La Tour de Babel, V. Pagava, 1959, ACVP

“Cette exposition rend hommage à six artistes étrangères, nées “ailleurs” ou hors métropole, arrivées en France entre 1920 et 1950, à travers une cinquantaine d’œuvres : Marta Pan, Simone Boisecq, Charlotte Calmis, Juana Muller, Véra Pagava, Judit Reigl. Une oeuvre de Marta Pan (1923-2008), Les Lacs (1988),est par ailleurs visible rue de Siam.
L’exposition permet de (re)découvrir des artistes femmes dont on s’étonne que le travail de haut niveau ait pu, pour certaines, être oublié au fil du temps. Mais les lois du marché ne favorisent pas les femmes, privant les amateurs d’une grande variété artistique. Les œuvres judicieusement choisies donnent une belle idée de l’originalité de chacune. 

Tous les jours, 10h-12h et 14h-18h, sauf le dimanche matin, et le lundi toute la journée. Petit catalogue bien fait en français, breton, anglais, à 5€ (écrit un peu petit pour les myopes).
Musée des beaux-arts de Brest, 24 rue Traverse.

Jean-Marc Nicolas

Cette année, pour son exposition estivale Place aux arts ! la ville de Fougères invite trois artistes représentatifs de trois courants de la sculpture contemporaine, reconnus au niveau national et international :
Lilian Bourgeat est un plasticien qui travaille sur le sur-dimensionnement des objets du quotidien. Son objectif : surprendre le spectateur, transformer le banal en insolite et brouiller les pistes de la perception.
Olivier De Coux est passionné par les sculptures métalliques. Il crée des œuvres changeantes à la lumière du jour, par la matière du métal dont la teinte se modifie avec le temps.
Jean-marc Nicolas est un artiste complet ; costarmoricain, paysagiste-concepteur, photographe et graphiste. Sa spécificité : créer à partir d’un dialogue entre un lieu, un contexte singulier et quelques images souvenirs.

Place aux arts ! Dans le jardin public  de Fougères (56), sur trois niveaux (il faut marcher…) et qui offre une belle vue sur le château et le quartier médiéval. Accès libre de 8h à minuit.

En marge de l’exposition Je vous le dessine par La Poste. Lettres de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen, Raphaëlle Peria présente de nouvelles productions inspirées par le lieu. Durant ses balades quotidiennes dans le jardin, elle a photographié une souche de champignons. Elle a ensuite, selon une technique personnelle, gratté la matière photographique avec des outils de gravure et formé des motifs qui donnent à l’image profondeur et volume et une forme d’étrangeté. « La mémoire efface, déforme, met d’autres images en surimpression, dit-elle; c’est ce que j’ai cherché à traduire plastiquement ».

Cette technique du grattage a été également expérimentée par Y. Jean-Haffen sur des dessins à l’encre de chine sur carton. Y. Jean-Haffen (1895-1993) a débuté sa carrière dans le tournant des années 1920. Elle travaille aux décors de paquebots, d’architectures, elle illustre plusieurs ouvrages et pratique l’art de la céramique. L’exposition Je vous  le dessine par la Poste présente une sélection des lettres qui sont adressées par Méheut (1882-1958) à Y. Jean-Haffen , sa collaboratrice et amie, ornées et rédigées, avec les réponses de celle-ci.
Jusqu’au 29 septembre, tous les jours, de 14h à 18h30.
Musée Yvonne Jean-Haffen, 103 rue du Quai – Dinan. Entrée payante : 4,50 euros ou 2,50 euros en tarif réduit. Tél. 02 96 87 90 80

Coudrage de C. Calmis (1954)

L’exposition présente des œuvres réalisées par des femmes, du Moyen-Age à nos jours (peinture, sculpture, dessin, installation). Elle entend mettre en lumière la fonction émancipatrice de l’art. Plus de 80 œuvres se déploient à travers cinq grandes thèmes :
Comment se libérer de sa condition féminine en bravant les interdits ? En quoi la représentation de soi  peut-elle prendre une dimension politique en faveur de la reconnaissance  des femmes peintres ? Comment renaître de la violence subie – sexuelle ou politique – en devenant artiste ? La remise en question de la vision stéréotypée des genres par l’art textile, et la question de la spiritualité en art, source d’énergie créatrice pour de nombreuses artistes. Le musée ne donne pas les noms des artistes exposées.

