L’abstraction, du lyrisme à l’épure