L’œuvre de Soo-Kyoung Lee est délibérément spontanée et informelle. Aucune étude préparatoire ne précède la réalisation d’une toile ou d’un dessin. Chaque peinture est le résultat d’une série d’étapes orchestrées par un geste libre, tout en mouvement : « Dans le temps de l’épreuve picturale, je suis devant la surface vierge comme face au vide, dans une impasse. Les heures s’enchaînent sans qu’il ne se passe rien ; je ne vois rien, puis, soudain, un surgissement… Dans le cours du travail, penser et agir sont simultanés. La pensée se dévoile progressivement dans l’action de peindre. Le décalage entre penser et voir est étroit. Une action en entraîne une autre, les couleurs se confrontent et s’harmonisent dans un cheminement qui mène à l’œuvre. »

La galerie Oniris est ouverte du mardi au samedi de 14h à 19h 38 rue d’Antrain, 35700 Rennes.

C’est en 1976 qu’Yvon Daniel rencontre Jean Bazaine, événement décisif pour lui, même si son itinéraire ne s’inscrit pas explicitement dans son sillage. Ses œuvres (peintures et pastels) sont largement basées sur la prégnance du geste et le dynamisme des couleurs, elles entretiennent des relations intenses avec les rythmes de la nature. Cet intérêt pour la puissance et la sensualité de la couleur l’a conduit à créer des vitraux, par exemple pour la chapelle Saint-Antoine à Guiscriff, dans le Morbihan, (voir la video  “Genèse d’un vitrail”) ainsi que des bas-reliefs polychromes. Comme l’écrit Bernard Berrou, Yvon Daniel a choisi de s’engager dans « la voie difficile, solitaire de l’abstraction informelle, du monde incarné, miroirs de chaos, d’abîmes, échos lointains du monde visible ».

 

                                   

 

L’exposition intitulée “Traitements de texte” présente des œuvres de Jean-Yves Pennec – virtuose de la récupération et de la transformation des cageots où figurent souvent des signes linguistiques – et de Victoire Le Corre – calligraphe qui met ses talents au service du public et expose parfois son travail d’artiste. S’y ajoutent des œuvres des artistes permanents de la galerie : Alice de Miramon, Sandra Detourbet, Gwendoline Hausermann, Nagsoul, Matthew Rose, Julien Lebbihi, Bruno Guihéneuf et Shanker Raj Bhatta. De la calligraphie à l’assemblage, le signe devient graphie, support, concept.
La galerie propose également 3 ateliers découverte de la calligraphie qui seront animés par Victoire Le Corre. Le nombre de places est limité à 6 personnes par atelier. Prix : 40 euros. Pour tout renseignement supplémentaire: jlc@jeanlouiscleret.com ou 06 76 35 12 00.

Du 2 février au 4 mars. Galerie Jean-Louis Cléret, 4 rue Notre-Dame, 22200 Guingamp.

Catherine Denis se consacre principalement à la calligraphie, dont elle a exploré les richesses d’expression aussi bien par rapport aux traditions chinoise qu’occidentale. À travers son recours au pinceau, sa démarche vise à questionner en profondeur l’acte et le geste liés à l’écriture : « Je ne suis pas peintre, je « travaille », depuis ma découverte et mon étude de la calligraphie chinoise, le vécu de l’écriture au pinceau : dans la répétition de traits verticaux (exercice de base de cet art chinois si particulier), pour la création de mes Partitions ; dans l’écriture en français, pour mes Tableaux d’écriture ; et dans le prolongement du geste d’écrire qu’est l’empreinte de ce qui vient d’être tracé à l’encre : Reports Architectoniques (comme suite aux Partitions) et Réminiscences, « buvardages bavards » de mes écritures aux pinceaux, en chinois et en français ».

Du 3 février au 2 mars, mardi, jeudi, vendredi, samedi de 14h30 à 18h30. Galerie Ombre et Lumière, 49 rue Georges Clémenceau, 35400 Saint-Malo / Saint-Servan tel: 06 32 86 19 94.