Vernissage le 28 juin à 18h30.

Du mardi au vendredi de 10h à17h. Samedi et dimanche de 10h à 18h. Fermé le lundi et les jours fériés. Musée des beaux-arts de Rennes, 20 quai Emile Zola, 35000 Rennes.

Après avoir reçu quatre sculpteurs de granit l’été dernier, la nouvelle exposition estivale, SculpteurEs #2, imaginée par le centre culturel Le Cap réunira cette fois-ci 4 sculpteures bretonnes : Annelise Nguyên, Anaïs Dunn, Gislaine Trividic, Jantien Kahn.
“Une invitation à l’exploration, à l’éveil des sens, au contact d’œuvres uniques, de matériaux résistants et complexes, mais à la fois légers, fragiles, façonnés, mis en scène par ces artistes imprégnées par leurs démarches engagées” (citation de la présentation du centre).
Vernissage, le vendredi 28 juin 2019, à partir de 17h30.
attention aux horaires:
du 9 juillet au 31 août : mardi 14h-18h, mercredi 10h-12h30 et 14h-18h30, vendredi 12h-18h, samedi 10h-12h30, fermeture mardi 14 août.
Jusqu’au 6 juillet et du 2 au 28 septembre : mardi 15h-18h, mercredi 10h-12h30 et 14h-18h30, vendredi 12h-18h, samedi de 10h à 17h.
Centre culturel Le Cap, 6B, rue de la Croix 22190 Plérin-sur-Mer. Tél. 02 96 79 86 00  lecap@ville-plerin.fr.

Marie-Jacques Massol privilégie les toiles issues de la mémoire bretonne, soit des scènes de la vie maritime, soit de vieilles photographies transformées en peinture. Deux palettes dominent, le gris et le sépia. Deux techniques, celle du glacis, alterné avec l’empâtement. Ce dernier, elle le réserve aux figures, qui sont ombrées de sorte qu’elles prennent un relief sculptural, comme celles du peintre italien Campigli (1895-1971). Les glacis sont consacrés aux vides, mer, lande, ciels.
Vernissage le vendredi 28 juin 2019, à 18h.
Du 29 juin au 12 octobre 2019. Juillet  et août : du lundi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30. Septembre et octobre : du mardi au samedi de 14h à 18h et les jeudis et samedis de 10h à 12h30 – Entrée libre.
Chapelle des Ursulines, place des patriotes, 22300 Lannion.

La nouvelle exposition de Rodolphe Le Corre est consacrée cette année au Cap Fréhel. “« Mon travail, écrit-il, débute très souvent d’une observation de mon environnement quotidien […] Comment faire sourdre du sujet la peinture qu’il recèle ? Ces paysages de Bretagne ou de Suisse sont naturellement autant de prétexte à la peinture. »
Pour cette exposition, R. le Corre a réalisé un livre d’artiste composé de 5 gravures sur linoléum accompagnées de poèmes de Henri Droguet.
Livre d’artiste Cap Fréhel : format à l’italienne 33x22cm, 10 p. 5 linogravures sur Velin d’Arches accompagnées de poèmes de Henri Droguet.  10 exemplaires. Prix: 220 €.
Pour les retardataires, l’exposition est prolongée jusqu’au 31 août, 18h. Ouvert les mardi, jeudi, vendredi, samedi de 14h30 à 18h30.
Galerie Ombre et Lumière, 49 rue Georges Clémenceau, 35400  Saint-Malo / Saint-Servan. Tél. 06 32 86 19 94. 

