abstrait, nous signalons particulièrement Marcelle Cahn, oubliée ou mal connue, dont le travail mérite d’être découvert. Elle pratique le collage et explore de manière très personnelle et très ouverte les principes de l’abstraction géométrique.
Coté figuratif, la peinture de Denis Laget, se veut impure, faite de concrétions, de taches, d’écorchures, de débordements, de salissures. Les sujets sont éclatés. « J’aime voir quels glissements, quelles modifications on peut apporter, quels coups de sape on peut donner, comment on peut «saloper» ces sujets, dit-il. » (interview dans Libération en 1997)

Du mardi au vendredi : 10h-17h, sam. et dim. : 10h-18h. Musée des beaux-arts, 20 quai Emile Zola, 35000 Rennes.

Chaque été V. Caroff organise une exposition personnelle dans son atelier. Elle a pris le portrait comme thème de travail cette année. Une cinquantaine de personnes se sont prêtés à l’exercice de la pose. Vonnick Caroff questionne ce que le portrait fait à la peinture et ce que la peinture fait au portrait.

Vous êtes invités à venir prendre place dans cette petite assemblée regroupée le temps de l’exposition de l’été à Pont-Croix, qui se tiendra du 19 juillet au 23 août de 15h à 19h.  adresse : 24 bd du Général de Gaulle, 29790 Pont-Croix.

« Toute la peinture que j’aime » c’est le titre de l’exposition collective qui se déroule dans l’atelier du peintre François Jeune. Vous pouvez découvrir les œuvres de Yves Bellenfant / Claude Briand-Picard / Claude Gesvret / Bénédicte Hubert-Darbois / Josée Theillier et Thierry Le Saëc, en même temps que la collection de peintures contemporaines de F. Jeune.

Du 21 juillet au 19 août 2018.
Du mercredi au dimanche de 15h à 20h.

Les photos du vernissage sont sur le blog de T. Le Saëc.

6 Impasse Bihan, ZA de Lann Vrihan 56450 Le Hézo. Tél. 06 99 65 95 37

    Florence Vivien

Florence Vivien réalise des pièces en grès et porcelaine, travail au tour, émaillage et cuisson. Elle propose un large éventail de pièces d’inspiration celtique, animalière et explore notamment  les effets de la cristallisation; Florence produit elle-même un émail qui développe des cristaux à une certaine température.

30 Kerouzine, 56680 Plouhinec.
Atelier ouvert de 10h a19h30 le samedi et dimanche, de 18h30 a 20h en semaine.
Possibilité de visite en dehors des horaires sur rendez vous; tél: 06.29.68.62.43
florence-kerouzine@orange.fr

Tous les ans, le Circuit des chapelles// Troiad ar Chapelioù de Plestin-les-Grèves organise des concerts et des expositions basées sur l’alliance du patrimoine religieux et de l’art, principe de base des parcours artistiques de Bretagne. Les artistes sont variés, à chacun d’y faire son choix et son propre parcours.
Cette année,  nous avons particulièrement retenu les sculptures de Annelyse Nguyen (acier), Melen Gibout (bois et bronze), et d’Audrey Kimmel (céramique). Consulter la carte ou télécharger le programme qui inclut également des randonnées liées au Circuit. 

Expositions // Diskouezadegoù : du 15 juillet au 18 août, tous les jours de 14h30 à 18h30. Entrée libre.

Tél. 02 96 35 06 28.

SONY DSC, M. Martinez

L’exposition intitulée A mesure de l’ombre permet de découvrir tout à la fois les sculptures et installations de Myriam Martinez, avec l’argile comme matériau de prédilection, mais aussi des dessins, œuvres passées ou plus récentes. Une installation composée de centaines d’aiguilles en porcelaine – gravées de mots espagnols – se déploient sur plusieurs mètres, à l’étage de l’espace d’exposition.

Jusqu’au 29 juillet, les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14h à 18h.

Espace culturel Lucien Prigent

Park de Kréach Kelenn – Rue du Manoir, 29400 Landivisiau

Tél. 02.98.68.67.63.

Dans cette exposition, le peintre Michel Remaud présente ses derniers travaux : un ensemble de papiers froissés et peints et des pastels gras. Par ailleurs, est paru cette année, son dernier livre d’artiste La chair du monde en collaboration avec l’écrivain  et poète Dominique Sampiero.

Exposition du 26 juillet au 1eraoût,  10h-12h30 et 15h-19h.

Maison de la Pointe

à L’île -Tudy, 29980.

Tél. 02 98 56 42 57.

Ile Wrac’h, S. Marzin, gravure su bois. 2017

La gravure (sur bois ou sur lino, taille d’épargne, taille-douce) joue un rôle majeur dans la démarche de Serge Marzin, en raison notamment de l’aspect contemplatif, voire ascétique que suppose ce type de travail en atelier.

Selon lui, il s’agit tout d’abord d’un mode d’expression qui permet de « cultiver un art où la lenteur est une donnée incontournable », dans le sens d’un approfondissement de ce que l’on cherche à faire percevoir. Ensuite, les techniques de gravure sont associables et s’ouvrent à une multitude de combinaisons : « La gravure nous offre cette possibilité d’utiliser une ou plusieurs matrices et de les agencer, tout comme des polyptiques, et de façon différente. Cette pratique est spécifique à la gravure ; elle permet de travailler et de réunir dans une seule image des moments plus ou moins éloignés dans le temps ». C’est pourquoi Marzin considère que « graver, c’est se situer volontairement dans l’entre-deux, dans l’intervalle de la matière et du signe, entre incision et écriture, entre le minéral et le vivant, dans un espoir d’unité ».

L’exposition La Grande Passe présente une série de photos de Sylvain Girard, et une série de dessins de Marion Zylberman. Sylvain Girard travaille uniquement en noir et blanc  des sujets tirés de son environnement : le quotidien, la nature, la Bretagne… Il fait lui-même les tirages à l’ancienne, sur papier argentique. Marion Zylberman concentre une grande partie de sa démarche sur la question du trait, s’efforçant de traduire les variations rythmiques de la pluie, des vagues…

Du 13 juillet au 20 août.  Tous les jours sauf le lundi, de 10h30 à 12h30 et de 15h à 19h.

Vernissage le vendredi 13 juillet à partir de 18h30 heures.

134 rue François Peron (la rue qui monte du  port de St-Guénolé, en passant devant le bar bleu  « chez Cathy », vers les rochers) à Saint-Guénolé-Penmarc’h 29760. Tél. 06 63 21 30 70.

Les peintures et les sculptures de Christophe Violette s’exposent à la galerie Artsraden. Artsraden est une galerie associative située dans un hameau à l’ouest de Quimper, hors des grandes routes, mais dont les expositions valent toujours le détour.

Jusqu’au 19 août. les samedis et dimanches et jours fériés de 15 h à 19 h, et sur rendez-vous au 02 98 54 55 93 et 06 16 38 35 95.

Galerie Arts Raden. Ty-Raden Kerdreanton, 29710 Plogastel Saint-Germain. Consulter l’itinéraire

Photo Aïcha Dupoy de Guitard

L’exposition rassemble les livres d’artiste de Gilles Baudry, poète et moine à l’abbaye de Landévennec (presqu’ile de Crozon). Depuis son premier recueil paru chez Rougerie en 1984, il a en publié plus d’une dizaine traduits dans plusieurs pays européens. 

G. Baudry a aussi participé à une quinzaine de livres d’artiste où ses poèmes se combinent avec des gravures, des peintures, des photos. Il a ainsi travaillé avec des plasticiens (Yves Picquet, Michel Remaud, Maya Mémin, Nathalie Fréour, Marie-Gilles Le Bars…) et des photographes, Aïcha Dupoy de Guitard et Philippe Kohn.

Vernissage le vendredi 20 juillet 2018, à partir de 19h15, en présence du poète et de plusieurs artistes. 

Ouvert les week-ends des 21-22 juillet, 28-29 juillet, 4-5 août et 11-12 août 2018, de 14h à 18h30. Tél. 06 44 91 52 90. Exposition, 3 rue de Gorreker, à Landévennec. Entrée libre.

Eric Feber, le Jardin des Arts

Pour sa 16e édition, l’exposition de sculptures monumentales, installées dans le  Parc Ar Milin’ et dans les rues de la Ville de Châteaubourg invitent six artistes contemporains à dialoguer avec la nature sur le thème de l’environnement et du recyclage. Sont invités : émilie Prouchet Dalla Costa, éric Ferber, Christian Champin, Frédérique Fleury, Jeff Lubrano, Jonathan Bernard.

Tout savoir sur les sculpteurs et leurs œuvres

Du 1er mai au 16 septembre 2018. Entrée libre tous les jours jusqu’à minuit.

Le jardin des arts, parc d’Ar Milin, 35220 Châteaubourg. Tél. 02 99 00 30 91. Visualiser l’accès et l’emplacement.  

Sous la responsabilité d’Hervé Aussant, graveur et éditeur, le cabinet d’estampes de Cantomheuc est un espace dédié à la gravure contemporaine. L’exposition d’été 2018 permet de faire connaissance avec les travaux récents de Hervé Aussant, Catherine Denis, Vicky Estevez, et Armelle Gapihan

Du 17 juin au 5 août 2018, les samedi et dimanche de 14h30 à 19h.

Le Cabinet d’Estampes de Cantomheuc, situé dans la nature est entouré d’un jardin accessible au public.

Village de Cantomheuc, 11 rue du Vieux Four, 56800 Loyat. Tél. 06 11 65 68 30. Cliquez pour visualiser son emplacement.  

Pour la galerie L’Ecole des filles, le thème de la marge et du centre permet de réunir dans une exposition collective « des artistes de la différence : esthétique, nationale, sexuelle ; des artistes bretons, français, internationaux, reconnus ou émergents »  et notamment : Thomas Andréa Barbey, Bernadette Bour, Michel Carrade, Jeanne Coppel, Germaine Gardey, Madeleine Grenier, Bang Hai Ja, Jang Kwang Bum, Denise Le Dantec, Loïc Le Groumellec, Wei Ligang….

Consulter la présentation des artistes exposés et de la galerie. Du 10 mai au 2 sept. 2018. École des filles, 25 rue du Pouly, 29690 Huelgoat. Tél. 02 98 99 75 41. Du mercredi au dimanche, de 11h à 19h.

Arts à la pointe est un festival de musique et un circuit d’art contemporain organisé chaque été dans le Cap Sizun depuis 1989, et 2001 pour le circuit d´art. Il inclut une quinzaine de lieux à travers le Cap Sizun. Son principe est d´associer création contemporaine et patrimoine, en favorisant particulièrement cette année l’art vidéo. Les inspirations artistiques sont variées. Les informations sont copieuses, il est préférable de télécharger le programme complet, les lieux, les horaires en pdf et la carte imprimable du circuit. 

Contact : Association Cap Accueil, 9 rue Lamartine, 29770 Audierne. Tél. 02 98 70 28 72. Accueil du lundi au vendredi de 10h à 12h sauf le mardi. Contact : cap.accueil@orange.fr 

L’exposition  centrée sur la thématique du jeu regroupe six artistes  de la région. «  Klervi Bourseul expose des sculptures originales en céramique. Lize Hascoët a réalisé un travail de superposition d’images. Laëtitia-May Le Guélaff des empreintes en terre. Lise Pennec présente ses dessins. Jean-Yves Pennec a conçu, avec des cageots, un module sur les mots ainsi qu’un jeu de mikado. Élodie Cariou, pour faire suite à sa réalisation sur les traces d’engins agricoles, présente son travail constitué de plaques avec un jeu autour des empreintes sur des carreaux. »(Source : article paru sur telegramme.fr le 25 juin).

Du 30 juin au 29 juillet, du mardi au dimanche, 16h -19h. L’exposition se tient dans un ancien bâtiment agricole transformé en atelier. Espace Le Champ des Possibles, ferme de Kerguinou, 29180 Plogonnec (au nord de Quimper).Tél. 06 64 91 64 97.

Tous les ans depuis 13 ans, L’art dans les chapelles du Léon expose une dizaine d’artistes dans une dizaine de chapelles. Un parcours qui, à l’instar des autres, permet de découvrir à la fois le patrimoine religieux et l’art vivant. De jeunes guides sont à la disposition des visiteurs pour leur présenter à la fois la chapelle et l’artiste qui s’y produit.
Comme toujours dans les circuits, les artistes sont d’inspiration et de pratiques très variées. Nous avons retenu l’installation de Thé Uguen faite de fil et de papier,  celle de Mathias qui combine toiles libres et éléments constructifs et Serge Marzin,  pour le dynamisme de ses gravures en noir et blanc.

Tout savoir sur les artistes, les chapelles et les animations

Contact : 06 37 83 12 71 ou contact.acbl@gmail.com. 

Jean-Yves  Pennec récupère les  cageots dans  les marchés. Il les démonte, les découpe, puis assemble les morceaux  en  jouant  de  leurs dimensions, de leurs formes et de leurs couleurs.  Il aboutit  à  des  compositions  d’une  grande  diversité  de  structures,  de coloris  et  de  formats,  tantôt  abstraites,  tantôt  incluant  des  fragments d’images  réelles. Étonnant.

Exposition du 16 juin au 20 juillet 2018. Vernissage le samedi 16 juin 2018, à 12h.

Du mardi au vendredi, de 14h à 18h. Les samedis 16, 23 & 30 juin de 10h à 12h30 & de 13h30 à 16h. Entrée libre.

 Centre Culturel Le Belvédère, Place Gravedona ed Uniti, 56380 Guer.

Tel. 02 97 22 14 47.

mt-galerie, galerie nomade, propose l’exposition  »des artistes et des roses » et invite six sculpteurs a exposer 2, 3 grandes œuvres ou à réaliser une installation dans une magnifique roseraie avec plus de quatre cent cinquante variétés de roses anciennes.
La pépinière a cessé sont activité en 2017, et pour sauvegarder cette roseraie, l’association, Les jardins de La Peignie, a choisi de préserver, embellir et animer ces jardins, d’entretenir ce superbe lieu et de le faire vivre avec divers projets culturels, spectacle, musique, arts plastiques etc.
Avec Pascale Beauchamps – Vincent Brodin – Yannick Connan – Bruno Guihéneuf – Michel Leclercq – Michel Thamin.  Tout savoir sur les artistes. Vernissage le 16 juin à 18h.  Roseraie La Peignie 56490 Ménéac. Du 16 juin au 15 juillet 2018, ouvert samedi et dimanche 14h à 17h30. Tél. 02 97 93 36 12.

