Semiconductor est un duo d’artistes/chercheurs anglais, Ruth Jarman and Joe Gerhardt qui, depuis 1997, ont entrepris un travail original à la frontière entre science/technique/art. Ils explorent la nature matérielle du monde, en questionnant l’expérience que nous en avons à travers la science et la technologie. Ils produisent des courts-métrages, des sculptures et des installations immersives, en mêlant images et monde sonore. L’exposition rassemble des installations récentes et présente une œuvre nouvelle développée pendant leur résidence au CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire basé à Genève). Ils ont réalisé d’autres projets en résidence notamment dans les laboratoires de la NASA. Leurs travaux ont été exposés à la biennale de Venise, au festival d’art contemporain de Prague, à l’institut d’Art Contemporain de Londres (ICA), au Festival International du Film de San Francisco, à Milan, et en Allemagne.

Lieu Unique
quai Ferdinand-Favre, Nantes. Tél. 02 40 12 14 34.
Du 6 avril au 2 juin, du mardi au samedi 14h -19h et le dimanche : 15h -19h.

La fête de l’estampe est un événement national annuel soutenu par la Fédération nationale de l’estampe. Comme on le pressent, son objectif est de promouvoir l’estampe, contemporaine ou patrimoniale avec des expositions, des performances, des visites d’ateliers, démonstrations, portes ouvertes, cours, conférences … tout est possible à l’initiative de qui le veut : graveurs, galeristes, musées, imprimeurs, médiathèques, écoles d’art…

Les manifestations se déroulent dans les lieux les plus variés, le 26 mai et souvent sur plusieurs jours.

Consultez le programme complet par région et département.

Maison rouge, P. Jaouen

La galerie Plein Jour présente pour la seconde fois, une exposition d’art brut avec le travail de trois artistes : Gaël Dufrene, Philippe Jaouen et Nadine Peleter.
G. Dufrene, a un seul centre d’intérêt :  les trains, qu’il dessine aux crayons de couleur avec une grande précision. Aucun détail, même minime, ne lui échappe.  P. Jaouen peint des formes géométriques, de manière spontanée et colorée, qui évoquent des constructions. La peinture de N. Peleter est elle aussi très colorée, mais plus poétique, en relation souvent avec la nature.

Jusqu’au 24 juin 2018.

Galerie Plein Jour, 4, rue Eugène-Kérivel, place des Halles, à Douarnenez. Tél. 02 22 12 91 75 ou 07 81 73 41 85. 

mercredi, jeudi et vendredi, de 15 h à 19 h. Samedi, de 10 h à 12 h 30 et de 15 h à 19 h.

Véronique Porot fait partie des plasticiens, plus souvent plasticiennes d’ailleurs, qui travaillent à partir de fibres et de fils. Elles sont nombreuses, inventives, mais peu connues en France. V. Porot utilise le matériel traditionnel de la dentellière :  un carreau, des épingles, des fuseaux et des fils.
Lin, coton, soie, plastique, métal, papier, ou fibre végétale, toutes ces matières l’’intéressent dans leur texture, épaisseur, résistance, couleur, transparence. Elle les mélange, les noue, croise, entrelace pour créer des formes figuratives ou abstraites. « Je me suis familiarisée avec des matières et des techniques diverses : couture, patchwork, tissage, broderie, tricot, crochet… écrit-elle sur son site. Dans la maison familiale, les dentelles transmises de génération en génération m’ont donné le goût et l’admiration de ce savoir-faire lié à des régions bien spécifiques. »

L’exposition porte plus particulièrement sur le thème de la méduse.
Espace culturel du Champ de foire, rue du Penquer , 29860 Plabennec. Tél. 02 98 30 78 95.
Du mardi au jeudi 10h/12h – 13h30/17h, le vendredi 10h/12h – 13h30/19h.

 L’exposition présente notamment 2 livrets  de Maya Mémin :

 Kantik Ar Baradoz, qui fait suite à son travail avec les musiciens, Jean-Yves Bosseur, Jean-Luc Tamby et Emilie Yaouanq;  il combine gravures, chant traditionnel et texte des musiciens.

 Une saison à Riantec, avec des Poèmes de Marc Le Gros présente une série d’aquarelles de la mer intérieure de  Riantec (Morbihan), accompagnée de poèmes inédits de Marc Le Gros.