Marion Zylberman, avec une quarantaine de peintres, contribue à l’exposition collective “Infinies lumières de Bretagne”. M. Zylberman concentre une grande partie de sa démarche sur la question du trait, s’efforçant de traduire les variations rythmiques de la pluie, des vagues, les lumières nocturnes… Son trait donne lieu à une grande diversité de tempi ; nerveux, agité, bouillonnant ou plus large, il amorce un vaste mouvement, inéluctable, envahissant. Il englobe, parfois, la côte, l’horizon, le ciel, des parties de l’océan, comme si l’eau les avait annexés, prête à les engloutir. Elle communique volontiers ses œuvres sous forme de carnets de voyage. Vous l’avez compris, on aime bien le travail de M.Zyberman. Vernissage le samedi 29 juin à 18 h. Tout savoir sur l’expo et un peu plus….

Maison des Traouïero, 76, rue Gabriel Vicaire, carrefour de Ploumanac’h 22700 – Perros-Guirec – 02 96 91 44 93. Attention aux horaires.

Fabienne Picaud est un maître verrier contemporain. Elle s’est fait connaître par des créations et compositions, combinant les diverses techniques du verre avec des matériaux comme l’acier ou la fonte d’aluminium. Fabienne Picaud a reçu de nombreux prix et ses pièces font l’objet d’expositions internationales.
La poterie du Légué où elle expose se situe dans un bâtiment datant de la fin du XVe siècle. C’est l’atelier de Etienne Huck qui réserve un étage de son bâtiment à des expositions temporaires depuis 1992.

Vernissage conjoint avec l’exposition des 4 sculptrices au centre culturel Le Cap, le vendredi 28 juin à partir de 17h30.
Du 6 juillet au 15 août 2019. Tous les jours de 15h à 19h, sauf le dimanche. 
Poterie du Légué, 1 rue de la Poste, 22190 Plérin. Tél. 02 96 33 81 02.

“Je peins une nature tachée, qui bave. Mes images sont des ombres, des restes fugitifs, des mémoires brouillées, témoins de traces rendues indélébiles. Ce sont des prophéties d’un monde qui fuit.”  A. Gautron utilise une technique particulière qui mêle peinture acrylique et papier.  “Le papier, en absorbant l’eau, ralentit le séchage de l’acrylique et me permet ainsi de manipuler la matière, de la frotter, de la plier ou de l’arracher, de la faire couler, de la déplacer ” explique-t-il sur son site.

Vernissage le samedi 22 juin, à partir de 15 h.

Du 25 mai au 27 juillet 2019. Tous les jours, du mardi au dimanche, de 15 h à 18h30.

Galerie Reg’Arts, 3 bis av. du Gal de Gaulle 29890 Brignogan-Plages.

Installée depuis plusieurs années dans les Côtes d’Armor, la néerlandaise Jantien Kahn explore toutes les qualités que peuvent lui offrir les pierres, tirant parti dans ses sculptures aussi bien de leurs rugosités, accidents, que des particularités de leurs veines. C’est pourquoi elle porte une attention toute particulière au choix des pierres, qui deviennent pour elle comme un organisme vivant. Jantien Kahn les travaille tour à tour au burin ou bien procède à un minutieux polissage, ce qui lui permet d’obtenir des textures très diversifiées, mettant en relief leurs particularités de structure et leurs nuances de couleur, en écho à ce que l’on peut découvrir dans le milieu naturel, notamment en Bretagne. Les œuvres de J. Kahn sont souvent de dimension relativement modeste, comme si elle cherchait, à partir d’elles, à favoriser un contact plus direct, plus physique avec le spectateur, par delà l’aspect monumental que revêt fréquemment l’art sculptural.

L’exposition Siècle propose une immersion dans le temps. Chaque artiste présenté dévoile une réponse, une perception ou un questionnement qui nous amène à reconsidérer nos acquis avec la durée, la fréquence, la chronologie ou notre propre échelle de temps. L’expérience du temps devient ici matériau, sujet, support, voire même mirage. Commissaire d’exposition : Franck Mas. Les artistes présent sont : Laurent DEROBERT, Vincent DULOM, Guillaume LINARD-OSORIO, Frédéric MATHEVET, Colin ROCHE, Denis THOMAS et Anne-Charlotte YVER.