En partenariat avec la Galerie Nationale de Prague, le Musée départemental breton présente 80 œuvres inspirées par la Bretagne à des peintres tchèques. L’exposition regroupe des artistes tchèques célèbres et d’autres moins connus en France, avec notamment, František Simon, maître de la gravure en couleurs, Mucha, la figure la plus célèbre du style Art Nouveau… Kupka, symboliste puis pionnier de l’art abstrait, présent avec un de ses premiers tableaux, la Vague du Musée d’Ostrava, et  Marie Čermínová, dite Toyen, qui faisait partie du mouvement surréaliste. Plus le prêt par la Galerie Nationale de Prague de Bonjour monsieur Gauguin, autoportrait de l’artiste (1889). De la mi juin à la mi septembre : tous les jours de 10h à 19h. Le dépliant sur l’exposition.
Musée départemental breton, 1, rue du Roi Gradlon, 29000 Quimper. Tél. : 02 98 95 21 60.

« L’exposition/installation Capharnaüm d’Octave Courtin est une sorte de créature tentaculaire, un harmonium vivant, composé d’un enchevêtrement de tuyaux dans lesquels circule le souffle mécanique de ballons de baudruche. L’air expulsé par la respiration de cette masse noire met en vibration un système d’anches détournées générant des drones riches en harmoniques évoquant également des instruments tel que la cornemuse ou l’harmonium. » (site du Bon Accueil)

Vernissage le 7 juin à partir de 18h30.

Le Bon Accueil, 74 canal St Martin, 35700 Rennes.

Du jeudi au samedi de 14h à 18h, dimanche de 15h à 18h. Tél. 09 53 84 45 42. 

Entre photographie, performance et land art, le travail de J. Delhaye offre une nouvelle vision de son environnement, envisagé comme une oeuvre du temps en permanente évolution. L’artiste présente une vingtaine d’oeuvres inclassables, grands ou petits formats, des pièces multiples et disséminées, inédites ou déjà exposées, certaines réalisées spécialement pour l’occasion. « Ce ne sont que des originaux, dont la surface sensible a été grignotée par la lumière d’un lieu, d’un paysage, d’un moment. Un lieu qui projette aussi sur moi sa présence ». J.Delhaye s’inspire de la nature pour construire des rencontres et des récits. « Le vivant est au cœur de mon travail. Et plus que la photo, c’est l’empreinte qui m’intéresse. Je ne cherche pas à générer des formes mais à raconter des histoires ». Texte Lorient Mag. Juin 2018

Du 2 juin au 22 juillet. Vernissage le 1er juin à 18h30. Visite commentée par l’artiste le samedi 2 juin à 17h, mardi 19 juin à 12h30, dimanche 15 juillet à 17h. Galerie Le Faouedic, 2 bd du Général Leclerc,  Lorient. Du mercredi au dimanche, de 14h à 19h. Tél. 02 97 02 22 57.

M. mc Gillis, 2012. Photo P. Glais

M. mc Gillis, 2012. Photo P. Glais

Etangs d’art propose des Installations d’œuvres sur des plans d’eau en pays de Brocéliande et plus précisément cette année, 13 artistes sur 9 plans d’eau dans 7 communes : Les 13 artistes sont : Wernher Bouwens, Sylvaine et Arnaud de la Sablière, Luciano Di Rosa, Les Nouveaux Voisins, Claude Le Luherne, Pédro Marzorati, Véronique Matteudi, Pascale Planche, Xavier Rijs, Vanessa Rosse, Joël Thépault.

Étangs d’art a été créée en 2004 par le collectif d’artistes de Brocéliande, un territoire à l’ouest de Rennes. En résidence avant l’ouverture de la biennale, chaque artiste réalise une installation libre et éphémère in situ. Nombreuses visites guidées ou insolites. Vernissage le Samedi 2 juin avec un parcours en autocar et covoiturage: rendez-vous à 9h à l’étang de Trégu. Découverte des œuvres en présence des artistes tout au long de la journée. Tous les rv ou Consulter le dossier de presse. Contacts : 07 50 96 46 57 ou par mail : communication@etangsdart.fr

Jean Le Moal est un des principaux représentants du mouvement de l’abstraction lyrique rattachée à la Nouvelle École de Paris. Dans les années 40, il s’engage dans la voie de l’abstraction. À partir de 1952, il joue sur les rapports entre axes vertical, horizontal et oblique, ainsi que sur des courbes sectionnant l’espace. Il pratique l’économie des moyens picturaux pour mettre en relief les insensibles transformations de la lumière qui ne cessent d’affecter les paysages marins dont il s’inspire. Il développera ensuite cette préoccupation de la lumière au contact du vitrail qui deviendra alors pour lui un moyen d’expression privilégié.  Dans un parcours historique, l’exposition offre un panorama complet de l’oeuvre de Jean Le Moal.

Musée des beaux-arts, 40 Place Saint-Corentin, 29000 Quimper. Du 9 juin au 17 septembre.
Avril- mai – juin et septembre-octobre :  tous les jours, sauf le mardi, de 9h30 à 12h et de 14h à 18h. Du 1er juillet au 31 août : tous les jours de 10h à 18h.

James Turrell est un artiste américain dont les principaux média d’expression sont la lumière et l’espace. Il vit et travaille en Arizona et en Irlande. JamesTurrell revendique pour sa démarche artistique la double appartenance à la culture scientifique et technique. Depuis la fin des années 1960, ses installations immersives, appelées «environnements perceptuels», sont réalisées à partir d’un matériau essentiel : la lumière, naturelle ou artificielle. Sa production ne comporte ainsi presque aucun objet en tant que tel. Il joue sur les phénomènes de perception lumineuse, les illusions d’optique. Il a été exposé pour la première fois à Paris en 1989. (d’après Wikipedia).

Musée des beaux-arts, 10, rue Georges-Clemenceau, 44000 Nantes. Tous les jours, de 11h à 19h, sauf le mardi. Ouverture en nocturne jusqu’à 21h, le jeudi.

Bifurquer, nouvelle édition de l’Art chemin faisant, la vingtième, poursuit l’idée d’un parcours artistique sur le territoire de Pont-Scorff, le cheminement d’une œuvre à l’autre, dans des sites singuliers appartenant au patrimoine et à l’histoire de la cité. La manifestation insiste davantage sur le mouvement, la mobilité, le changement de cap, voire l’égarement avec l’idée de déplacer son point de vue. L’exposition rassemble les dessins, photographies, vidéos, peintures et installations : de huit artistes : Marta Caradec, Pierre Hybre, Pauline Julier, Laurent Le Deunff, Quentin Montagne, Pascal Pellan, Noemie Sjöberg, Adrien Vermont.

L’Atelier Estienne, organisateur de l’événement est un centre d’art contemporain, qui promeut un art contemporain pointu, parfois « radical », en milieu rural.
Renseignements : Atelier Estienne, 1 Rue Terrien, 56620 Pont-Scorff. Tel. : 02 97 32 42 13. Contact : communication@atelier-estienne.fr

Semiconductor est un duo d’artistes/chercheurs anglais, Ruth Jarman and Joe Gerhardt qui, depuis 1997, ont entrepris un travail original à la frontière entre science/technique/art. Ils explorent la nature matérielle du monde, en questionnant l’expérience que nous en avons à travers la science et la technologie. Ils produisent des courts-métrages, des sculptures et des installations immersives, en mêlant images et monde sonore. L’exposition rassemble des installations récentes et présente une œuvre nouvelle développée pendant leur résidence au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire basé à Genève). Ils ont réalisé d’autres projets en résidence notamment dans les laboratoires de la NASA. Leurs travaux ont été exposés à la biennale de Venise, au festival d’art contemporain de Prague, à l’institut d’Art Contemporain de Londres (ICA), au Festival International du Film de San Francisco, à Milan, et en Allemagne.

Lieu Unique
quai Ferdinand-Favre, Nantes. Tél. 02 40 12 14 34.
Du 6 avril au 2 juin, du mardi au samedi 14h -19h et le dimanche : 15h -19h.

 »De beaux lendemains » est un récit photographique proposé par Eric Courtet, une exposition en extérieur dans les murs de l’Abbaye de Coat Malouen. Eric Courtet puise inspiration dans les œuvres des auteurs qui interrogent les “affaires d’âmes”, comme par exemple les cinéastes Ingmar Bergman, Pier Paolo Pasolini ou Andreï Tarkowski. Pour lui, « c’est s’interroger sur les préoccupations du quotidien, la solitudes des êtres, leurs désirs et leurs empêchements, écrit-il sur son site.

Visite libre du 2 au 30 juin 2018. Vernissage le samedi 2 juin à 18h. Abbaye de Coat Malouen, 22480 Kerpert.

Maison rouge, P. Jaouen

La galerie Plein Jour présente pour la seconde fois, une exposition d’art brut avec le travail de trois artistes : Gaël Dufrene, Philippe Jaouen et Nadine Peleter.
G. Dufrene, a un seul centre d’intérêt :  les trains, qu’il dessine aux crayons de couleur avec une grande précision. Aucun détail, même minime, ne lui échappe.  P. Jaouen peint des formes géométriques, de manière spontanée et colorée, qui évoquent des constructions. La peinture de N. Peleter est elle aussi très colorée, mais plus poétique, en relation souvent avec la nature.

Jusqu’au 24 juin 2018.

Galerie Plein Jour, 4, rue Eugène-Kérivel, place des Halles, à Douarnenez. Tél. 02 22 12 91 75 ou 07 81 73 41 85. 

mercredi, jeudi et vendredi, de 15 h à 19 h. Samedi, de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 19 h.

La fête de l’estampe est un événement national annuel soutenu par la Fédération nationale de l’estampe. Comme on le pressent, son objectif est de promouvoir l’estampe, contemporaine ou patrimoniale avec des expositions, des performances, des visites d’ateliers, démonstrations, portes ouvertes, cours, conférences … tout est possible à l’initiative de qui le veut : graveurs, galeristes, musées, imprimeurs, médiathèques, écoles d’art…

Les manifestations se déroulent dans les lieux les plus variés, le 26 mai et souvent sur plusieurs jours.

Consultez le programme complet par région et département.

Véronique Porot fait partie des plasticiens, plus souvent plasticiennes d’ailleurs, qui travaillent à partir de fibres et de fils. Elles sont nombreuses, inventives, mais peu connues en France. V. Porot utilise le matériel traditionnel de la dentellière :  un carreau, des épingles, des fuseaux et des fils.
Lin, coton, soie, plastique, métal, papier, ou fibre végétale, toutes ces matières l’’intéressent dans leur texture, épaisseur, résistance, couleur, transparence. Elle les mélange, les noue, croise, entrelace pour créer des formes figuratives ou abstraites. « Je me suis familiarisée avec des matières et des techniques diverses : couture, patchwork, tissage, broderie, tricot, crochet… écrit-elle sur son site. Dans la maison familiale, les dentelles transmises de génération en génération m’ont donné le goût et l’admiration de ce savoir-faire lié à des régions bien spécifiques. »

L’exposition porte plus particulièrement sur le thème de la méduse.
Espace culturel du Champ de foire, rue du Penquer , 29860 Plabennec. Tél. 02 98 30 78 95.
Du mardi au jeudi 10h/12h – 13h30/17h, le vendredi 10h/12h – 13h30/19h.

 L’exposition présente notamment 2 livrets  de Maya Mémin :

 Kantik Ar Baradoz, qui fait suite à son travail avec les musiciens, Jean-Yves Bosseur, Jean-Luc Tamby et Emilie Yaouanq;  il combine gravures, chant traditionnel et texte des musiciens.

 Une saison à Riantec, avec des Poèmes de Marc Le Gros présente une série d’aquarelles de la mer intérieure de  Riantec (Morbihan), accompagnée de poèmes inédits de Marc Le Gros.

Vous pourrez aussi découvrir la réédition, en tirage courant, de deux livres d’artiste de M. Mémin et Gérard Prémel :Plume, épi, feuilles et Les Empreintes Faîtières de Maya.

Vernissage le samedi 5 mai à partir de 16h30. Le dimanche 20 mai à 11h aura lieu un concert de Jean-Luc Tamby et Emilie Yaouanq, à partir des « partitions musicales » de Maya Mémin.
Galerie Ombre et Lumière • 49, rue Georges Clemenceau – 35400 Saint-Malo / Saint-Servan – Tél: 06 32 86 19 94. Mardi, jeudi, vendredi, samedi de 14h30 à 18h30.

Dans  ses  sculptures  métalliques, Jos  Graignic explore  trois sources d’inspiration : les funambules, les poissons et les structures abstraites des molécules, des chromosomes. Constituées de fils, aériennes et en mouvement, elles sont à la limite du déséquilibre. Quel que soit l’univers, on y trouve des cercles, des boucles, des spirales. « Je les vois, dit-il, comme des métaphores des cycles de la vie, de la nature.» (Le Télégramme 25 nov. 2015)

Les formes colorées de Rodolphe Lecorre, à la limite de l’abstraction, laissent deviner les paysages qui les ont inspirées. « Mon travail débute très souvent d’une observation de mon environnement ». Le reste se fait en atelier. Sa peinture, est souvent volontairement pâteuse, granuleuse, le matériau ne se cache pas, au contraire. Il définit sa recherche « comme une lutte, un combat avec les éléments observés, une friction à la réalité. »

Galerie Arts Raden. Ty-Raden Kerdreanton, 29710 Plogastel Saint-Germain. Tél. 06.16.38.35.95 ou 02 98 54 55 93. Du 26 mai au 17 juin, les samedi et dimanche, de 14h à 19h. La galerie est située dans un petit hameau, à l’ouest de Quimper. Consulter le plan.

Dans sa manière d’explorer les potentialités de la céramique, Océane Madelaine intègre souvent une forme d’écriture (on peut notamment y déceler des liens avec l’art d’un Cy Twombly) ou de la calligraphie. Elle l’insère avec délicatesse dans le traitement des couleurs qui semblent parfois avoir traversé les épreuves du temps, ce qui leur donne une apparence de fragilité. La plupart de ses créations sont utilitaires, tout en invitant celui qui se sert de tels objets à prendre le temps de les contempler en déchiffrant les multiples réseaux de signes et de formes qu’ils font apparaître, souvent comme en transparence : « Il est primordial pour moi, dit-elle, de donner forme au bol, à l’assiette, au pichet… Peut-être parce qu’ainsi les mains – tant les miennes que les vôtres – se relient à une histoire de l’objet qui vient de si loin, de cette époque étrange où les sociétés devenues sédentaires inventèrent les contenants d’argile…Peut-être aussi parce que je veux croire au miracle simple d’une table dressée avec sollicitude, et que le fait de créer des petites séries de pièces utilitaires est ma manière d’honorer l’espace de la convivialité. Peut-être encore parce que je ne connais guère de geste plus émouvant que celui des paumes entourant un bol comme pour y trouver abri et réconfort ».