Vous pourrez aussi découvrir la réédition, en tirage courant, de deux livres d’artiste de M. Mémin et Gérard Prémel :Plume, épi, feuilles et Les Empreintes Faîtières de Maya.

Vernissage le samedi 5 mai à partir de 16h30. Le dimanche 20 mai à 11h aura lieu un concert de Jean-Luc Tamby et Emilie Yaouanq, à partir des « partitions musicales » de Maya Mémin.
Galerie Ombre et Lumière • 49, rue Georges Clemenceau – 35400 Saint-Malo / Saint-Servan – Tél: 06 32 86 19 94. Mardi, jeudi, vendredi, samedi de 14h30 à 18h30.

Dans sa manière d’explorer les potentialités de la céramique, Océane Madelaine intègre souvent une forme d’écriture (on peut notamment y déceler des liens avec l’art d’un Cy Twombly) ou de la calligraphie. Elle l’insère avec délicatesse dans le traitement des couleurs qui semblent parfois avoir traversé les épreuves du temps, ce qui leur donne une apparence de fragilité. La plupart de ses créations sont utilitaires, tout en invitant celui qui se sert de tels objets à prendre le temps de les contempler en déchiffrant les multiples réseaux de signes et de formes qu’ils font apparaître, souvent comme en transparence : « Il est primordial pour moi, dit-elle, de donner forme au bol, à l’assiette, au pichet… Peut-être parce qu’ainsi les mains – tant les miennes que les vôtres – se relient à une histoire de l’objet qui vient de si loin, de cette époque étrange où les sociétés devenues sédentaires inventèrent les contenants d’argile…Peut-être aussi parce que je veux croire au miracle simple d’une table dressée avec sollicitude, et que le fait de créer des petites séries de pièces utilitaires est ma manière d’honorer l’espace de la convivialité. Peut-être encore parce que je ne connais guère de geste plus émouvant que celui des paumes entourant un bol comme pour y trouver abri et réconfort ».

Fabienne Houzé-Ricard a une prédilection pour le tracé du fil, la forme ronde, et deux couleurs le rouge et le blanc ; ces éléments s’associent et prennent souvent la forme du nid. Elle la décline en volume ou non, avec des matériaux variés : le verre, des bandes plâtrées, la peinture acrylique. Ses formats vont du dessin intimiste à l’installation qu’elle appelle aussi parfois mises en situation.

La démarche de F. Houzé-Ricard n’est pas naturaliste, le nid est un objet de réflexion. C’est visiblement le fruit d’un travail, plutôt long et complexe, mais précaire. Il est fragile, prêt à se défaire, un peu abîmé,  tombé, avec parfois un léger décalage qui le tire, sans que l’on s’en aperçoive tout de suite, vers le surréel, voire le macabre.  Souvent démultipliés, il contrecarre l’idée d’un lieu unique enfin trouvé. C’est plutôt une recherche jamais terminée de savoir en quel lieu le/se déposer. Défait, réduit à sa forme circulaire, le nid montre ce qu’il cachait, peut-être, le centre du monde, un point mystérieux, une spirale…

Du samedi 5 mai au dimanche 27 mai 2018, Abbaye de Coat Malouen- 22480 Kerpert. Organisation mt-galerie.

Ouvert les samedi, dimanche et jours fériés, de 14h à 18h. Tél. 02 96 21 42 33.

Ilann Vogt_L’évangile selon Marc

llann Vogt  découpe les livres, parce qu’il les aime. Il découpe chaque page, ligne par ligne de manière à former des ficelles de texte qu’il assemble en les tissant.  Les grands auteurs y passent : Perrault, Kafka, Proust, V. Woolf…

Il a découpé et tissé plus d’une centaine de livres intégralement. Le résultat prend la forme d’écharpes, de robes, de longs tissus, de vieux rebus, de morceaux d’osier… de toutes dimensions, y compris sous forme d’installations. Un travail méticuleux qui se situe de manière originale entre la littérature et les arts visuels, qui fait des mots une œuvre plastique. Ilann Vogt se désigne comme artiste plasticien et tisserand.

I. Vogt expose à la Chapelle des Ursulines avec le sculpteur Kito dont l’oeuvre représente essentiellement les notions d’ouverture et de fermeture. La manifestation est centrée sur le thème du livre.