Du samedi 20 juillet au dimanche 22 septembre, de 14 h à 19 h. Vernissage le samedi 20 juillet à partir de 18h.
La Tannerie 29 rue du Roudour, 22 140 Bégard, un espace dédié aux rencontres entre l’art contemporain, le design et les projets sur l’espace au sens large. 
Tél : 02 96 13 12 45 / ader.latannerie@gmail.com

Danielle Le Bricquir base son œuvre picturale et sculpturale sur une interprétation personnelle de grands mythes celtiques, dans un esprit de fiction onirique libérée de tout souci de réalisme. C’est ainsi que sa représentation des animaux se charge par exemple de résonances symboliques. Elle dit apprécier toute métaphore propre à souligner le caractère poétique de sa peinture, « laquelle rend visible ce qui ne l’est pas ».
Tout l’été, elle exposera sous les Halles de Guerlesquin,150 œuvres, peintures et sculptures, ce qui représente une sorte de petite rétrospective avec des travaux récents et anciens (toiles cousues). Vernissage le vendredi 28 juin à 18 heures. Gratuite, ouverte tous les jours de 10 h à 13 h et de 14 h à 18h, l’exposition aura lieu du 1er juillet au 31 août 2019.
Guerlesquin est dans le Finistère, au sud-est de Morlaix.

Julie Bellec :”Mon passé de styliste et mon appétence pour la culture de la terre m’ont naturellement dirigé vers la pratique de l’argile. Aujourd’hui, ce n’est pas tant de créer qui m’anime que de fabriquer une pièce, de justifier son prix, de donner une valeur au travail de la main. Il y a aussi quelque chose comme la place de homme dans son environnement, une sorte de besoin d’appropriation. Je cherche à faire sens dans le processus du travail de la terre”.

6, la guinebaudière, 35760 Saint-Grégoire ; tél 06-80-30-66-35;  ceramiste@juliebellec.fr

Claire Albrecht : “Géographe de formation, j’ai d’abord étudié la terre sur les courbes topographiques des cartes. Puis c’est en mettant mes mains durant plus de sept années au service de l’art floral que j’ai travaillé pour de grandes maisons parisiennes. À la terre viennent alors s’ajouter les couleurs et textures qui enrichissent mon vocabulaire artistique et aujourd’hui, mon univers de céramiste tourne essentiellement autour du végétal. Je développe une collection de céramique fabriquée en petites séries au tour puis parfois au moule. Travaillant essentiellement le grès, je fabrique mes émaux”. Adresse : 95 route d’Auray, 56550 Belz ; tél 06 21 49 04 09. alb.ceramique@gmail.com

Aude Clabé: “Autodidacte, j’ai découvert le travail de la terre en 2009. Après un stage au cnifop, j’ai fait mes premiers pas céramiques chez Marie Laure Bretel (2010), Gilles Foray (2012) puis Grégoire Heitzmann (2011-2017). Je démarre ma production début 2018 avec des pièces en grès blanc engobées et sgraffitées. Ma production évolue maintenant vers des réalisations en terres mélées. Je continue à me former au gré des rencontres et opportunités. Mon atelier est installé à Nouvoitou, pour le moment dans une maison partagée avec d’autres artisanes créatrices”. 
1, Malabry, 35410 Nouvoitou. Tél. 06.32.11.45.74. Atelier, 8 ter rue des Loges, à Nouvoitou. aude.clabe@laposte.net. 

 

 

Atelier Terre de Marine : “Je travaille le grès utilitaire et décoratif. J’utilise l’émail et l’engobe ; ce dernier me permet de créer une décoration “unique” sur chaque pièce grâce à la technique du sgraffito. Je n’ai pas d’atelier ouvert au public, ni de salle d’expo, par contre vous pouvez me retrouver dans une boutique sur Lannion, ainsi que sur etsy (boutique en ligne)”.