Fabienne Houzé-Ricard a une prédilection pour le tracé du fil, la forme ronde, et deux couleurs le rouge et le blanc ; ces éléments s’associent et prennent souvent la forme du nid. Elle la décline en volume ou non, avec des matériaux variés : le verre, des bandes plâtrées, la peinture acrylique. Ses formats vont du dessin intimiste à l’installation qu’elle appelle aussi parfois mises en situation.

La démarche de F. Houzé-Ricard n’est pas naturaliste, le nid est un objet de réflexion. C’est visiblement le fruit d’un travail, plutôt long et complexe, mais précaire. Il est fragile, prêt à se défaire, un peu abîmé,  tombé, avec parfois un léger décalage qui le tire, sans que l’on s’en aperçoive tout de suite, vers le surréel, voire le macabre.  Souvent démultipliés, il contrecarre l’idée d’un lieu unique enfin trouvé. C’est plutôt une recherche jamais terminée de savoir en quel lieu le/se déposer. Défait, réduit à sa forme circulaire, le nid montre ce qu’il cachait, peut-être, le centre du monde, un point mystérieux, une spirale…

Du samedi 5 mai au dimanche 27 mai 2018, Abbaye de Coat Malouen- 22480 Kerpert. Organisation mt-galerie.

Ouvert les samedi, dimanche et jours fériés, de 14h à 18h. Tél. 02 96 21 42 33.

Ilann Vogt_L’évangile selon Marc

llann Vogt  découpe les livres, parce qu’il les aime. Il découpe chaque page, ligne par ligne de manière à former des ficelles de texte qu’il assemble en les tissant.  Les grands auteurs y passent : Perrault, Kafka, Proust, V. Woolf…

Il a découpé et tissé plus d’une centaine de livres intégralement. Le résultat prend la forme d’écharpes, de robes, de longs tissus, de vieux rebus, de morceaux d’osier… de toutes dimensions, y compris sous forme d’installations. Un travail méticuleux qui se situe de manière originale entre la littérature et les arts visuels, qui fait des mots une œuvre plastique. Ilann Vogt se désigne comme artiste plasticien et tisserand.

I. Vogt expose à la Chapelle des Ursulines avec le sculpteur Kito dont l’oeuvre représente essentiellement les notions d’ouverture et de fermeture. La manifestation est centrée sur le thème du livre.

Chapelle des Ursulines , 2 rue de Kérampont, 22300 Lannion. Tél. 02 96 37 99 10.

Ouverture le mardi, mercredi et vendredi : 14h à 18h, jeudi et samedi : 10h/12h30 – 14h/18h.

L’exposition « STACK | FLOCK | STACK » de l’artiste anglais Stephen Cornford propose une lecture critique de l’idéologie techno-utopique promulguée par l’industrie des nouvelles technologies.
Artiste d’installations et de performances sonores et musicien expérimental, il reconfigure les appareils audio grand public. Il leur invente un nouvel usage, transgresse l’obsolescence programmée, recherche la poésie qu’ils recèlent, dans le but de critiquer l’usage normatif qui en est fait, la conformité sociale et le mythe du progrès technologique. Ses dernières recherches portent sur les capteurs d’image et particulièrement les semi-conducteurs photo-sensibles qui transforment la lumière en données dans toutes les caméras digitales. 

Le bon accueil  

74, canal Saint-Martin, 35700 Rennes. Tél. 09 53 84 45 42.
Du jeudi au samedi, de 14h à 18h. Le dimanche, de 15h à 18h.
Vernissage en présence de l’artiste, le jeudi 29 mars, à partir de 18h30.

Cette exposition est la deuxième collaboration d’Olivier Michel, plasticien, et Pierre-Alexandre Remy sculpteur, où tous les deux jouent sur la ligne.

Qu’il s’agisse de dessins au bic, ou de PVC découpé en bandes, le travail d’Olivier Michel créé des lignes sinueuses dont la souplesse est contrainte par un cadre. le PVC se déploie dans un cadre-vitrine, crée des envahissements s’apparentant à des turbulences : des zones de flux se créent et l’envahissement successif des méandres dans l’espace du tableau fait apparaître un dessin. P.-A. Rémy travaille essentiellement l’acier auquel il joint PVC, élastomère, aluminium ou bien le verre et le grès. Il les étire pour en faire des entrecroisements de fils souples, complexes, fragiles, en jouant sur les différences de matière pour composer un dessin final. Ses sculptures-installations, qui peuvent être monumentales, prennent forme en tenant compte de l’espace qui les accueille. Il les conçoit d’ailleurs comme des tracés cartographiques, des chemins, des courbes de niveaux, des délimitations.

Galerie Réjane Louin, 19 rue de l’église, 29241 Locquirec. tel : 02 98 79 36 57 // 06 60 17 54 53.
Les samedis, dimanches et jours fériés, 14h30 – 18h30.
et tous les jours pendant les vacances scolaires, sauf les mardis, 14h30 – 18h30.

Rien d’inquétant est une exposition de Julie Aybes et Brigitte Mouchel, faite de photos, dessins, collages et textes poétiques. Elles proposent la traversée d’un paysage sauvage, quasi désert qui suscite des émotions diverses, voire contradictoires, propice à explorer la confusion des silences et des inquiétudes. Pour les deux artistes, il s’agit d’ écrire un entre-deux, entre soi et le monde, avec l’idée d’un partage, comme un carnet de voyage singulier et sensible du pays traversé, avec l’envie que cela reste inquiétant, sans simplification ni explications.

Julie Aybes et Brigitte Mouchel travaillent régulièrement ensemble au sein du collectif et meutes. Elles mêlent Photographies, vidéos, installations, textes poétiques, collages, livres d’artiste, créations sonores, pour croiser des registres divers : artistiques, philosophiques, sociaux… « Nous cherchons, écrivent-elles, à donner à voir une image du monde qui ne soit pas rassurante, ni confortable, qui pousse à la vigilance. Saisir — être saisi par — des lieux, rencontrés en errance, sans but. Lieux qui n’ont aucune particularité, qui ne sont pas du tout pittoresques… C’est là que quelque chose est possible, c’est là qu’il s’agit d’habiter. » L’ exposition se tient dans la  toute nouvelle galerie du collectif, méandres, située dans l’ancienne école maternelle d’Huelgoat. Elle a pris la suite de la galerie K° contemporain,  avec comme projet de créer des échanges variés entre les arts visuels et la littérature. (d’après le dossier de presse)

27 rue du Pouly, 29690 Huelgoat. Tél. 09 84 46 88 89. Entrée libre. Le samedi 21 avril à 18h, inauguration gourmande en musique.  Attention, horaires spécifiques : du 31 mars au 22 avril & du 19 mai au 16 septembre 2018 de 14h à 18h30. Avril / mai / juin & septembre : les samedis, dimanches & jours fériés. Juillet / août : tous les jours, sauf les mardis. 

Michel Thamin sculpte dans le granit des «lithoglyphes», des boîtes de petite taille dont le contenu est annoncé par un signe énigmatique, une discrète figure symbolique. Le visiteur est invité à en soulever le couvercle…

Galerie Ombre&Lumière, du 10 au 30 mars.
49 rue Georges Clémenceau, 35400 Saint-Malo/Saint Servan
Tél. 06 32 86 19 94.
Les mardi, jeudi, vendredi et samedi de 14h30 à 18h30.

Vernissage le samedi 10 mars à 17h30.

Le public peut admirer une centaine de sculptures à l’intérieur de l’Hôtel de Ville et à l’espace Lucien Prigent.

L’espace L. Prigent, situé dans le parc de Kréac’h Kelenn, présente une rétrospective des lauréats du Grand Prix de sculpture de la ville de Landivisiau depuis sa création. Elle a lieu du samedi 3 mars au dimanche 6 mai.

Entrée libre les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14 h à 17 h 30. Renseignements au 02 98 68 67 63.

Le 30e Salon de sculpture contemporaine de l’association Sculpteurs Bretagne se tient, du samedi 7 avril au dimanche 6 mai, dans le hall de l’hôtel de ville. Entrée libre aux heures d’ouverture de la mairie :

19 rue Georges Clemenceau, 29 400 Landivisiau. Du lundi au vendredi : 8 h 30-12 h /13 h 30-17 h 30. Tél. 02 98 68 00 30.

Atelier de Didier Marcel

Le Musée des beaux-arts, le Frac Bretagne et La Criée centre d’art contemporain s’associent pour proposer une exposition collective sur la sculpture depuis les années 80 en France, à travers les œuvres d’une soixantaine d’artistes français ou vivant en France. Sculpter (faire à l’atelier) présente l’atelier du sculpteur comme le lieu du faire, mais également comme celui de la pensée, de l’expérimentation et de la recherche. Une place importante est accordée à la matière première qu’elle soit assemblée, déformée, composée ou recyclée. Parmi les artistes invités certains maîtrisent seuls la réalisation de leur oeuvre, d’autres préfèrent s’entourer d’experts.

Dans le cadre de l’exposition, l’artiste Laurent Duthion offre une performance sous forme de buffet « Le repas du Renard Volant ». Mercredi 04 avril 2018 à 19h (durée environ 45 min) au musée des beaux-arts. Gratuit – sur réservation.
Renseignement sur le site du musée ou celui du Frac.

Leyto est un graffeur breton qui a commencé par taguer les murs, les friches, les lieux désertés, les non-lieux… Aujourd’hui, il travaille aussi sur toile une calligraphie qui a quelque chose à voir avec le style de Pollock,  de De Kooning, la caligraphie arabe, et la  notation musicale. Ses toiles sont en noir et blanc ou très colorées. Son style garde le geste, l’énergie du taggeur mais nécessairement plus contrôlées dans l’espace plus réduit de la toile. Un langage de signes sans autre signification que leur valeur plastique et peut-être le rappel de leur origine transgressive sur les murs.

Le Volume, avenue de la Chalotais 35 770 Vern-sur-Seiche. Les mardi et vendredi, 15h à 18h30 ; mercredi 10h30 à12 h30 et 13h30 à18h30.  Le samedi 10h30 à12 30 et 13h30 à16h30.

« Peindre est un présent », une exposition des œuvres de Nicolas Fedorenko, se déroule en deux temps: 

Nicolas Fedorenko, Chevalier à l’étendard, 1998, huile sur toile, 225 x 173

 Du 4 mars au 1er avril : peinture et sculpture et du 7 avril au 27 mai : œuvre graphique et sculpture

Nicolas  Fedorenko  accorde  une  grande  importance  à  l’énergie  du geste (il dit vouloir «descendre dans le monde avec la pesanteur de l’énergie»), à  l’élan  vital, ce qui le conduit à peindre  généralement  de  grandes surfaces  de  toile  ou  de  papier,  à  même  le  sol. Il  y a dans son travail une forme de sauvagerie et de désordre voulu. Il déclare à ce propos «Il  y  a  une  certaine  brutalité  qui repousse l’idée d’harmonie. Mais il n’y a pas de volonté d’être pessimiste, ni  de  provoquer.  C’est  plutôt  une  forme  de  résistance et  de  révolte […] Cette pagaille est orientée, mais je ne me soucie pas de  l’expliquer ». Il est très sensible à la confrontation entre les écritures plastique et verbale, comme l’atteste sa récente collaboration avec Michel Le Gentil, céramiste sur un texte de Butor. Si l’on trouve l’esquisse d’une figure humaine dans son travail, c’est que  sa «  préoccupation  plastique s’est décalée vers l’homme, pas vers l’anatomie. L’apparence est devenue, non  pas  la  finalité,  d’une  éventuelle  élégance, mais  l’outil… […] Ce n’est pas un sujet, encore moins un motif, c’est quelque chose de plus étrange et d’insaisissable. »  Fedorenko  a également  réalisé  des  vitraux  pour  l’église  de  La  Martyre  et  la  Chapelle Saint-Maudez de Lennon. (Les citations sont extraites de l’article, Fédorenko, Nicolas, ArMenn°112, mai 2000)

Domaine de Kerguéhennec, propriété du Département du Morbihan

 56500 Bignan. Tél. 02 97 60 31 84. Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h.

Beaj, tirage polychrome sur vélin d’arches 35x50cm.

Thomas Godin est un jeune artiste qui travaille la gravure par la technique de l’eau forte (acide nitrique) sur zinc. La plaque est ensuite encrée et reproduite sur papier. Il aime la gravure qui, pour lui, se situe entre l’art et l’artisanat, en ce sens qu’elle demande un savoir technique associé à la création.

Ses gravures sont imprégnées des  paysages  et  des  horizons  du  Léon,  mais  transposés  dans  une évocation imaginaire abstraite, esthétique; il joue sur les variations de couleurs et de luminosité, ce que permet précisément la  pratique  de l’eau-forte.

Son atelier à Landerneau (29), où se tient également le Fonds Hélène&Edouarc Leclerc dédié à l’art contemporain, est aussi un lieu d’exposition.

Les arts des mots et les arts plastiques prennent possession de La Grande Boutique qui contrairement à ce que l’on pourrait penser est un centre de création qui accueille des projets artistiques touchant au spectacle vivant, essentiellement la musique (musique traditionnelle, musique du monde, jazz..),  mais aussi la danse, l’art contemporain, le théâtre… Une après-midi poétique co-construite avec mt-galerie, méandres, les éditions isabelle sauvage et La Quincaille :

EXPOSITIONS
présentation de la collection de livres d’artiste L 3 V  par mt-galerie, galerie nomade et les éditions isabelle sauvage et carte blanche à MÉANDRES avec Julie Aybes et Brigitte Mouchel.

LECTURES POETIQUES
Dès 15h00 Impromptus poétiques – Séverine, Isabelle et Sophie de La Quincaille
16h30 & 18h00 Lectures – Brigitte Mouchel et Sophie Hoarau

L 3 V (leporello 3 volets), c‘est près de 300 livres d‘artistes où l’écriture rejoint l’intervention originale d’un plasticien juste pour le plaisir des échanges. C‘est 350 auteurs, peintres, photographes, sculpteurs… 
Sophie Hoarau, co-fondatrice de La Quincaille Cie, tricote et tripote la poésie comme matière de prédilection à la scène.
Brigitte Mouchel, écrivaine et plasticienne, co-créatrice de la galerie méandres, réalise des livres d’artistes qui disent ce partage entre images et mots qui l’habitent.

Adresse : La Grande Boutique, 3 Rue Milad, 56630 Langonnet. Tél. 02 97 23 83 83. Le 3 mars de 15h à 19h.

Henri Ackermann 2 Henri Ackermann
Henri Ackermann (Saint-Avé) : Études d’architecture, potier depuis 1974. 
Responsable d’un atelier à Champtoceaux pendant de nombreuses années, spécialiste des matières premières, techniques de fabrication et décor. Membre du Collectif Poull-pri (« carrière d’argile » en breton). Créée en 2010, cette association de potiers et sculpteurs met en place un partenariat avec la commune de Saint-Avé pour un projet de lieu collectif dédié aux métiers de la terre, un centre de ressources céramique.