Chapelle des Ursulines , 2 rue de Kérampont, 22300 Lannion. Tél. 02 96 37 99 10.

Ouverture le mardi, mercredi et vendredi : 14h à 18h, jeudi et samedi : 10h/12h30 – 14h/18h.

L’exposition « STACK | FLOCK | STACK » de l’artiste anglais Stephen Cornford propose une lecture critique de l’idéologie techno-utopique promulguée par l’industrie des nouvelles technologies.
Artiste d’installations et de performances sonores et musicien expérimental, il reconfigure les appareils audio grand public. Il leur invente un nouvel usage, transgresse l’obsolescence programmée, recherche la poésie qu’ils recèlent, dans le but de critiquer l’usage normatif qui en est fait, la conformité sociale et le mythe du progrès technologique. Ses dernières recherches portent sur les capteurs d’image et particulièrement les semi-conducteurs photo-sensibles qui transforment la lumière en données dans toutes les caméras digitales. 

Le bon accueil  

74, canal Saint-Martin, 35700 Rennes. Tél. 09 53 84 45 42.
Du jeudi au samedi, de 14h à 18h. Le dimanche, de 15h à 18h.
Vernissage en présence de l’artiste, le jeudi 29 mars, à partir de 18h30.

Cette exposition est la deuxième collaboration d’Olivier Michel, plasticien, et Pierre-Alexandre Remy sculpteur, où tous les deux jouent sur la ligne.

Qu’il s’agisse de dessins au bic, ou de PVC découpé en bandes, le travail d’Olivier Michel créé des lignes sinueuses dont la souplesse est contrainte par un cadre. le PVC se déploie dans un cadre-vitrine, crée des envahissements s’apparentant à des turbulences : des zones de flux se créent et l’envahissement successif des méandres dans l’espace du tableau fait apparaître un dessin. P.-A. Rémy travaille essentiellement l’acier auquel il joint PVC, élastomère, aluminium ou bien le verre et le grès. Il les étire pour en faire des entrecroisements de fils souples, complexes, fragiles, en jouant sur les différences de matière pour composer un dessin final. Ses sculptures-installations, qui peuvent être monumentales, prennent forme en tenant compte de l’espace qui les accueille. Il les conçoit d’ailleurs comme des tracés cartographiques, des chemins, des courbes de niveaux, des délimitations.

Galerie Réjane Louin, 19 rue de l’église, 29241 Locquirec. tel : 02 98 79 36 57 // 06 60 17 54 53.
Les samedis, dimanches et jours fériés, 14h30 – 18h30.
et tous les jours pendant les vacances scolaires, sauf les mardis, 14h30 – 18h30.

Rien d’inquétant est une exposition de Julie Aybes et Brigitte Mouchel, faite de photos, dessins, collages et textes poétiques. Elles proposent la traversée d’un paysage sauvage, quasi désert qui suscite des émotions diverses, voire contradictoires, propice à explorer la confusion des silences et des inquiétudes. Pour les deux artistes, il s’agit d’ écrire un entre-deux, entre soi et le monde, avec l’idée d’un partage, comme un carnet de voyage singulier et sensible du pays traversé, avec l’envie que cela reste inquiétant, sans simplification ni explications.

Julie Aybes et Brigitte Mouchel travaillent régulièrement ensemble au sein du collectif et meutes. Elles mêlent Photographies, vidéos, installations, textes poétiques, collages, livres d’artiste, créations sonores, pour croiser des registres divers : artistiques, philosophiques, sociaux… « Nous cherchons, écrivent-elles, à donner à voir une image du monde qui ne soit pas rassurante, ni confortable, qui pousse à la vigilance. Saisir — être saisi par — des lieux, rencontrés en errance, sans but. Lieux qui n’ont aucune particularité, qui ne sont pas du tout pittoresques… C’est là que quelque chose est possible, c’est là qu’il s’agit d’habiter. » L’ exposition se tient dans la  toute nouvelle galerie du collectif, méandres, située dans l’ancienne école maternelle d’Huelgoat. Elle a pris la suite de la galerie K° contemporain,  avec comme projet de créer des échanges variés entre les arts visuels et la littérature. (d’après le dossier de presse)

27 rue du Pouly, 29690 Huelgoat. Tél. 09 84 46 88 89. Entrée libre. Le samedi 21 avril à 18h, inauguration gourmande en musique.  Attention, horaires spécifiques : du 31 mars au 22 avril & du 19 mai au 16 septembre 2018 de 14h à 18h30. Avril / mai / juin & septembre : les samedis, dimanches & jours fériés. Juillet / août : tous les jours, sauf les mardis. 