15 Konvenant Gwenn 22140 Bégard.

 

Pratiquant une forme de land art, Emmanuelle Briat ramène des végétaux dans son atelier, divers types de bois (merisier, érable, orme, platane, if), voire des feuillages fanés, explorant aussi bien les racines que les troncs et les branches des arbres. es œuvres (qui incluent dans certains cas des scénographies in situ) sont parfois délibérément éphémères, laissant agir le temps. Par exemple à partir de lierres en suspension, elle tisse des sphères végétales. Tirant parti de la tension des lianes, du cercle du houx, du tissage du phormium, elle fait en sorte que les matériaux naturels se plient à ses gestes, cherchant avant tout à saisir et accompagner le rythme de leurs mouvements : « La nature me dicte, je suis guidée par la forme du végétal […]. Mon objectif est la mise en relation de l’art et de l’environnement, de l’homme et du végétal : créer un dialogue par et pour le végétal ».

Benoît Sicat se définit comme un artiste indisciplinaire, c’est tout aussi bien un plasticien-jardinier. Ses œuvres picturales, sculpturales et photographiques investissent les espaces publics les plus divers. Sur invitation de la Ville de Lorient, il a conçu et créé une série d’abris insolites, à mi-chemin entre tente et cabane, à explorer, une exposition participative et tout public autour des cabanes et autres micro-architectures. 
« Je propose, écrit-il sur son site, de partager des espaces de jeu, de construction, de manipulation, de métamorphose et de composition. Mes constructions sont en kit, habitables ou modulables… elles sont lumineuses, musicales, volumineuses ou bancales.»
Du 29 mai au 21 juillet, du mercredi au dimanche, de 14h à 19h.
Maison de l’Agglomération, Quai du Péristyle à Lorient. (lieu de transfert temporaire des expositions de la Galerie du Faouëdic).

Le peintre Jean Grisot propose d’ouvrir au public une partie de son atelier sur rendez-vous. Cet atelier est entouré d’un jardin botanique de création récente faisant partie de la visite. Il y a quelques années, Jean Grisot et son épouse Yanyvone Grisot, ont construits dans le sud de la France un jardin botanique, labellisé par la DRAC Jardin Remarquable: “Le Vallon du Brec”. Ce jardin est original par la création d’édifices en bois peints et de “fabriques”.
Revenu en Bretagne, le couple entreprend la création d’un autre jardin “Le Jardin de Saint-Efflam” près de Pontivy. «Le fil conducteur pour moi, dit J. Grisot, est, depuis le début, “le  jardin” sa construction, son architecture, son impact dans le milieu “naturel”, et bien entendu l’association des végétaux, par leur nature, leurs couleurs, leurs formes». Le jardin entoure un atelier partagé par le peintre et Yanyvone Grisot qui expose ses photographies et peintures sur photographies. Il est ouvert au public sur rendez-vous.

Saint-Efflam, 56160 Langoelan. rv par téléphone au 02 97 28 82 49 ou par mail : grisot.jeanpierre@orange.fr.

Exposition des peintures “Près-Loin” de Jean Luc Bourel et présentation du film qui porte le même nom de Bénédicte Delesalle, les mardi et mercredi 9 et 10 juillet en présence de la réalisatrice et du compositeur Mathieu Bonilla. L’exposition fait le lien avec la projection du film (8 juillet) dans le cadre du Petit Festival, qui se déroule du 7 au 13 juillet et associe musique et lieux du patrimoine dans le pays de Morlaix et le Trégor.

Vernissage de l’exposition le samedi 6 juillet à 18 h 30.
Exposition du 7 au 14 juillet, tous les jours de 15 à 19h.

Manufacture des tabacs, atelier Yvon Follorou à Morlaix, 41 Quai du Léon, 29600 Morlaix.

Francis Haye (1943-2011) est un artiste peintre et sculpteur contemporain reconnu, nous dit la présentation très succincte de l’exposition qui présente une partie de ses œuvres, mais sans beaucoup de reproductions. Il est par ailleurs difficile de trouver une documentation sur internet à propos de F. Haye, sauf de temps en temps sur les sites de vente. C’est dommage, parce qu’il est vrai que les quelques reproductions entre-aperçues semblent intéressantes.
« Huiles sur toiles ou bois, sculptures de terre ou de métal, l’évolution de l’artiste est restée indépendante de tout mouvement artistique et démontre une volonté d’expression «uniquement par la couleur ou presque», (Extrait d’un article du télégramme, mars 2011)
Du 14 au 30 juin 2019, tous les jours sauf le mardi, de 10h30 à 12h30 et de 15h à 19h. A vérifier.