Chemin rural de Kerbelen, 
56250 Monterblanc ; tél 06-08-35-20-69 (visites sur rendez-vous).


Allibert Gaëlle Allibert

Gaëlle Allibert (Locoal Mendon) : inspirée de différents horizons (Inde, Afrique, et autres pays traditionnels…), elle crée notamment des instruments de musique en terre cuite (udu, ocarina…). « La plupart du temps, je les polis et enfume. La fumée laisse son empreinte pour donner aux objets des teintes naturelles et uniques qui font l’originalité de ces instruments ».

Place de l’Église, 56550 Locoal-Mendon


borgiollo laurence 1 Laurence Borgiallo

Laurence Borgiallo (Grand-Champ) »La poterie au quotidien » ; fabrication de vaisselle en grès émaillé. Depuis toujours le grès est utilisé pour la fabrication de la vaisselle…La cuisson à haute température (1280°c) permet d’obtenir des poteries allant au four, faciles d’entretien et à l’émail inaltérable…! Les techniques d’aujourd’hui permettent d’allier la solidité d’antan à des couleurs chatoyantes.

18, rue de l’industrie, Z.A de Kerovel, 56390 Grand-Champ ; tél. 06-29-23-03-69-19


marie laure Bretel1 Marie-Laure Bretel

Marie-Laure Bretel (Vannes) crée des céramiques en grès et porcelaine, travaillées au tour et/ou à la plaque qui sont ensuite cuites dans un four gaz : « Mes pièces touchent le domaine de la décoration intérieure et extérieure où l’utilité n’a pas toujours lieu d’être…Mon inspiration navigue entre les côtes bretonnes et celles du lointain Japon qui me touche beaucoup, d’où une recherche incessante de formes, de lignes, pour le plaisir des yeux et des mains ».

Atelier Terre Libre, 134, avenue du 4 août 1944, 56000 Vannes ; tél 02-97-54-05-12, 06-34-09-88-07 (visites sur rendez-vous)

atelier.terrelibre@free.fr


Jean-Jacques Collin Jean-Jacques Collin

Jean-Jacques Collin (Pont Scorff): « J’ai été « producteur de vaisselle» pendant 15 années ; suite à quelques aléas personnels j’ai arrêté la céramique pendant un an pour pouvoir réfléchir à mes envies, j’ai fini par me dire que la poterie est vraiment mon métier et que l’utilitaire n’est pas une chose à mépriser mais qu’il faut l’envisager de façon plus « artistique », je ne renie donc pas mes racines mais fais évoluer les branches qui en sortent. Mon choix est de simplifier mon travail au maximum, pas par fainéantise mais par goût de la forme, j’aime la pureté des lignes, j’ai donc opté pour un travail à base de terres mêlées (nériage) travaillées au tournage ou à la plaque et pratiquement sans émail ».

2, rue du Vieux Pont, 56620 Pont Scorff ; tél 06-49-98-33-67


Chantal Delage Chantal Delage

Chantal Delage (Lizio) : À une époque où l’on célèbre la fibre de carbone et les tissus intelligents, on pourrait croire la poterie figée dans l’herbier des artisanats tranquilles, entre le macramé et la dentelle au crochet. Il n’en est rien dans son travail. Ses créations sont le fruit d’une imagination inspirée par la nature et le rêve, prolongeant ainsi un art plusieurs fois millénaire. Dans sa collection de grès émaillés, il n’y a aucun moulage. Elle fabrique ses propres émaux en mélangeant des matériaux naturels (cendres, roches broyées, oxydes métalliques). Les pièces sont cuites à 1300°C dans un four à gaz, en réduction ou en oxydation selon les couleurs recherchées.

Ruello, 56460 Lizio ; tél 06-43-21-39-84 (visites sur rendez-vous)

delage.keramos@gmail.com


dewar Justine et Richard Dewar

Justine et Richard Dewar (Locoal-Mendon) créent des céramiques contemporaines, des pièces en grès et en porcelaine au sel et en raku. Céramistes depuis 35 ans, ils ont construit leur maison, avec atelier et fours, à Locoal-Mendon en 2007. Utilisant une terre de Saint-Amand, Richard et Justine fabriquent du grès au sel cuit au bois. Après le tournage, les pièces sont volontairement déformées, ce qui donne dès lors du mouvement. J. et R. Dewar aiment jouer sur la couleur naturelle du grès, puis c’est le feu et la réduction qui laissent leurs marques.

Keryavec, 56550 Locoal-Mendon ; tél 02-97-24-53-05, 06-84-35-38-25

dewar.ceramics@orange.fr


Gianbattista Ferraglio Gianbattista Ferraglio

Gianbattista Ferraglio : « Après plusieurs années à l’atelier de Yoshimi Futamura, j’ai décidé de m’installer à Rochefort en Terre, fasciné par la nature environnante et avec l’envie d’y avoir mon propre atelier. J’utilise le raku comme type de cuisson et le cuivre, cobalt et fer pour les couleurs. Les formes sont pour partie ‘classiques’ (bols, vases, coupes…) et pour partie plus ‘libres’, inspirées de la nature qui m’entoure (écorces d’arbres, ardoises…). Dans ce dialogue avec la terre et la nature, la technique du raku offre une immédiateté et une apparente ‘facilité’, et tout en ouvrant le champ des possibles elle s’avère de plus en plus exigeante ».

10, rue Saint-Michel, 56220 Rochefort-en-Terre ; tél 02-97-43-38-05, 06-62-46-32-30 (visites sur rendez-vous)

laurence.petit1616@orange.fr


Floss Ruda, cocotte Ruda Floss

Ruda Floss (Quitinic) : La poterie Poul Fétan est le seul fabricant de cocotte en terre en Bretagne. L’atelier propose différents types de réalisations, notamment la « cocotte en terre », une poterie culinaire de longue tradition ainsi que d’autres réalisations en grès tourné, modelé et émaillé.

Poterie de Poul Fétan, 56310 Quistinic ; tél 02-97-39-77-14


Isabelle et Yannick Geffroy 1 Isabelle et Yannick Geffroy

Isabelle et Yannick Geffroy (Caudan): « Une rencontre entre la terre et d’autres matières comme le métal, le cuir ou le végétal. Une pointe de douceur avec la porcelaine, une touche de brut avec le raku. C’est avec cette optique et ce choix pour la diversité des sens qu’Isabelle Geffroy conçoit toute une gamme axée principalement sur l’Art Floral, l’Art du thé et le bijou de création.

Atelier Kana, 11 impasse de Kergouaran, 56.850 Caudan ; tél 02-97-81-17-43, – 06-07-78-80-96

isab.geffroy@gmail.com


Isabelle Gilquin Isabelle Gilquin

Isabelle Gilquin (Augan) a installé son atelier dans une boutique proche de la forêt de Brocéliande où elle réalise des pièces en grés ou porcelaine, en utilisant la texture ou la couleur de la terre, qui rendent ses créations originales. « J’aime jouer avec la couleur de la terre, sa texture, en mélangeant des terres chamottées à de la porcelaine, pour arriver à un équilibre entre le brut et le délicat. Mes créations sont utilitaires ou décoratives, pour la vie de tous les jours, privilégiant la rondeur ».

Terres d’Iza, La Croix Couée, 56800 Augan ; tél 02-97-93-14-14, 06-68-65-35-54

terresdisa.isabellegilquin@hotmail.fr


Hardy Béatrice Hardy

Béatrice Hardy (Ambon): « J’ai démarré mon activité en février 2013 après avoir travaillé pendant six ans pour la fabrique artisanale de faïence. Je crée des objets utilitaires ou décoratifs. Je travaille le grès au tournage, à la plaque et par estampage : j’aime imprimer de la dentelle sur ma feuille de terre, c’est comme une magie de voir apparaître le motif : j’habille mes pièces de légèreté, je les pare de dentelles… »

Sainte Julitte, 56190 Ambon


Sandrine Hurel Sandrine Hurel

Sandrine Hurel (Héron Céramique, Saint-Goustan): « Je cherche à créer des formes primitives et contemporaines et je m’inspire des techniques gallo-romaines! Ce qui constitue la base de mes expériences. Chaque pièce est unique. J’aime découvrir et faire découvrir la matière dans tous ses états, la métamorphose de l’argile au contact de l’air, l’eau et le feu ».

Héron céramique, 35 rue du Château, 56400 Auray ; Tél 06-79-98-68-02

sandrine.hurel@orange.fr


Jacob Fabienne Jacob et Pénélope Proux

Fabienne Jacob et Pénélope Proux réalisent différentes collections de bijoux et de céramiques : « La matière que nous travaillons est la faïence, nous la façonnons avec trois techniques : au tour, à la plaque, au modelage. Chaque objet subit de 2 à 3 cuissons : la première à 1050°C pour cuire la terre, la deuxième de 940°C à 1040°C suivant les émaux, la troisième à 760°C pour les décors au platine ».

14 b rue de Trélian, 56470, Saint-Philibert ; tél 06-82-95-15-54


Jan Émelie Jan

Émelie Jan (Belz) tourne, émaille et cuit dans l’Atelier ; « La démarche que je mène à l’Ecume de Terre s’articule sur un besoin impérieux de trouver le chemin naturel qui mène de la terre à l’utilitaire. Cette ‘évolution innée’ de la terre, cette force intérieure qu’elle possède et que je dirige, se retrouve dans chacune de mes pièces: le matériau primaire y est mis en avant puis souligné afin de faciliter le parcours (de la terre à l’utilitaire) pour l’œil ou la main qui s’y pose (néophyte ou spécialisé). Marier la liberté de la création et la contrainte de l’utile est le moteur de mon travail : créer des pièces empruntes de poésie que vous pourrez utiliser quotidiennement.

Kerorel, 95 route d’Auray, 56550 Belz ; tél 02-97-55-98-93 contact@ecumedeterre.com

emelie.jan@gmail.com


Jacky Jouannet Jacky Jouannet

Jacky Jouannet (Locoal Mendon) possède des qualités graphiques indéniables que l’on peut observer dans le décor de ses pièces. Il aime jouer avec les superpositions d’émaux avec effets de matières et les terres sigillées et travaille principalement en cuisson raku. « Je porte un intérêt particulier à la technique du raku, recherches et superpositions d’émaux avec effets de matières, recherches de graphismes sur des formes tournées ou à la plaque. Je suis passionné par la transformation de la terre, l’aspect minéral et organique qui en résulte ».

Les Ménèques, 56550 Locoal-Mendon ; tél 02-97-55-20-93


Le Berre Lénora Le Berre

Lénora Le Berre (Peillac) transforme la matière par le feu, créant une ligne de poteries culinaires et des pièces uniques ornementales. Spécialiste du raku, son travail porte sur le choc thermique et l’enfumage. Elle témoigne de la transformation de la matière en évoquant les effets de rouilles, de métallisation ou d’érosions qui pourraient être liés au travail du temps. Les décors gravés tendent à la fois vers une certaine universalité et un caractère archaïque. Au cours du façonnage, la terre et les émaux traversent différents états et enregistrent simultanément ceux de l’artisan à l’oeuvre.

Terre d’en Haut, 14 rue Monseigneur Trégaro, 56200 Peillac ; tél 06-48-13-84-25

lenoraleberre@wanadoo.fr


Anne Le Lan-Tanguy Anne Le Lan-Tanguy

Anne Le Lan-Tanguy : « Parmi les différentes techniques, terres cuissons, j’ai choisi de travailler le grès et la porcelaine,des argiles qui se cuisent à haute température(1285°C). J’utilise différentes techniques pour mes pièces utilitaires et sculptures.Tournage,coulage, modelage… Je cuis dans un four à gaz en réduction (l’oxygène est réduit pour permettre le développement des couleurs) et la magie opère. Je joue avec les couleurs en superposant les émaux, des rouges de cuivre principalement ».

22, rue de l’Ile Holavre, 56610 Arradon ; tél 06-45-26-29-82 (visites sur rendez-vous)

lionel.anne@dbmail.com


Lecuyer Juliette Lécuyer

Juliette Lécuyer (Saint-Avé) : « Je travaille le grès selon différentes techniques: tournage, estampage, plaque, coulage. Inspirée par la nature, j’exprime mes envies en travaillant le grès aux formes et lignes contemporaines sur lesquelles mes émaux prennent tous leurs sens: décor, matière, couleur… Je réalise également des pièces décoratives avec des terres d’expressions, me laissant ainsi porter par le jeu des textures, chamottes, couleurs de terres et des mélanges des matières, telles que le bois, les miroirs, ou les métaux ».

atelier Terenko, 12, rue du Champ des Oiseaux, 56890 Saint-Avé ; tél 02-97-40-46-77, 06-71-82-80-89

terenko@yahoo.fr


Leon Armelle Léon

Armelle Léon (Belle-Ile-en-Mer) : ses œuvres parlent de métamorphoses, de mouvement, de matière transformée par la cuisson. Elle ajoute le sable recueilli sur les plages de Belle-Ile-en-Mer pour que son travail s’ancre dans le quotidien de sa vie.

Le grand cosquet, 56360 Locmaria ; tél. 06-37-77-39-82, 02-97-31-57-19


Lucia Monnin Lucia Monnin

Lucia Monnin (Séné) : « Japonisantes, arabisantes voire bretonnantes, les tasses, pichets et bols de ‘Poteries de saison’ vous font voyager par leurs dessins et formes.

17 bis rue de Barrarach, 56860 Séné ; tél 07-87-45-93-26


Leroy Napoli Cécile Leroy Napoli

Cécile Leroy Napoli (Monterblanc): « je façonne la terre au tour pour des pièces utilitaires, à la plaque ou par modelage pour les pièces décoratives. Je joue avec la superposition des émaux, ce qui crée des effets de couleurs surprenant. Toutes mes cuissons sont réalisées dans un four à gaz ».

Parc Carré, 56250 Monterblanc ; tél 06 61 65 22 83


Thierry Luang Thierry Luang Rath

Thierry Luang Rath (Saint-Dolay) tourne le grès avec une belle maestria pour ses objets céramiques de prédilection :
la théière et le bol, bien que, depuis 2008, il se consacre presque exclusivement au bol. Ses pièces sont tournées puis retravaillées « frais » avec des outils en bois, en bambou, en métal,
ou encore avec des formes de terre cuite.
Certains bols demandent des milliers d’interventions pour acquérir leur précieuse intemporalité.

La Beurnais, Burin, 56130 Saint-Dolay ; tél 02-99-08-43-25, 06-01-76-29-26 (visites sur rendez-vous)

thierryluangrath@yahoo.fr


Ozinian Ara Ozinian

Ara Ozinian (Néant sur Yvel) : « Mes pièces sont toutes uniques ou en petites productions à usage culinaire, utilitaire et décorative, elles évoluent avec le temps dans le profond respect de la matière première, le grès et la porcelaine, cuite à haute température dans un four à gaz ».

