Kerozen

Kerozen

« L’émail, c’est la couleur et la dureté de la pièce. Après quelque jeux de labo de chimie, quand, aux bout d’une centaine de test, nous trouvons enfin la couleur que nous souhaitons, nous l’appliquons sur le biscuit. Nous laissons sécher, puis direction la deuxième cuisson, la « cuisson à grès ». Pendant 12 heures le four va monter jusqu’à 1300°C, pendant 12h., la température va redescendre. Et là, le moment magique, quelles surprises nous attendent ! Soit nous sommes déçus, soit nous sommes heureux de voir nos pièces aussi belles que nous l’avons espéré ! Les pièces sont prêtent à trouver une place bien à elles. Nous utilisons plusieurs techniques de façonnage de la terre, en voici quelques unes : Tout d’abord la plus simple : le modelage, Technique primitive, c’est la mise en forme d’une boule de terre par la pression des doigts. Le travail à la plaque (surtout Delphine) : des plaques de terre sont réalisées à l’aide d’un rouleau puis assemblées à la barbotine. Cette technique permet surtout de faire que des pièces géométriques. La technique la plus perfectionnée est celle du tournage (ça, c’est la partie de Corentin). Elle nécessite un apprentissage prolongé. Cette technique a fait son apparition aux alentours de 4000 ans avant J-C, révolutionnant la poterie en permettant d’obtenir rapidement des formes beaucoup plus régulières et des pièces beaucoup plus légères. Le tour se compose d’un plateau rotatif appelé girelle. Après avoir disposé une motte d’argile au centre du plateau, le potier centre sa terre puis la façonne pendant sa rotation. Lorsque la pièce tournée a pris la consistance « cuir », le tourneur rectifie les imperfections et creuse le pied de la poterie; il s’agit du tournage. Le tournage ne permet d’obtenir que des pièces de révolution, qui peuvent cependant être déformées avant séchage complet. Nous aimons beaucoup mélanger les techniques de fabrications, cela permet encore plus de créativité. Nous mêlons notre travail pour faire des créations communes, les esprits et les petit plus de chacun dans nos spécialités se rencontrent et fabriquent.