Pierre Delcourt a  réalisé récemment plusieurs livres d’artistes notamment avec Kenneth White et autour des haïkus de Taneda Santoka. Le dialogue s’est prolongé en peinture et ce sont ces peintures ainsi que les livres qui sont exposés à la chapelle des Ursulines. “ Les poèmes de K. White m’ont inspiré des compositions abstraites, explique P. Delcourt, renvoyant par leur verticalité et leur frontalité à un espace intérieur «un lieu où héberger une étrangeté», ou au contraire ils ont induit un espace plus ouvert renvoyant à l’idée du paysage… Concernant «Zen à pas comptés», l’encre, l’eau et le papier se sont imposés comme les moyens les plus adaptés pour rendre compte du dialogue avec la poésie de Santoka. 
Brigitte Crickx-Maignan, née en Belgique, résidant depuis 20 ans en Bretagne, se consacre à la sculpture depuis 14 ans.  Sans être toujours réaliste, son travail reste figuratif. Depuis 2005, elle donne des cours à un public d’adultes, dans sa maison de Lamballe. 
Du 2 février au 30 mars, les mardi, mercredi et vendredi : 14h à 18h. Les jeudi et samedi : 10h -12h30 – 14h -18h. Entrée libre. Chapelle des Ursulines, place des Patriotes à Lannion, 22300.

H. A. Watling est une artiste anglaise qui vit et travaille entre la France et l’Angleterre. « Hazel Anne Watling a conçu Traverse une exposition de peintures sur toile et sur tissus inspirées par le mélange de mer et de campagne qui caractérise le paysage de ce coin de Bretagne (celui de la galerie). Aux motifs paysagers elle mêle toute une iconographie empruntée à l’univers des contes : deux contes en particulier sont ici source d’inspiration : “le Rat des champs et le Rat des villes” et un conte anglais “le Hibou et la Minouchette”, histoire d’un mariage entre un hibou et une chouette. Or l’hybridation que symbolise le motif du maïs est très présente dans son oeuvre : hybridation entre l’outil numérique pour imprimer ses tissus ou pour introduire des motifs photographiques dans ses toiles et la peinture. Pour Hazel Ann Watling les images sont une manière de voyager et d’explorer le monde contemporain. La voile qu’elle a introduite dans l’exposition est le symbole de cette traversée entre les univers du conte et de la réalité, de la peinture, outil ancien et du numérique outil contemporain. »

Galerie des petits carreaux, Le Grand Vaupiard , 35800 Saint Briac-sur-Mer. Tél. 06 13 20 61 90. Ouverture sur rendez-vous.

Cette 3e édition propose les thèmes de la graine, du cocon, du nid, de l’envol, du végétal … à travers des installations de gravures, dessins, peintures, sculptures et céramiques. C’est en faisant des allers-retours entre le dessin, la peinture, la sculpture, l’installation et la vidéo, que Fabienne Houzé-Ricard crée un univers aux tréfonds de l’intime. Son thème de prédilection ce sont les nids : énormes, minuscules, mal adaptés, fragiles, douillets… Audrey Kimmel a choisi le grès et la porcelaine. Inspirée avant tout par la nature, elle propose ses “graines germées”, cocons lisses ou soyeux et ses fleurs en porcelaine papier, elle travaille volontiers sur les courbes et les rondeurs. Violaine Fayolle travaille la gravure sur bois. « Mon travail… pose les questions du rapport à la norme, à la mort, à la monstruosité… J’ai  choisi de m’exprimer avec la peinture à l’huile et le medium de la gravure sur bois … car ils s’inscrivent dans un rapport au temps différent.» 
Tout savoir sur l’expo et les autres manifestations : films, livres, conférence….
Vernissage le 8 février à 18h30. 
Du 8 janvier au 17 mars, les mardi et dimanche : 10h-13h et 15h-18h. Les mercredi, vendredi, samedi : 15h-18h. Fermée lundi et jeudi. “La Galerie “ rue Touroux,  22520 Étables-sur-Mer.