Village de l’Hopital,
56430 Néant sur Yvel ; 
tél 02-97-73-80-32

latheiereetlebol@yahoo.fr


Mireille Supervil 2 Mireille Supervil

Mireille Supervil (Tréal): « Très sensible au monde végétal et minéral, je m’en inspire pour créer des objets aux formes simples et épurées. Je propose des pièces en grès lisse ou chamotté, tournées ou estampées, des compositions et des formes influencées par la céramique extrême-orientale. Je recherche et développe moi-même mes émaux pour des cuissons à 1280°C ».

« La Touche », 56140 Tréal, tél : 09-80-72-31-84, 06-31-03-18-94

msupervil@aliceadsl.fr


Urien, Ruaud Alice Urien et Olivier Ruaud

Alice Urien et Olivier Ruaud (La Chapelle Caro): leurs créations modernes et colorées sont toutes des pièces uniques. À la fois poétiques et raffinées, elles se déclinent sous forme de vases, statues, boites, cache-pots, bougeoirs, photophores, fleurs, coupes, théières d’exception…

51, avenue des Frères Rey, 56460 La Chapelle Caro ; tél 02-97-74-76-77

Atelier – Boutique 6 rue Beaumanoir, 56120, Josselin

urien.ruaud@wanadoo.fr

Christine Valette : « Je recherche des traversées de couleurs, lorsqu’elles se devinent les unes dans les autres et laissent surgir l’argile ; ce sont autant de paysages imaginaires qui s’offrent au toucher et à la vue. Je tourne des pièces en grès, élabore mes émaux et la part du feu (cuisson à 1280°C) fait le reste. Je tiens un lieu d’exposition vente, au pied de la basilique du Roncier, à Josselin ».

7, rue du Lieutenant de la Grandière, 56120 Guégon ; tél 06-84-18-07-75

valette.ch@wanadoo.fr


Emmanuelle Cadoret 2 Emmanuelle Cadoret

Emmanuelle Cadoret (Herbignac): « J’ai la chance d’occuper un atelier totalement ouvert sur l’extérieur où je travaille au fil des saisons, d’être le témoin du tableau vivant qu’est le jardin. C’est pourquoi – sans doute influencée par des années de pratique de la gravure en taille douce – j’aime poser sur la terre l’empreinte du végétal, de petites choses insignifiantes glanées de-ci de-là, dans les bois ou sur le bord de mer, jouer avec l’aspect brut du grès, de la porcelaine et l’infinie variété des émaux ».

La ville Renaud, 13 rue des Saulniers, 44410 Herbignac ; tél 02-99-90-39 -02


Anne Connil Anne Connil

Anne Connil (Anouka céramique)(Monnières) : « Je travaille la terre et la porcelaine. Matière première qui convient bien à mes mains. J’aime faire sa rencontre et la mettre à l’épreuve de mes élans créateurs…Je tourne, je modèle, je sculpte cette peau de terre et je découvre toute une palette riche et poétique. J’aime sa nature translucide, j’aime la laisser nue, brute. La contemplation fait partie de mon univers. Je trouve l’inspiration dans la nature, nature du vivant, nature des éléments, des choses de la vie, une coulure, une empreinte, une erreur…Une forme d’onde que j’attrape au vol et que je nourris de mes rêves et de mes émotions… »

La hallopière, 44690 Monnières ; tél 06-65-72-80-48


Korukcu Adnan Körükçü

Adnan Körükçü (Plesse) : « Depuis mon enfance je travaille la terre, j’ai d’abord aidé mon père dans des réalisations traditionnelles turques, puis j’ai créé mon propre style. Je travaille le grès tourné et modelé de manière humoristique. Mes réalisations sont à la fois décoratives et utilitaires ».

14, rue de la Pommeraie, 44630 Plesse ; tél 02-40-51-88-40 / 06-71-97-33-51

adnan.korukcu@orange.fr

azuleanne@yahoo.fr


Maroger Daphné Maroger
Daphné Maroger (Nantes) : Elle travaille le grès et la porcelaine, au tour comme en modelage, et compose tous ses émaux. Sa création est centrée sur le désir de développer des formes animées de vie, dans un lien subtil entre forme, décor et matière. Aux sources de son inspiration, il y a la Grèce (surtout cycladique et minoenne), les bourgeons gorgés de sève, les ciels éphémères, les eaux mouvantes…

La Revue de la Céramique et du Verre lui a consacré un article (n°105, mars-avril 1999)

43 Rue de l’Abbaye, 44100 Nantes. tél. 02-51-80-92-20

daphne.maroger@wanadoo.fr


Martin Stéphanie Martin

Stéphanie Martin (Nantes) : « La porcelaine est ma terre de prédilection pour réaliser des pièces uniques et de petites séries. Je travaille la porcelaine pure, également sous forme d’engobe colorée ou mélangée à de la cellulose pour obtenir une matière plus fibreuse. Mon travail s’oriente sur une recherche des volumes tout en jouant du contraste entre les surfaces ; relief / surface lisse ; brillant / mat et sur une recherche graphique. Mes pièces sont montées au tournage, par modelage ou par estampage. Mes sources d’inspiration sont la faune et la flore avec deux niveaux de regard : macroscopique et microscopique ».

6 rue de la bourgeonnière, 44300 Nantes ; tél 02-40-20-38-51

contact@stephaniemartin-ceramiste.com

Webmaster: contact@gekoweb.net


Morbu Hélène Morbu

Hélène Morbu a créé à Nantes, en 2008, l’Atelier de la République avec Lucile Fond (graphiste)et Véronique Gordeeff (peintre et sculpteur). elle propose des verres, tasses, vases et de la faïence teintée dans la masse, des bols en grès émaillé, des pots et saladiers en grès noir chamotté.

25, rue de la Tour d’Auvergne, 44200 Nantes ; tél 06-07-10-42-14, 09-51-66-73-36

helene.morbu@gmail.com


Panaget Amélie Panaget

Amélie Panaget : «céramique utilitaire en grès, principalement réalisée au tour. C’est ma technique de prédilection, mais ces derniers temps, le travail à la plaque m’offre une liberté formelle que j’expérimente de plus en plus. Je cuis en oxydation. Le métier de potière me procure une grande liberté. J’aime ne pas savoir ce que sera mon travail dans quelques années. J’ai le droit de prendre toutes les routes. Ce n’est pas franchement rassurant, mais ça n’a pas de prix ».

12, rue Sarrazin, 44000 Nantes ; tél 06-28-32-90-02

amelie.pngt@hotmail.fr


Baptiste Ymonet et Vincent Jousseaume Polyhedre

Atelier Polyhedre, créé en 2007 par Baptiste Ymonet et Vincent Jousseaume, est un studio de création et de production de céramique implanté à Nantes. La démarche s’inscrit aux frontières des arts plastiques, des arts décoratifs et du design à travers une approche expérimentale et artisanale du matériau. Les phénomènes naturels et les inspirations plus radicales constituent le répertoire d’Atelier Polyhedre, passant par des formes très rigoureuses et géométriques ou, par contraste, à des phénomènes organiques, voire baroques, laissant volontairement une grande place au hasard.

3, rue de Bitche, 44000 Nantes ; tél 06-60-27-90-79

contact@polyhedre.com


Renaud Guylène Renaud

Guylène Renaud (La Limouzinière) : « Je travaille le grès, la porcelaine.
La terre, je la monte au colombin, la tourne, la plie.
Ensuite, je la râpe, la polie, la griffe, la peaufine.
Puis interviennent la cuisson dans un four à gaz et les émaux pour l’intérieur des pièces ».

Les étangs, 16 rue des gagneries, 44310 La Limouzinière ; tél 02-40-78-73-16

guylene-renaud@leventaire.org


Marie-Pierre Roubin Marie-Pierre Roubin

Depuis une vingtaine d’années, Marie-Pierre Roubin crée notamment des fontaines en céramique destinées à personnaliser chaque lieu, la forme de chacune étant déclinée en fonction de l’espace qui l’accueillera.

4 piclendèches, 44410 Herbignac ; tél 06-85-06-53-42

mproubin@gmail.com

Florence Truchon

Depuis 2005 , les oeuvres que réalise Florence Truchon dans son atelier, au bord du canal de Nantes à Brest , sont inspirées de la nature. Fruits de sa recherche constante d’émotions et de poésie, vases, boites, mobiles, délicates fleurs naissent de ses doigts. Chaque pièce est entièrement modelée à la main. La porcelaine, terre de mémoire, est une terre capricieuse . Elle subit deux cuissons dont la dernière à 1280°. Sous l’action de ce second feu , elle se déforme conférant à chaque fleur son originalité et son caractère inattendu. C’est également à cette étape que la porcelaine acquiert sa blancheur unique et la matité du biscuit qui sublime les objets.

17, Place de l’Église, 44530 Guenrouet; tél: 02-40-87-79-32; truchon.florence@bbox.fr


Marie Tual Marie Tual

Marie Tual (Cordemais) : « Le grès. Le tour. Le blanc. Trois éléments de départ à mon travail actuel après plusieurs années de raku. Plats, coupes, vases, boîtes, les pièces, parfois de formes mouvementées, déstructurées ou rythmées de reliefs, sont tournées à la main en grès finement chamotté. L’émail blanc posé sans décor témoigne de la matière et de la modernité de la terre. Il est aussi révélateur de la forme. Je cherche à interroger cette « non-couleur », à la fois vide et plénitude contenant tous les possibles. Pièces uniques, je réalise aussi des petites séries et des commandes pour particuliers et professionnels ».

L’Aulnaie, 44360 Cordemais ; tél 06-37-98-82-23 (visites sur rendez-vous)

marietual@marietual.com


Vallet Bénédicte Vallet

Bénédicte Vallet (Guémené-Penfao) : « Soudures-coutures, traces, impressions de fibre, liens dans la porcelaine sont comme des voyages intemporels à travers des cultures réinventées, retissées. Le lien, les fibres naturelles s’y glissent afin de créer un nouvel échange ». « Porcelaine estampée : à travers mes assemblages tissés, c’est une tentative de coudre la porcelaine. 
Améliorer un jeu de souplesse, de mobilité, évoquer des sonorités par l’accumulation de formes organiques.
Se rapprocher au plus près d’un textile céramique ».

Le gros Chêne, 44290 Guéméné-Penfao ; tél 06-37-96-43-98 (visites sur rendez-vous)

lychen@wanadoo.fr


Marc Beaumin Marc Beaumin

Marc Beaumin (Fougères) : « L’expression présentée dans mon travail s’articule autour de la terre. Sorte de glébeux, mon travail de potier tient compte de la fonction première de la céramique : CONTENIR. La poterie représente une synthèse de rites, de savoir faire, de mises en œuvre simultanées de la pensée et de la main, qui, dans sa banalité fonctionnelle apparente, met en scène à la fois les limites et les ouvertures de l’art ».

Association Atelier de l’Oberboi, 71, rue de Rillé, 35300 Fougères ; tél 02-99-94-43-68, 06-07-95-68-04 (visites sur rendez-vous)

marc.oberboi@wanadoo.fr


Jérôme Colivet Jérôme Colivet

Jérôme Colivet (Paimpont): Aujourd’hui, la plus grande partie de mon travail est la reproduction des poteries archéologiques de la préhistoire à l’époque moderne à l’exception des productions émaillées. Je produis des poteries en terre brute, polie et sigillées, cuites en plein feu ou en four à bois. Je travaille pour des muséographies, du matériel d’animation pédagogique ou des projets de recherche universitaire. Je réutilise et mélange également certains procédés anciens pour une production de créations actuelles, proposant ainsi des pièces originales. C’est autour des terres sigillées que se concentrent la plupart de mes recherches personnelles.

La Poterie des Chemins Creux.

Jérôme Colivet, La Dube, Coganne, 35380 Paimpont ; tél 06-63-29-81-39

jeromecolivet@yahoo.fr

Véronique Dubus (La Chapelle Sur Erdre) « la terre est mon jardin », raku, sculptures

44240 Le Plessis ; tél 02-40-77-80-88, 06-18-50-65-91

verodubus@gmail.com

http://www.veroniquedubus.com


Françoise Dufayard Françoise Dufayard

Françoise Dufayard (Rennes) réalise de larges plats, de grands vases et une vaste collection de poteries pour la table en «terre vernissée». Elle utilise pour cela une terre à faïence rouge d’Espagne cuite à 1120°C dans un grand four à gaz de 500 litres. Elle a développé une interprétation très personnelle de la technique de la terre vernissée (décors aux engobes sur terre crue, émail transparent) qui donne à ses décors une luminosité et une profondeur exceptionnelles évoquant les laques extrêmes orientales. Au cours de ses nombreux voyages, elle s’est particulièrement intéressée à la céramique asiatique. Son travail au pinceau, entre technique orientale traditionnelle et recherche contemporaine, témoigne de cette rencontre.

15 boulevard Franklin D. Roosevelt, 35200 Rennes ; tél 02-99-32-25-82, 06-31-99-60-07

dufayard.ceramics@orange.fr

www.ceramique.com/fr/annuaire/fiche/1400


Estelle Duperrin Estelle Duperrin

Estelle Duperrin (Les Emailleries, Pipriac) : « Je crois que l’artiste n’invente rien. Il travaille avec ce qu’il est, et ce qu’il a, avec ce qu’il va devenir et ce qu’il va transformer. Son travail est comme une ombre portée de lui- même. Pour ma part, je tourne autour des boîtes, des parures-bijoux et des bijoux-sculptures, je tourne autour du feu du raku, violent et surprenant de douceur, je tourne toujours autour de moi-même ».

Renn’Arts, 
3 square Louis et Maurice de Broglie 
35000 Rennes ; tél 06-72-23-05-52


Monique Dupoy 1 Monique Dupoy

Monique Dupoy s’est spécialisée dans le grès émaillé : « La terre, je la tourne, je la plaque, je la modèle.
De là surgissent des objets décoratifs et utilitaires, je les confie au feu, qui développe l’émail et la couleur ».

La Gare, 35660 Langon (accueil sur rendez-vous) ; tél 02-99-08-75-56, 06 -67-99-56-89

lemperierem@yahoo.fr


Huet-Rapeaud Anne Huet-Rapeaud

Anne Huet-Rapeaud (Mordelles) : « Entre la terre, le tour, et mon corps, une rencontre. Un mouvement entre plusieurs parties de moi-même, dans une relation au monde, et parfois un point de rencontre qui se révèle dans un objet. La terre résiste, les cuissons surprennent. En ce moment, j’explore des formes simples et épurées en porcelaine, des émaux sur le grès. »

La Chouanière, 35310 Mordelles ; tél 06-03-95-08-47 (visites sur rendez-vous)

annehuetrapeaud@me.com

annarapo@wanadoo.fr


Suzanne Péresse Suzanne Péresse

Suzanne Péresse (Paimpont) : « Je me suis fixée sur le grès : cuisson en four électrique et au gaz, bols tournés, émaillés : le cadeau poétique, humoristique, celui qui dit le message ou qui se moque. Domaine infini de travail, de recherche et de réflexion. Bols à thé, à potage ou à riz, petites séries, pièces uniques, un goût profond pour la forme, le physique de l’objet qui cache tant d’univers mystérieux ».