Le Présidial, 13bis rue Brémond d’Ars, 29300 Quimperlé. Contact mairie : 02 98 96 37 37. Ou auprès de la fille de l’artiste : 06 89 43 9 603 ou hayecath@gmail.com.

Compressions et sculptures 

L’art et la créativité ont toujours fait partie de l’univers d’Alain le Hérissé, même dans l’exercice de sa profession de géologue au CNRS à Brest. À partir de papier recyclé et de bois récupéré sur les cageots, il compose des assemblages, à plat ou en volume, qui se complètent dans une relecture du réel : « Je me réapproprie des matériaux bruts et simples, dans une démarche de prolongement de leur durée d’usage et d’économie circulaire créative ».

Du 3 au 29 juin 2019. 10h -19h et en soirée les jeudi, vendredi, samedi. Café Fleuriot, 37 rue Louis Pasteur. Brest. Son travail est rarement visible, ne manquez pas d’y jeter un coup d’œil.

Vient de paraître Dialogues contemporains avec Jean-Yves Bosseur d’Anne-Marie Minella (c’est moi). C’est une présentation des collaborations les plus récentes du compositeur avec d’autres artistes (une vingtaine) : peintres, vidéastes, metteur en scène, auteurs, artistes sonores.
Bosseur étant d’origine bretonne, Le livre fait la part belle aux artistes bretons, même si tous n’ont pas pu être pris en compte faute de place : Vonick Caroff, Thierry Le Saec, Yves Picquet et Michel Remaud pour les plasticiens, Paol Keineg, Gilles Baudry pour les auteurs, le conservatoire de Vannes avec Guénolé Keravec, sonneur, pour la musique bretonne.Au-delà de la région bretagne, sont également abordées des collaborations avec des auteurs comme Beckett, Butor, Hélène Dorion, Vera Molnar, des musiciens comme Daniel Humair…

L’intérêt est de montrer que la musique contemporaine, même si elle est discrète, peut s’entendre hors des salles de concert dans les situations les plus variées. Chaque collaboration est présentée au travers d’un entretien avec le compositeur et son interlocuteur qui font comprendre les échanges de l’intérieur. Plusieurs illustrations donnent une idée des formes que prennent ces collaborations. Le livre n’est pas réservé aux spécialistes, l’auteur a fait ses meilleurs efforts pour qu’il soit accessible à tous ceux qui s’intéressent à la musique et à l’art de notre temps.

Accords de lumière, V. Caroff, J.-Y. Bosseur. 2013 © V. Caroff

Ville Sauvage, T. Bernard, soubassophone. 2017 © D. Chiesa

Flux, film partition de C. Le Talec, composition musicale J.-Y. Bosseur. 2017 © C. Le Tallec

L’année dernière ils étaient 8, cette année ils sont 30. 30 artistes qui, dans la venelle des Cent Marches, l’escalier qui monte vers ou descend de la gare de Morlaix, investissent la rue, les rez-de-chaussée et les jardins privés des riverains.
L’association Don’t acte, à l’origine de cet événement, explique que « L’originalité de cette manifestation est de conduire le public vers les différents pratiques artistiques (peinture, installations, projections, rencontres-lectures de poètes et écrivains) par le biais de la découverte d’une rue, de ses habitants, le charme de ses maisons, la beauté de ses jardins offrant des points de vue inattendus sur la ville. » L’accès aux lieux est gratuit, samedi et dimanche de 13 h à 19h. Localiser les 100 marches.
Vernissage le samedi 29 juin, à 12h.
Vendredi 28 juin à 20h30, soirée inaugurale dans le chantier de SEW, le chantier de réhabilitation de l’ancienne Manufacture de Tabacs, 41 Quai du Léon, 29600 Morlaix.