Michel Thamin sculpte dans le granit des «lithoglyphes», des boîtes de petite taille dont le contenu est annoncé par un signe énigmatique, une discrète figure symbolique. Le visiteur est invité à en soulever le couvercle…

Galerie Ombre&Lumière, du 10 au 30 mars.
49 rue Georges Clémenceau, 35400 Saint-Malo/Saint Servan
Tél. 06 32 86 19 94.
Les mardi, jeudi, vendredi et samedi de 14h30 à 18h30.

Vernissage le samedi 10 mars à 17h30.

Le public peut admirer une centaine de sculptures à l’intérieur de l’Hôtel de Ville et à l’espace Lucien Prigent.

L’espace L. Prigent, situé dans le parc de Kréac’h Kelenn, présente une rétrospective des lauréats du Grand Prix de sculpture de la ville de Landivisiau depuis sa création. Elle a lieu du samedi 3 mars au dimanche 6 mai.

Entrée libre les lundis, mercredis, vendredis, samedis et dimanches de 14 h à 17 h 30. Renseignements au 02 98 68 67 63.

Le 30e Salon de sculpture contemporaine de l’association Sculpteurs Bretagne se tient, du samedi 7 avril au dimanche 6 mai, dans le hall de l’hôtel de ville. Entrée libre aux heures d’ouverture de la mairie :

19 rue Georges Clemenceau, 29 400 Landivisiau. Du lundi au vendredi : 8 h 30-12 h /13 h 30-17 h 30. Tél. 02 98 68 00 30.

Atelier de Didier Marcel

Le Musée des beaux-arts, le Frac Bretagne et La Criée centre d’art contemporain s’associent pour proposer une exposition collective sur la sculpture depuis les années 80 en France, à travers les œuvres d’une soixantaine d’artistes français ou vivant en France. Sculpter (faire à l’atelier) présente l’atelier du sculpteur comme le lieu du faire, mais également comme celui de la pensée, de l’expérimentation et de la recherche. Une place importante est accordée à la matière première qu’elle soit assemblée, déformée, composée ou recyclée. Parmi les artistes invités certains maîtrisent seuls la réalisation de leur oeuvre, d’autres préfèrent s’entourer d’experts.

Dans le cadre de l’exposition, l’artiste Laurent Duthion offre une performance sous forme de buffet « Le repas du Renard Volant ». Mercredi 04 avril 2018 à 19h (durée environ 45 min) au musée des beaux-arts. Gratuit – sur réservation.
Renseignement sur le site du musée ou celui du Frac.

Leyto est un graffeur breton qui a commencé par taguer les murs, les friches, les lieux désertés, les non-lieux… Aujourd’hui, il travaille aussi sur toile une calligraphie qui a quelque chose à voir avec le style de Pollock,  de De Kooning, la caligraphie arabe, et la  notation musicale. Ses toiles sont en noir et blanc ou très colorées. Son style garde le geste, l’énergie du taggeur mais nécessairement plus contrôlées dans l’espace plus réduit de la toile. Un langage de signes sans autre signification que leur valeur plastique et peut-être le rappel de leur origine transgressive sur les murs.

Le Volume, avenue de la Chalotais 35 770 Vern-sur-Seiche. Les mardi et vendredi, 15h à 18h30 ; mercredi 10h30 à12 h30 et 13h30 à18h30.  Le samedi 10h30 à12 30 et 13h30 à16h30.