La Cassière, forêt de Brocéliande, 35380 Paimpont ; tél 02-99-07-84-78, 06-30-48-66-62 (visites sur rendez-vous)

objetsdeterre@gmail.com


Jeanne-Sarah Bellaiche 2 Jeanne-Sarah Bellaiche

Jeanne-Sarah Bellaiche travaille le grès, blanc et/ou noir sont façonnées au tour, à la plaque, ou par modelage. Elle s’inspire des carapaces, des mues et des coquilles pour créer un univers poétique entre représentation et évocation, jouant souvent de dualité : brut/raffiné, mat/brillant, matiéré/lisse, noir/blanc… Ces carapaces sont comme un fil conducteur dans un travail autour de l’empreinte, de la mémoire et de la tradition détournée. La dentelle y est envisagée comme le symbole de traditions ancestrales mais transposée sur l’argile la même dentelle semble prête à bouger, à se dérouler, elle devient vivante, … contemporaine.

Atelier La Terre Tourne, Stéréon, Pont Coblant, 29190 Pleyben.

Jos Bernard

Jos Bernard réalise des céramiques d’une grande diversité, qui répondent aussi bien à des fonctions utilitaires que décoratives. Il fabrique lui-même ses outils et la cuisson de ses pièces dépend du type d’émail qu’il cherche à obtenir ; la confection de ses émaux et le choix des pigments qu’il collecte dans les carrières donnent lieu à des recherches très personnelles et inventives. Parmi les techniques qu’il pratique, on peut également citer le shino, sorte de glacis d’origine japonaise.

Jos Bernard reçoit sur rendez-vous ses visiteurs dans son atelier (02-98-73-90-78), résidence Porscab, 29530 Collorec.


Jeanne-Sarah Bellaiche 2 Jeanne-Sarah Bellaiche

Jeanne-Sarah Bellaiche travaille le grès, blanc et/ou noir sont façonnées au tour, à la plaque, ou par modelage. Elle s’inspire des carapaces, des mues et des coquilles pour créer un univers poétique entre représentation et évocation, jouant souvent de dualité : brut/raffiné, mat/brillant, matiéré/lisse, noir/blanc… Ces carapaces sont comme un fil conducteur dans un travail autour de l’empreinte, de la mémoire et de la tradition détournée. La dentelle y est envisagée comme le symbole de traditions ancestrales mais transposée sur l’argile la même dentelle semble prête à bouger, à se dérouler, elle devient vivante, … contemporaine.

Atelier La Terre Tourne, Stéréon, Pont Coblant, 29190 Pleyben.

Jos Bernard

Jos Bernard réalise des céramiques d’une grande diversité, qui répondent aussi bien à des fonctions utilitaires que décoratives. Il fabrique lui-même ses outils et la cuisson de ses pièces dépend du type d’émail qu’il cherche à obtenir ; la confection de ses émaux et le choix des pigments qu’il collecte dans les carrières donnent lieu à des recherches très personnelles et inventives. Parmi les techniques qu’il pratique, on peut également citer le shino, sorte de glacis d’origine japonaise.

Jos Bernard reçoit sur rendez-vous ses visiteurs dans son atelier (02-98-73-90-78), résidence Porscab, 29530 Collorec.


Alain Blanchard Alain Blanchard

Alain Blanchard (Poterie du Méjou – Méjou-Roz, Plonéour-Lanvern) travaille l’argile extraite sur les rives de l’Odet. Ses réalisations très variées diffèrent selon les périodes de sa vie d’artiste ; à sa sortie des Beaux-Arts, il façonne des bas-reliefs en grès chamotté, puis se tourne vers la sculpture, créant des pièces uniques.

Mejou-Roz, 29720 Ploneour-Lanvern ; tél 02-98-87-64-54

alain_blanchard@aliceadsl.fr


Didier Bourel Didier Bourel

Didier Bourel (Lampol-Guimiliau) utilise plusieurs argiles à grès ainsi qu’une pâte à porcelaine. Le choix se fait en fonction de l’émail que la pièce recevra et de sa cuisson (four à gaz ou à bois). Pour les plats à gratin, il fabrique une terre qui résiste aux cuissons dans un four de cuisine.

11, Place de l’église, 29400 Lampaul-Guimiliau ; tél 02-98-68-63-72

did.bourel@orange.fr


Stan Brelivet Stan Brélivet

Stan Brélivet (Locronan) explore le « vieux répertoire » primitif universel et se base volontiers sur des formes géométriques élémentaires : triangles, chevrons, damiers encore utilisés dans les arts traditionnels africains océaniens, américains, asiatiques pour faire la synthèse entre un goût personnel et les différentes expressions céramiques.

4, rue Saint-Maurice, 29180 Locronan ; tél 02-98-91-89-85

brelivet.michelle@wanadoo.fr

Claire Briant

Je travaille la porcelaine et le grès blanc, ainsi que les grès noirs ou colorés, tous chamottés, alternant le lisse et le texturé, cherchant la profondeur. J’utilise également des terres locales, que je prépare moi-même et qui viennent enrichir ma palette d’engobes. Tous mes décors sont réalisés à main levée, à l’aide d’une poire à engobe et rendent chaque pièce unique, non seulement par ses motifs, mais aussi par l’attention qui y est portée.

La forêt, 29380 Bannalec; tél: 06-78-28-32-19; clairebriantpoterie@gmail.com


Nolwenn Bruneau Nolwenn Bruneau

Nolwenn Bruneau (Botsorhel) : « Mon travail de céramiste débute dans l’élaboration de formes par le moulage et le tournage. Ces formes sont détournées, déformées, assemblées, bricolées, réparées, bidouillées… Elles deviennent ensuite utilitaires ou sculptures au gré de mes envies au gré de mes histoires. Elles sont décorées par mes soins à l’aide d’une multitude de tampons et d’ustensiles laissant derrière eux empreintes, traces, motifs, graphisme et narration… Je réalise ces pièces en en porcelaine pour les cuire en réduction à 1280°C. »

Atelier le Pot au Feu, 32, rue de Ker Huella, 29650 Botsorhel ; tél 02-56-14-01-74 (visites sur rendez-vous)

bruneau.nolwenn@laposte.net


mimi-caroff Mimi Caroff

Mimi Caroff : ses créations en porcelaine tournées et/ ou modelées sont des objets d’art uniques, sculpturaux contemporains et du quotidien ; vaisselle en porcelaine et en grès blanc.

Miss Terre de l’Ouest 2, rue du Couëdic, 29100 Douarnenez; tél 06-76-57-25-77

mimi.dz@free.fr


Casseau, Mathieu 2 Mathieu Casseau

Mathieu Casseau (Douarnenez) : terres sigillées ; terres polies, gravées, incisées. Travail du motif ou recherche de la craquelure. Travail des engobes sur des pièces utilitaires ou décoratives. Cuissons au bois, parfois au gaz. Dans son travail, c’est la finition des pièces qui frappe d’abord. Sobre. Précise. Minutieuse. Ensuite la finesse de ses terres sigillées. Fines fractures révélées par les flammes, au toucher lisse et doux.

61, rue Jean Tanguy, 29100 Douarnenez ; tél 06-71-47-48-04 (visites sur rendez-vous)

mathieu.casseau@laposte.net ou mathieu.casseau@gmail.com

 

Audrey Charré

Objets utilitaires contemporains en céramique et quelques autres matériaux

« Le travail de recherche et de confrontation à la matière est la base de mon travail. C’est pourquoi, après mes études de design objet durant lesquelles j’ai pu travailler le bois, le métal, le papier, la cire, le béton, l’imprimante 3D, j’ai fait le choix de poursuivre mon cursus avec une formation professionnelle sur les métiers de la céramique. Celle-ci m’a permis d’apprendre, de comprendre et de me confronter à cette matière naturelle, tant résistante que fragile ».

L’Atelier 1280°, 15, rue Keravel, 29200 Brest; 06-98-23-33-55

 


Eduardo Constantino Eduardo Constantino

Eduardo Constantino (Quimperlé) travaille le grès et la porcelaine sur lesquels il applique des émaux de fabrication personnelle avec, parfois, des ajouts d’or et de platine. Souvent présenté comme « le peintre de la terre », il a développé une palette de couleurs rares dans le domaine des hautes températures. À côté de pièces sans fonction déterminée, il réalise aussi des vases, des lampes, des théières ou des bols déclinés en pièces uniques, à la recherche d’une harmonie volume/couleurs/décor.

28, rue Savary, 29300 Quimperlé ; tél 02-98-39-03-85 (galerie ouverte toute l’année, sauf en octobre)

constantino.ceramique@gmail.com


Nathalie Derouet Nathalie Dérouet

Nathalie Dérouet a ouvert un atelier à Douarnenez en 2004 (cf. Armen n°201, août 2014) ; N. Dérouet joue sur plusieurs modalités de blancheur, de luminosité et de translucidité. Épuration et dépouillement la conduisent vers la plus grande simplicité, explorant des couleurs qui, tel le bleu-vert, sont à la fois très proches de ce que l’on peut percevoir en Bretagne, mais sans insistance, comme en filigrane.

2, impasse Théodore Doaré 29100 Douarnenez ; tél 02-98-92-33-79, 06-73-13-88-03

contact@nathaliederouet.com


Ezanno Renée Ezanno

Renée Ezanno (Locronan) pratique la peinture pendant plusieurs années puis découvre la céramique en 1990.
Après une période d’expérimentation avec les cuissons grès, rencontre avec le raku et envie de revenir sur le mur, d’où les plaques murales actuelles.

La tour carrée rue Lann, 29180 Locronan ; tél 02-98-51-80-72

renee.ezanno@wanadoo.fr


Haubtmann Gaelle Haubtmann

Gaelle Haubtmann (Saint-Sauveur) : « J’ai choisi la terre comme support de mon expression pour ses qualités plastiques, sa diversité de réalisation, son harmonie avec d’autres matériaux. Habitée d’un besoin de créer, l’union des éléments eau, terre, feu, bois, métal caractérise mon travail de sculpture immortalisée par la cuisson au bois : gouttes d’eau dans un premier temps, qui évoluent vers des sphères, ou graines géantes puis vers l’arbre qui s’impose à moi, comme une nécessité d’ancrage. Outre les sculptures et les installations, je crée des « tableaux » ajourés : les rideaux d’argile, dimension architecturale à la céramique ».

Moguennou, 29400 Saint-Sauveur ; tél 06-75-81-78-66

gaellehaubtmann@yahoo.fr


Catherine Jaccoud Catherine Jaccoud

Catherine Jaccoud (Ploumoguer) recherche des formes originales, où le feu de la cuisson apporte toute sa magie. La céramiste a choisi le grès, matériau le plus résistant utilisé en céramique. Il permet, par sa composition, une palette infinie de couleurs. Elle s’est investie dans la recherche d’émaux, élabore ses propres recettes à partir de matières premières minérales naturelles. C’est la fusion de ces matières à 1300°C qui donnera la texture et les effets visés. La conception et le façonnage des formes prennent également une grande place dans sa recherche de nouvelles collections qui vont de l’art de la table à la décoration d’intérieur…

Cosquer Bras, 29810 Ploumoguer ; tél 02-98-89-37-46


Kerozen Kerozen

L’atelier de Poterie Kerozen (Bannalec) : « Nous façonnons une pièce (forme, décor ), puis nous la laissons sécher à l’air libre. Une fois bien sèche, la pièce « subit » une première cuisson le « biscuit », cela fige la forme, la pièce n’est pas solide et poreuse, mais parfaite pour l’émaillage.

15 rue des chênes Saint Jacques, 29380 Bannalec


Sylvie Lacoste Sylvie Lacoste

Sylvie Lacoste réalise des pièces tournées en grès blanc. « Autodidacte, je fabrique des objets usuels répondant aux besoins de la vie dans un souci d’esthétique et de bien être. Chaque pièce est réalisée à la main, il s’agit donc de pièces uniques ».

Leac’h an Dréau
, Larvor, 
29750 Loctudy ; tél 
02-98-87-49-19

 

Benoist Lagarde

Benoist Lagarde pratique notamment la technique du nériage ou technique dite « des terres mêlées », mise au point par les potiers chinois entre le VIe et le VIIIe siècle, qui créaient des terres cuites marbrées en mélangeant des terres naturelles de couleurs différentes. Toutes les pièces sont uniques et conçues comme des tableaux.

Benoist Lagarde a deux ateliers, l’un à Brignogan-Plage, l’autre 8, route nationale, 95490, Vauréal; tél 01-34-22-03-88 / 06-08-77-64-06; blagarde@hotmail.com

 

Christelle Le Dortz

Vidéaste pour Télé-Millevaches pendant 8 ans, Christelle Le Dortz y filmait les gens dans leur quotidien. Cette expérience a fini par lui donner envie de « faire », plutôt que de « regarder faire». De formation artistique, la céramique s’est petit à petit imposée comme une évidence, tout comme son installation sur l’île de Sein. Mettre de la beauté dans les objets utilitaires du quotidien est désormais sa ligne d’horizon. Paix, lumière, humilité sont les mots qui la décrivent, elle et son oeuvre, à l’image de ce qui l’entoure.

Le Lenn, 29990, Île de Sein; tél: 07-86-91-41-46; îledesein@radooo.com


Yvon Le Douguet Yvon Le Douget

Yvon Le Douget (Fouesnant) : « Tournage et trav ail à la plaque sont depuis 35 ans mes prétextes à une recherche passionnée dans le monde des glaçures de haute température sur grès et porcelaine. Dans cette quête sans fin, j’ai souvent eu le bonheur de mettre mes pas dans les pas des maîtres chinois de l’époque Song, jusqu’à retrouver le secret du décor à la feuille des potiers de Jizhou ».

99, route de Mestrézec, Mousterlin, 29170 Fouesnant ; tél 09-54-03-13-88 (visites sur rendez-vous)

yvon@ledouguet.fr


Michel Le Gentil, Michel Butor, Nicolas Fedo Michel Le Gentil

Michel Le Gentil (à 3 km de Sizun) : « Je travaille pour une part à une petite production de vaisselle, composant des émaux (grès, raku, porcelaine) qui sont repris dans des séries où la recherche plastique s’apparente à la sculpture. L’écrivain Michel Butor et le peintre Nicolas Fédorenko sur la relation entre l’écriture et le travail plastique ».