En utilisant les technologies d’aujourd’hui, l’artiste sonore hollandaise Mariska De Groot, encore peu vue en France, propulse à notre époque les recherches menées au début du XXe siècle et dédiées au son optique. En s’inspirant pour partie des roues perforées du Variophone de Yevgeny Sholpo  (1891-1951), Mariska de Groot crée des installations combinant le mouvement au son et à la lumière. L’exposition intitulée The Mirror of Daisy Bell plonge le public dans un ballet d’ombres mouvantes et de lumières transformées en sons.
When Alexander Graham Bell invented the Photophone (a communication device that works on light beams, and includes a perforated rotating disc in the proces) he was so proud on his invention that he wanted to name his daughtePhotophone. This idea was discouraged by his wife and they decided on the name Daisy. In this installation the wall between 2 rooms will be used as a mirror for 2 tonewheels, the noisy but visually hypnotic against the sonic harmonic. (présentation sur le site de l’artiste)

Vernissage le jeudi 24 janvier à partir de 18h30. du 25 janvier au 24 février, du jeudi au samedi de 14h à 18h et le dimanche de 15h à 18h.
Le Bon Accueil, lieu d’arts sonores, 74 canal Saint-Martin, 35700 Rennes.

Mai Tabakian est une jeune artiste franco-vietnamienne qui utilise le textile pour ce qu’il est : matière, couleur, texture. Souvent travaillées en volume, ses œuvres renvoient à la sculpture ou à l’architecture. Pour le centre d’art les 3 CHA, elle a créé quatre installations in situ dans des couleurs acidulées : sur les murs latéraux de la chapelle, deux séries en forme de blason de grand format, au sol de la nef « Le grand chemin » une installation monumentale, et dans le chœur de la Chapelle « Balance Point », une œuvre sculpturale

d’envergure exceptionnelle.
« Au départ donc, il y a le tissu, la découverte des immenses possibilités plastiques de ce matériau fonctionnel par essence, qui habille, protège, recouvre […] Des textiles abandonnés, des bouts de tissus, petits, grands, abîmés ou pas, laids ou précieux, en tout cas des «laissés pour compte». […] Ma démarche s’articule autour d’un questionnement sur l’angoisse. Mon travail […] se concentre notamment sur des compositions organiques, un moyen de rendre séduisant ce qui fait peur […] Un motif a priori inquiétant sera ainsi traité avec des couleurs sucrées, très vives ou des pastels sages, les formats ronds viendront en contradiction avec le danger suggéré […]Je peins avec des tissus. » (Extraits d’une présentation de l’artiste par elle-même).
Du 2 février au 23 mars, mercredi et vendredi de 14h à 17h, samedi de 11h à 13h et de 14h à 18h et le 1er dimanche du mois de 10h à 13h. entrée gratuite. Vernissage le 1er février à 18h30.

Les 3 CHA, Le Château, boulevard Julien et Pierre Gourdel, 35410 Châteaugiron.

Dominique De Beir invite  Karine Bonneval et Seitoung. « En compagnie de la plasticienne Karine Bonneval qui au travers de formes sculpturales concentre sa recherche sur les relations paradoxales  que nous entretenons avec le vivant, et avec Samuel Etienne (Seitoung) qui publie des fanzines et dont la philosophie artistique a toujours reposé sur le DIY (do-it-yourself), Dominique De Beir propose de nouvelles expérimentations qui engagent le regard au delà de la surface, une évocation immédiate aux paysages stratifiés et sous-sols éreintés. » (Galerie R. Louin).

Vernissage le  dimanche 2 décembre à 15 heures, autour des Editions Strandflat qui publient des fanzines autour des pratiques artistiques do-it-yourself, et de Friville Editions fondées par D. de Beir. Annexes et Digressions 2 est le second volet d’un cycle d’événements dans 5 lieux différents:  artothèque de Vitré, galerie Réjane Louin Locquirec, galerie Jean Fournier Paris, Frac Provence-Alpes-Côte-d’Azur Marseille et galerie 604 Busan (Corée).

L’exposition a été prolongée du 17 janvier au 24 mars.
Du 2 décembre au 17 janvier, samedis et dimanches, 14h- 18h. Horaires particulier pendant les vacances de noël. Galerie Réjane Louin, 19 rue de l’église, 29241 Locquirec. Tel.02 98 79 36 57 //  06 60 17 54 53.