« Peindre est un présent », une exposition des œuvres de Nicolas Fedorenko, se déroule en deux temps: 

Nicolas Fedorenko, Chevalier à l’étendard, 1998, huile sur toile, 225 x 173

 Du 4 mars au 1er avril : peinture et sculpture et du 7 avril au 27 mai : œuvre graphique et sculpture

Nicolas  Fedorenko  accorde  une  grande  importance  à  l’énergie  du geste (il dit vouloir «descendre dans le monde avec la pesanteur de l’énergie»), à  l’élan  vital, ce qui le conduit à peindre  généralement  de  grandes surfaces  de  toile  ou  de  papier,  à  même  le  sol. Il  y a dans son travail une forme de sauvagerie et de désordre voulu. Il déclare à ce propos «Il  y  a  une  certaine  brutalité  qui repousse l’idée d’harmonie. Mais il n’y a pas de volonté d’être pessimiste, ni  de  provoquer.  C’est  plutôt  une  forme  de  résistance et  de  révolte […] Cette pagaille est orientée, mais je ne me soucie pas de  l’expliquer ». Il est très sensible à la confrontation entre les écritures plastique et verbale, comme l’atteste sa récente collaboration avec Michel Le Gentil, céramiste sur un texte de Butor. Si l’on trouve l’esquisse d’une figure humaine dans son travail, c’est que  sa «  préoccupation  plastique s’est décalée vers l’homme, pas vers l’anatomie. L’apparence est devenue, non  pas  la  finalité,  d’une  éventuelle  élégance, mais  l’outil… […] Ce n’est pas un sujet, encore moins un motif, c’est quelque chose de plus étrange et d’insaisissable. »  Fedorenko  a également  réalisé  des  vitraux  pour  l’église  de  La  Martyre  et  la  Chapelle Saint-Maudez de Lennon. (Les citations sont extraites de l’article, Fédorenko, Nicolas, ArMenn°112, mai 2000)

Domaine de Kerguéhennec, propriété du Département du Morbihan

 56500 Bignan. Tél. 02 97 60 31 84. Du mercredi au dimanche, de 14h à 18h.

Beaj, tirage polychrome sur vélin d’arches 35x50cm.

Thomas Godin est un jeune artiste qui travaille la gravure par la technique de l’eau forte (acide nitrique) sur zinc. La plaque est ensuite encrée et reproduite sur papier. Il aime la gravure qui, pour lui, se situe entre l’art et l’artisanat, en ce sens qu’elle demande un savoir technique associé à la création.

Ses gravures sont imprégnées des  paysages  et  des  horizons  du  Léon,  mais  transposés  dans  une évocation imaginaire abstraite, esthétique; il joue sur les variations de couleurs et de luminosité, ce que permet précisément la  pratique  de l’eau-forte.

Son atelier à Landerneau (29), où se tient également le Fonds Hélène&Edouarc Leclerc dédié à l’art contemporain, est aussi un lieu d’exposition.

Les arts des mots et les arts plastiques prennent possession de La Grande Boutique qui contrairement à ce que l’on pourrait penser est un centre de création qui accueille des projets artistiques touchant au spectacle vivant, essentiellement la musique (musique traditionnelle, musique du monde, jazz..),  mais aussi la danse, l’art contemporain, le théâtre… Une après-midi poétique co-construite avec mt-galerie, méandres, les éditions isabelle sauvage et La Quincaille :

EXPOSITIONS
présentation de la collection de livres d’artiste L 3 V  par mt-galerie, galerie nomade et les éditions isabelle sauvage et carte blanche à MÉANDRES avec Julie Aybes et Brigitte Mouchel.

LECTURES POETIQUES
Dès 15h00 Impromptus poétiques – Séverine, Isabelle et Sophie de La Quincaille
16h30 & 18h00 Lectures – Brigitte Mouchel et Sophie Hoarau

L 3 V (leporello 3 volets), c‘est près de 300 livres d‘artistes où l’écriture rejoint l’intervention originale d’un plasticien juste pour le plaisir des échanges. C‘est 350 auteurs, peintres, photographes, sculpteurs… 
Sophie Hoarau, co-fondatrice de La Quincaille Cie, tricote et tripote la poésie comme matière de prédilection à la scène.
Brigitte Mouchel, écrivaine et plasticienne, co-créatrice de la galerie méandres, réalise des livres d’artistes qui disent ce partage entre images et mots qui l’habitent.

Adresse : La Grande Boutique, 3 Rue Milad, 56630 Langonnet. Tél. 02 97 23 83 83. Le 3 mars de 15h à 19h.

 

   Tim Bates 

Tim Bates réalise toute une gamme de vaisselle fonctionnelle, produit également des lampes en céramique uniques inspirées par des thèmes tels que l’architecture et le théâtre. Certaines pièces sont conçues essentiellement comme des sculptures.

Ateliers Artichaut, Keranheroff, 29690 La Feuillée; Tel: 02 98 99 06 91.