Croix de Goa Su, 29450 Le Trehou ; tél 02-98-68-88-37

michel.le-gentil@wanadoo.fr

 


poterie - le gouguec florence Le Gouguec

Florence Le Gouguec (Hanvec) réalise des poteries utilitaires (tasses, plateaux, bols…) ou décoratives en grès, qu’elle biscuite tout d’abord à 980° avant d’opérer une seconde cuisson à 1300° ; les formes qu’elle affectionne sont généralement simples et épurées. Elle joue volontiers sur le contraste entre la coloration brune de la terre de Dordogne et l’émail bleu de fer ou chun dont elle recouvre la plus grande partie de ses pièces, obtenant notamment une grande variété de nuances de bleu qui leur donne une sorte de qualité atmosphérique avec de très subtils dégradés.

Kervel, 29460 Hanvec ; tél 02-98-21-97-11

florencelegouguec@hotmail.fr


Valerie Le Roux Valérie Le Roux
Valérie Le Roux (Concarneau): « Si Valérie s’inscrit dans la filiation des faïenciers quimpérois, ses motifs sont bien à elle ! Même quand elle s’inspire des décors des années trente, elle sélectionne un trait, une forme, une couleur et la décline selon sa fantaisie. Sinon, elle n’a qu’à se pencher dans le port de Concarneau pour y rencontrer le poisson, le crabe ou même les immatriculations de bateau et créer un motif, imaginer une petite série, car chez elle ce ne sont que des pièces uniques et réalisées en (très) petit nombre» (Marie Le Goaziou)

4, rue Duguay Trouin, 29900 Concarneau ; tél 02-98-50-82-13, 06-82-08-27-19


Antoine Lucas 2 Antoine Lucas

Antoine Lucas (Plomelin) : se sentant lié et attaché à la manufacture Keraluc créée par son grand-père, Victor Lucas, et développée par son père, il travailla à son tour dans l’entreprise à partir de 1975.
 Depuis 1984, Antoine Lucas consacre son temps à l’enseignement des arts appliqués tout en maintenant avec son épouse Anne-Marie, professeur à l’École des Beaux-Arts de Quimper, une pratique céramique générant occasionnellement quelques rares pièces en porcelaine ou en grès émaillées et parfois décorées.

Koad Sale, route des châteaux, 29700 Plomelin ; tél 02-98-94-25-85 (visites sur rendez-vous)

antoine.lucas@keraluc.com

 

Océane Madelaine

 » il est primordial pour moi de donner forme au bol, à l’assiette, au pichet… Peut-être parce qu’ainsi les mains -tant les miennes que les vôtres- se relient à une histoire de l’objet qui vient de si loin, de cette époque étrange où les sociétés devenues sédentaires inventèrent les contenants d’argile…Peut-être aussi parce que je veux croire au miracle simple d’une table dressée avec sollicitude, et que le fait de créer des petites séries de pièces utilitaires est ma manière d’honorer l’espace de la convivialité. Peut-être encore parce que je ne connais guère de geste plus émouvant que celui des paumes entourant un bol comme pour y trouver abri et réconfort ».

14, rue François Drogou, 29820, Bohars; tél 06-42-80-47-47; oceane.madelaine6@yahoo.fr


Lucy Morrow

Lucy Morrow (Douarnenez) : « Mon travail parle de fragmentation et de l’emboîtement de ces fragments pour créer des entités. Les deux morceaux de chaque objet forment un emboîtement imparfait, parfois maladroit. Certains sont ligaturés pour les contraindre à rester liés. Ces objets sont éparpillés, certain sont couchés donnant à l’ensemble l’aspect d’artefacts, comme si chaque céramique était une pièce d’un puzzle, le vestige d’une histoire révolue.

3, rue Lebreton, 29100 Douarnenez ; tél 02-98-70-09-75, 06-81-96-85-17

lucy.morrow@wanadoo.fr


Atelier Nannick

Nannick et Jean-Luc PAUL proposent leurs créations en faïence (sculptures murales, carreaux décoratifs aussi bien qu’objets utilitaires) et raku dans leur galerie de Plouguerneau, à deux pas du site archéologique d’Iliz Koz.

Iliz Koz

29880 Plouguerneau (Finistère)

Tél : 02 98 37 11 86 (ouvert tous les jours de 10h à 19h)

http://atelier.nannick.pagesperso-orange.fr/

 


Raymond-Louis Quillivic 2 Raymond-Louis Quillivic

Raymond-Louis Quillivic (Pont-Croix) est peintre, dessinateur, sculpteur et céramiste : « mon travail, porté vers le surréalisme mélangé au design, représente totalement le courant de la Nouvelle modernité apparu en France après guerre et par la suite appelée le Renouveau du grès français dans les années 70. Mes oeuvres en terre réfractaire chamottée ont toujours été émaillées sur cru, cuites en mono cuisson ». Il a par ailleurs créé, à Pont-Croix, un lieu en hommage au peintre Yves Tanguy.


Pierre Sizorn Pierre Sizorn

Pierre Sizorn (Plonevez du Faou) : « Techniques : tournage, calibrage et coulage. Mes cuissons se font au gaz pour le grès, et électrique pour la faïence. Les émaux de grès sont de type semi transparent à la cendre de bois (chêne) avec effets d’irisation qui demandent beaucoup de rigueur dans l’émaillage pour avoir transparence et opacité sur une même pièce. Je recherche une certaine épure dans les formes, sans rigueur ; le mariage forme et couleur en équilibre. »

Lieu-dit Kertanguy, 29530 Plonevez du Faou ; tél 02-98-26-42-12

contact@poterie-sizorn.fr


DSCN1500 Évelyne Talbourdet

Évelyne Talbourdet (Saint-Rivoal) façonne des pots de grès et de porcelaine, principalement au tour. Et sortent de la cuisson d’émail : vaisselle, pots pour le jardin, urnes funéraires.
Elle est présente toute l’année à l’atelier, mais pour un RDV, mieux vaut la contacter au 06-48-67-20-45.
POTERIE DU TUCHENN KADOR, Évelyne Talbourdet, Park al Laneger, Route de Sizun, 29190 Saint-Rivoal

poterie.tuchennkador@yahoo.fr


 

   Tim Bates 

Tim Bates réalise toute une gamme de vaisselle fonctionnelle, produit également des lampes en céramique uniques inspirées par des thèmes tels que l’architecture et le théâtre. Certaines pièces sont conçues essentiellement comme des sculptures.

Ateliers Artichaut, Keranheroff, 29690 La Feuillée; Tel: 02 98 99 06 91.

Boulot     Eugène-Patrick Boulot

Eugène-Patrick Boulot (Paimpol) travaille essentiellement le grès pour les pièces utilitaires, art de la table, vases, lampes…, mais aussi la porcelaine et le raku pour les pièces de décoration. « Il me tient à coeur de proposer à ma clientèle le plaisir d’une vaisselle originale répondant aux exigences d’une utilisation courante. Je complète cette fabrication par une large place accordée aux pièces décoratives ».
26, rue des Huit Patriotes, 22500 Paimpol ; tél 02-96-20-95-16
patrick.boulot@orange.fr


Cozanet     Aude Cozanet

Aude Cozanet (Louannec) : « Je tourne des pièces uniques, et des petites séries en terre vernissée ; j’utilise peu de couleurs ; la pièce crue se présente comme une feuille blanche que je colore aux engobes et aux oxydes par des motifs calligraphiques ou abstraits. Je fais aussi des modelages en terre cirée ou enfumée ».
Ma Halon, 22700 Louannec (à 4 km de Perros-Guirrec) ; tél 02-96-23-15-12, 06-82-74-54-19
aude.cozanet@wanadoo.fr


Servane Crespel Servane Crespel

Servane Crespel (Hénanbihen, à 25 km de Saint-Malo): « À partir d’une passion familiale pour l’art et la céramique, nous avons développé un lieu de rencontre authentique autour de la poterie: grès au feu de bois, porcelaine émaillée et décorée, terres enfumées. Cette volonté de faire de la céramique un art populaire vivant, à la portée de tous, a permis de rapprocher le créateur et son public ».

Atelier Crespel, Poterie de Montbran, 22550 Hénanbihen ; tél 02-96-31-58-43
servane.crespel@viveole.com


Karine Denis 2     Karine Denis

Karine Denis (Loudéac): « Je crée avec la technique du raku ; avec elle j’expérimente à chaque instant en révélant la matière, qui peut être douce, polie, émaillée, engobée ».  Son inspiration peut être liée à un détail du monde végétal, de l’humain. « Avec la terre, j’expérimente à chaque instant. Elle matérialise l’évolution, c’est l’écriture d’un cycle. Elle est enfumée comme reconstituée après des fouilles. Mes sculptures sont cuites en raku, c’est un accompagnement entre Terre et Feu ; une fusion, jusqu’au refroidissement ; où l’objet unique est amené sur un autre chemin (ou une autre vie) ».
Atelier de Céramique d’Art, Saint Hovec 22600 Loudéac ; tél 06-64-81-38-19
atelierkarinedenis@orange.fr

 

                   Lucia Diaz

Raku, terre polie enfumée

Après avoir créé la forme, la terre est polie à l’aide d’une petite agate, ou autre caillou, pour la fermer puisqu’elle ne recevra pas d’émail. Au moment de l’enfumage, je dessine et découpe des pochoirs que je disposerai sur mes pièces, puis c’est le feu qui choisira de révéler ou non mes dessins.

8, route de l’Europe, 22860, Plourivo; tél: 02-96-20-72-25; 06-88-16-14-30; luciolediaz@gmail.com

 

      Guillaume Garès

 

Atelier Porcelaine & Cie

Guillaume Garès travaille la porcelaine majoritairement au tournage. Il réalise son décor à l’émail en superposant différents émaux de sa composition pour créer couleurs, matières et textures. Il partage son atelier avec la céramiste Juliette Le Reun en plein cœur de Lannion.

22, rue Compagnie Roger Barbé, 22300 Lannion; tél 06-49-76-22-46; ggaresb@gmail.com


Bernard Guerout Bernard Guérout

Bernard Guérout (Plouer sur Rance) : ses spécialités sont le grès émaillé et la terre enfumée : « Mes émaux préférés sont à la cendre ou à l’argile de l’estuaire de la Rance (bleu) et aussi le rouge de cuivre. Cuisson réductrice au four à gaz.
Terres enfumées, cuissons en four fosse ou four papier.
La Basse Minotais, 22490 Plouër sur Rance ; tél 02-96-86-80-72 (visites sur rendez-vous)
bernard@guerout.com


Armel Hede, Armel Hédé

Armel Hédé (La Gaudière, Saint-Juvat) « Bien sûr, comme nombre de céramistes, j’ai commencé par faire de l’utilitaire, ce qui m’a donné – après 16 heures de stage avec Cyril Dor en 1975 – la maîtrise technique et le bonheur indispensables pour continuer et me lancer à fond dans le travail de la porcelaine ».
La Gaudière 22630 Saint-Juvat ; tél
02-96-83-43-92 (visites sur rendez-vous)
armel.hede@orange.fr


Etienne Huck     Étienne Huck

Étienne Huck (Plérin) : « Dans l’instant, chaque pièce est sans doute l’écho de mon apprentissage au Danemark, de mon expérience de tourneur à Vallauris et en Grèce. De mes brèves mais authentiques rencontres avec la vie des potiers en Crète, en Afghanistan, au Pakistan, en Inde et au Népal (1978-82), en Australie et au Japon, de mes recherches sur le la forme et le vide en Dordogne (1984 et 1988), de deux années à tourner au centre Bretagne, jusqu’à l’ancre jetée au port du Légué en 1992 ».
Le Port, 22190, Plérin ; tél 02-96-33-81-02 (visites sur rendez-vous)
poteriedulegue@yahoo.fr


audrey-kimmel     Audrey Kimmel

Audrey Kimmel (Boqueho) a choisi de travailler sur le grès et la porcelaine. Inspirée avant tout par la nature, elle travaille actuellement sur ses « graines germées » et ses fleurs en porcelaine papier. Son travail le plus représentatif est certainement celui de ses graines germées, cocons lisses ou soyeux qui invitent au toucher. Experte en lissage et en enfumages nuancés, Audrey Kimmel travaille volontiers sur les courbes et les rondeurs.
Le Tertre aux Fuseaux, 22170 Boqueho ; tél 02 96 42 16 90, 06-25-70-05-16 (visites sur rendez-vous)
audrey@audreykimmel.com


Jean-Yves Lemonnier     Jean-Yves et Catherine Lemonnier

Jean-Yves et Catherine Lemonnier (Paimpol) : « grès, porcelaine, un peu de raku et de l’émail, beaucoup d’émail, source inépuisable de recherche. »
2 lieu-dit Pors Ru, 22740 Pleudaniel ; tél 02-96-20-17-95 (visites sur rendez-vous)
jy.lemonnier@free.fr

 

      Juliette Le Reun

Juliette Le Reun utilise un émail transparent pour faire ressortir ses graphismes. Elle partage son atelier avec le céramiste Guillaume Garès. À l’arrivée, de très jolies porcelaines, des pièces contemporaines, aux couleurs attirantes. De la vaisselle à la déco, en passant par des objets d’art, des sculptures et même des bijoux.

Les céramiques de Juliette, Atelier Porcelaine & Cie, 22, rue Compagnie Roger Barbé, 22300 Lannion; tél 07-88-07-17-80: ju.lereun@gmail.com


Loaec Maëlle Loaec

Maëlle Loaec : « Je crée des pièces utilitaires et décoratives (atelier « Terre et Imaginaire », Pontrieux) : « uniques, ou en petites séries. Je travaille la porcelaine pour sa finesse, sa douceur, et sa lumière ainsi que le grès ».
atelier-boutique Terre et Imaginaire, 12 rue du Quai, 22260 Pontrieux ; tél 06-11-29-88-07
maelleloaec@yahoo.fr

 

Sylvie Maindron

« Je me suis dirigée vers les terres de grès. Je mélange des terres de différentes provenances et de couleurs. À partir d’un bloc, que j’ai constitué, je façonne à la main mes pièces que je cuis à deux températures dans un four électrique. Certaines à 1 040 °C et d’autres à 1 280 °C. À partir de la même terre, la couleur résultante n’est pas la même. Chaque pièce est unique. »

Kergavarec, 22300 Saint-Michel-en-Grève; tél 02-96-54-63-24


Mercier     Xénia Mercier

Xénia Mercier (Trébeurden) : a travaillé en Allemagne auprès des maîtres en céramique Johan Kuhnhenne et Wendelin Stahl. « Tout en ayant une passion pour la sculpture, je me suis dirigée actuellement vers des pièces tournées, uniques, aux fortes influences végétales avec des formes toujours originales. Je travaille principalement le grès à 1260°C ».
Route Lannion, Chemin Poul ar Belleg, 22560 Trébeurden ; tél 02-96-47-26-25
xenia.mercier@wanadoo.fr


Marie-Pascale Obaton     Marie-Pascale Obaton

Marie-Pascale Obaton
(Lannion) crée des pièces uniques dont les formes et matières sont inspirées de la nature. Certaines pièces peuvent servir de contenant pour l’art floral ou l’ikebana. Ou encore de base pour la lumière ou l’eau (fontaine). Il m’arrive aussi, au gré de l’inspiration, de confectionner quelques théières acrobatiques, poétiques, humoristiques…, pas toujours utilisables. J’utilise le grés ou la porcelaine, émaillé ou non, cuit au gaz en réduction à 1280°C. Je modèle, tourne, travaille à la plaque (beaucoup) et aux colombins… ; la technique au service de l’idée ».
Terres de Feu, 5 rue Kipling, 22300 Lannion ; tél 02-96-48-79-10


Poisson     Cécile Poisson

Cécile Poisson (Ploëzal) : « Le choix des terres est très important dans mon choix de travail. J’essaie de nouvelles terres à chaque cuisson, souvent des terres de « caractère », bien chamottées […]. La mer a toujours été très importante dans ma vie, car c’est une mouvance perpétuelle et c’est l’infini bleu. Je m’y plonge le corps et l’esprit, je m’y ressource. […] Il existe en moi une dualité très forte qui se retrouve dans mes pièces : entre fines parois de bols en porcelaine et lourds bols de grès chamotté, extrudés dans la masse.».
3 Biez-scolan, 22260 Ploëzal ; tél 02-96-95-02-98
poissoncecile@sfr.fr

 

       Olivier Roche

Imaginer, ressentir, mettre en mouvement,…donner forme à l’argile, cuire, émailler…cuire encore…Acteur et observateur a la fois,c’est au travers de ce processus de transformation de la matière,alchimique, que je me permets de devenir « qui je suis », et que ma vie prends sens. Donner et recevoir,…,dialoguer et se relier,…, avec moi ,avec le monde…Ainsi j’ essaye de contribuer a l’ émergence,toujours renouvelée, de l’ harmonie et de la beauté ……..

Manoir du Trovern, 22560, Trébeurden; tel: 06-49-63-64-16; olivier.roche.ceramic@gmail.com


Soccoja     Valérie Soccoja

Valérie Soccoja : « Mes céramiques sculpturales et utilitaires (vases, bols, bougeoirs, pots), en grès engobé et émaillé, cuite au gaz entre 1250 et 1280°C, sont le reflet d’une recherche esthétique issue de ce que j’observe, interprète, détourne ou l’expression d’états d’âme, de réflexions, d’émotions… Créer est le moyen d’extérioriser, de partager et de provoquer des émotions.
La terre est une alliée, une complice qui permet à mon énergie intérieure de jaillir pour proposer du plaisir visuel, une pause dans ce monde chaotique où il faut toujours courir… »
8 Kerprat, 22290 Pléguien ; tél 02-56-44-60-34, 06-03-11-73-67 (visites sur rendez-vous)
laterreenscene@sfr.fr


G. Guintrand, sans titre, acryl sur toile, 100 x 100 cm, 2015.

Les peintures à l’acrylique de Guillaume Guintrand, jouent du rapprochement d’entrelacs végétaux et d’un travail géométrique rigoureux. Il s’agit pour lui de « juxtaposer des formes concrètes, géométriques, à des formes organiques pour instaurer un conflit entre rigueur et souplesse et diriger le regard. Détourner des images issues du réel, leur adjoindre des séquences, des rythmes dont seules les couleurs forment le lien d’une illusoire part de réalité. »

Ses dessins, qui au départ n’étaient que préparatoires, ont donné naissance à des séries, au format A4, tracés avec des marqueurs à la peinture acrylique. Il dessine chaque soir « et les carnets de dessin se remplissent de motifs tantôt géométriques, tantôt figuratifs, souvent entre deux. » 

 

Viviane Rabaud travaille avec des fils, de la ficelle, des chutes de tissus, auxquels elle ajoute parfois un peu de mécanique. Ses installations occupent avec justesse tous les supports : mur, couloir, espace ouvert, barbelés, plan d’au… Elles s’adaptent avec souplesse, sans violence, aux espaces qui les accueillent, mais ne s’y fondent. Elles accrochent nécessairement le regard, notamment par la couleur. Elles sont de dimension modeste ou monumentales, tiennent dans la main ou s’imposent, avec quelque brins ou des kilomètres de fil…

Dans une démarche participative, V. Rabaud travaille avec les gens, les habitants d’un quartier, d’un bâtiment, des élèves, qui, avec elle, détricotent leur vie, la rembobinent, lui confient un moment leurs rêves, et lui fournissent la matière de ses installations. Avec elle, ils créent des espaces collectifs quotidiens, des liens. Ils se retrouvent artistes. Souvent les mots, dits, racontés, viennent appuyer le sens des œuvres.

« Dans un processus de création humble, sensible, je donne corps à des matériaux et objets anodins,  écrit-elle, en les détournant de leurs usages habituels. Ayant comme préoccupation principale l’idée de rencontre, de rendre compte, l’envie de « lier » et de « créer du lien ».

Mathias, montjuïc, 2017, 120 x 80.

Ce jeune artiste de Brest mélange la photo et la peinture, (aquarelle et acrylique) et utilise comme support le papier, le carton, le polystyrène ou le bois. Ses sujets : des fragments de mobilier urbain, de cargos, machines, parois de containers, des poteaux, bouches d’incendie, avec notées à la main par-dessus, leur coordonnées en latitude et longitude. Ce qui donne une dimension terrestre à ses photo-peintures, un aspect de document de travail aussi, d’autant qu’elles semblent parfois mal cadrées, comme s’il n’y avait pas de préoccupation artistique, ce qui est faux évidemment. Son travail donne à voir les morceaux d’un univers industriel qui semble abandonné, sans intérêt plastique. Mais une mise en forme savante et adaptée les réintègre dans une autre vision. Les couleurs sont rares, le rouge revient souvent comme une signalétique. Le ciel (ou la mer ou le sol) largement présent mais délibérément blanchi, gommé, rend les objets un peu irréels et donne le sentiment d’un monde parallèle.

A retrouver dans le chapitre  Arts contemporains en Bretagne > l’artiste au cœur de la société (novembre 2017) 

Cette plasticienne d’origine britannique, comme elle l’explique sur son site, nous montre « des dessins, des volumes et des photographies qui représentent des carapaces, des boucliers ou des mues. C’est à dire ce qui reste quand le corps a évolué et sur lequel sont inscrits les traces du temps et le vécu… La peau est un témoin social et religieux, solide et fragile, perméable et imperméable… Elle transmet une vérité de laquelle on ne peut se cacher. »

Elle recourt à des moyens techniques très variés, tour à tour de la paraffine, de la craie, des pastels, des teintures… Elle consacre beaucoup de temps à l’exploration de matériaux naturels inhabituels, fragiles et difficilement maîtrisables, tels les boyaux de porc, le collagène, l’alginate, susceptibles de se détériorer peu à peu, ce qui engendre pour elle une forme de tension créatrice. Coudre ces matériaux, les cuire puis les tremper dans des bains contribue à lui révéler de nouvelles pistes de travail, à la surprendre aussi, par delà tout résultat prévisible.

Christine Sutton se sert aussi fréquemment de plaques de zinc, de morceaux de gouttières comme support, jouant sur des formats très différents pour y inscrire ses paysages en utilisant des pastels gras, du graphique, des techniques mixte.

A retrouver dans le chapitre  Arts contemporains en Bretagne > La figuration revisitée . Octobre 2017

Pierre Delcourt vient de prendre sa place dans la rubrique Arts Contemporains en Bretagne, « L’abstraction, du lyrisme à l’épure »  (9 septembre 2017).

Pierre Delcourt_acrylique sur toile

À propos de sa démarche, Pierre Delcourt déclare : « Peinture et dessin constituent un moyen privilégié pour ressentir le monde sensible, pour arriver à ‘voir’. Ma démarche picturale trouve son origine dans la nécessité toujours renouvelée d’éprouver cette présence particulière au monde. J’utilise le plus souvent une palette d’ocres, de terres et de bleu outre-mer déclinés dans une gamme de tons retenus en essayant de toujours préserver une matière vivante et lumineuse. Il me semble que c’est la vibration lente de ces gris colorés qui peut le mieux traduire l’univers de sensations et d’émotions que j’ai approché et que je cherche à restituer sur la toile. Porté par un mouvement qui oscille entre intention et détachement, le tableau s’élabore par strates : recouvrements, effacements, élans et renoncements construisent peu à peu un espace singulier et sensible où chacun peut retrouver une part de lui-même. Résonance intime à la fois lointaine et familière, chacune de ces peintures est le témoignage d’un instant de présence au monde ».

Il a réalisé son dernier livre d’artiste Terres ultimes avec le poète Kenneth White en 2016.

 

Nous avons ajouté dans la rubrique « Lieux d’expositions, galeries », Le Bon Accueil à Rennes, dédié à cet art qui combine dimension auditive et plastique du son, qui le fait entendre et voir tout à la fois (de multiples façons souvent). C’est une vocation plutôt rare s’agissant des lieux d’exposition. Mais n’est pas parce que nous le découvrons qu’il est récent, il existe depuis 2008.

Marie Girard est un peintre abstrait qui depuis quelques années explore la luminosité du noir et ses multiples facettes, en le faisant résonner à l’intérieur de surfaces géométriques tantôt lisses, tantôt striées horizontalement, ponctuées de ruptures et de rythmes qui font vibrer sa peinture. Ses tableaux donnent l’impression d’étendues infiniment vastes. Son travail est fait de rigueur, de  concentration et de lumière.

Marie Girard est une artiste discrète qui vit et travaille en Bretagne. Née en 1963, elle a passé son enfance à Pont-Labbé. (rub. Arts contemporains en Bretagne/Abstraction.)

 

C. Sutton, banc de sable, pastel à l’huile sur zinc. 2009

Le travail abstrait de C. Sutton est toujours inspiré de ses expériences sensibles. «  Mon paysage est comme une vision, un aperçu, un mémoire, une émotion. Je traduis ce que je vois et ce que je ressens avec ma panoplie d’expériences vécues et de matériaux divers comme le pastel à l’huile, le goudron, le graphite, les encres et infographies sur zinc, le papier, le plastique… »

Son travail au crayon graphite est en relation avec les paysages de mines et terrils d’Angleterre, son pays d’origine.

Les mercredi, vendredi, samedi et dimanche, de 14 h à 18 h

Maison Prébendale, rue de la Rive, 29250  Saint-Pol-de-Léon. Tél. 02 98 69 01 69.

Chaque année (scolaire), la galerie Albert Bourgeois choisit un thème pour ses expositions : pour 2017-2018, sur la base des rapports entre l’art et la musique, elle expose des artistes sonores qui donnent à voir la production du son, lui donnent une dimension plastique. L’art sonore prend des formes variées : sculptures, installations, papiers peints musicaux, dispositifs audiovisuels, voire un aspect de performance quand s’y ajoute un événement musical en direct.

L’exposition collective présente des œuvres de Dominique Blais, Julien Discrit, Angélique Lecaille, Tomoko Sauvage ,  en co-production avec le Bon Accueil, lieu d’art sonore à Rennes. Elle est inspirée du roman de science-fiction de l’américain Théodore Sturgeon et du site de l’ancienne verrerie – cristallerie de Fougères.

Du mercredi au samedi de 14h à 18h.

Galerie Albert Bourgeois, Couvent des Urbanistes, 25 rue de la caserne, 35300 Fougères. Tél. 02 99 94 11 13. galerie@fougeres-agglo.bz

La galerie est membre du réseau Art Contemporain en Bretagne (ACB).

 

Cette exposition – collective – est centrée sur les relations entre musique et arts plastiques. Elles présentent les diverses façons de relier ces deux domaines par une sélection d’œuvres – tableaux, papiers, livres – signées d’une vingtaine de peintres (Buraglio, Pourcher, Riegl, Humair, Cage…). Elles sont issues de la collection ou du travail de Thierry Le Saec, peintre et graveur, et de Jean-Yves Bosseur, compositeur contemporain. L’exposition doit son titre à l’un des derniers livres d’artiste réalisé par T. Le Saec, fruit d’une collaboration à trois avec Robert Christien, plasticien, et Jean-Yves Bosseur.

Du 15 janvier au 2 février; du lundi au jeudi de 15h à 18h30, le vendredi de 15h à 17h.
Les Abords, rez-de-chaussée de la faculté Victor, Segalen, 20 rue Duquesne, Brest. Tél. 02 98 01 63 67

T. Le Saec expose également ses peintures au centre André Malraux à Douarnenez, du 27 janvier au 25 mars.

Vernissage le vendredi 26 à 18h. Rencontre avec l’artiste le samedi 27, à 15h. Centre André Malraux, 88 rue Louis Pasteur 29100 Douarnenez. Tél : 02 98 92 92 32.

Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h.

C. Durand, Le Bon Motif, détail de l’installation, 2018.

L’exposition présente les installations de deux artistes dont l’univers est, contrairement à ce que laisse penser le titre, centré sur le papier peint et son détournement.

Clémentine Carsberg nous propose de nous en amuser avec des installations, des sculptures, des collages encadrés. Elle joue avec le trompe l’œil, sans jamais le cacher totalement : faux mur en pierres, à l’intérieur ou dans la rue, fausse entrée de garage, fausse colonnes d’architecture…

Le travail de Charlotte Durand est méticuleux ; elle découpe, superpose, tamponne ; elle crée des reliefs subtils, de légers décalages, ses interventions sont souvent discrètes par rapport à leur environnement. Fidèle à « l’esprit » du papier peint, ses installations investissent les surface planes et développe le thème de la répétition.

du 13 janvier au 21 février 2018. Vernissage le vendredi 2 février à 19h.

Le Volume, avenue de la Chalotais, 35770 Vern-sur-Seiche.

La peinture abstraite de G. Moschini est faite  d’un seul motif, deux rectangles légèrement décalés l’un par rapport à l’autre, l’un ascendant, l’autre descendant  que le peintre décline à l’infini. Certains tableaux sont visiblement tracés d’un coup de brosse, sans remord, sans retour. La peinture n’est pas rigoureusement géométrique, ni froide. Dans ces variations  la couleur tient une grande place. On perçoit souvent le geste, le tracé à la main, et la trame colorée a toujours un « grain », une qualité propre. 

Du mardi au samedi, 14h – 19h. Galerie ONIRIS, 3 rue d’Antrain, 35700, Rennes.