Tout savoir sur le vernissage, la soirée inaugurale et les 30 artistes. Renseignements aussi au 02 98 88 43 98. 

Au cœur de Rochefort en terre, Amélie Clermont vous accueille dans son atelier & showroom de céramiques au design contemporain et cosy. Une multitude de collections aux looks différents mais un fil conducteur: le lien qui se tisse entre cet objet unique et vous.Toutes les pièces, en grès ou en porcelaine ont été façonnées (tournage, à la plaque, modelage) sur place, à la main dans la tradition de la céramique artisanale française.

L’atelier d’escampette, 1 rue de l’Etang 56220 Rochefort en Terre

tél: 06 71 85 28 37

“Je travaille principalement la porcelaine, pour la plupart de ma production, au tournage. Une fois tournassée, j’aime l’engober, la graver ou la décorer à l’oxyde après le biscuit. Le tournage est hypnotique. La blancheur et finesse de la porcelaine viennent encore accroître ce sentiment d’apaisement. Le décor prend une place importante dans mon travail. Colorer les pièces partiellement avec des engobes, graver la matière. Ces étapes sont grisantes car il faut maîtriser le temps qui passe, pour trouver le moment idéal où l’on doit agir sur la pièce. Je crée principalement des pièces utilitaires. J’aime imaginer que ma vaisselle fasse partie de notre quotidien. Je tourne des bols, tasses à café et mugs en petites séries, des saladiers et plat de service également… J’aime l’objet pour ce qu’il est ! Il vient appuyer notre personnalité, embellir notre intérieur, nous évoquer des souvenirs. Je tourne aussi des vases, des bibelots, des pièces uniques que me permettent d’échapper aux strictes dimensions des petites séries, et ça fait du bien !”

Atelier  CECILON CERAMIQUE : 8  rue de l’Entente Cordiale,56100  Lorient ;tél. 06 42 67 00 05 ; dupre.cecile@ymail.com

Véronique Henneuse: “D’un voyage outre atlantique, l’envie de me tourner vers la terre s’est concrétisée. J’ai suivi une formation professionnelle à Créamik, auprès de Matthieu Lièvois : tournage, pratique des émaux…
Dans mes créations, objets du quotidien, je tente de retrouver les couleurs des eaux et forêts des terres caraïbes qui m’ont inspiré ce nouveau métier que j’aime partager”.

Poterie Pot-en-Ciel -Véronique Henneuse- La Grionnais 56130 Saint-Dolay

veroniquehenneuse@orange.fr

 

Catherine Trochu: “Ce qui caractérise mon travail est une recherche et une réflexion sur les formes et le mouvement. Je travaille le grès ou la porcelaine dans un échange permanent avec la matière, la laissant me guider mais lui imposant également mes désirs. Lorsque je commence à façonner une pièce je sais ce que je veux mais je laisse également parler mon instinct. Je me joue parfois de la gravité et utilise les caractéristiques des terres, quitte à les pousser à leur extrême limite. Le résultat est un mélange entre mon désir initial, mon échange avec la terre et ma part sensible. Chaque pièce est unique”.

2 Avenue Louis Barthou, 35000 Rennes ; tél : 06 79 70 70 80.

Mail:contact@cat-trochu-ceramic.com. site : http://www.cat-trochu-ceramic.com/

Laure Zürcher : “Potière et céramiste travaillant le grès et la porcelaine à haute température, j’axe mes recherches autour des contenants et des bijoux inspirés par la mer et la nature dans ce qu’elle nous offre d’irrationnel, d’authentique et de méditatif. Je donne également des cours autour du tour et de l’exploration de cette matière complexe et exigeante. Également à travers les techniques de la plaque, du nérillé, et du pincé principalement, auprès des enfants et des adultes pour les reconnecter avec leur imagination et leur fierté personnelle à réussir des pièces pérennes et utilitaires.

Les Ateliers de La Ville Besnard, Route de Saint-Coulomb, 35400 Saint-Malo.
​tél : 06 61 38 22 96; Laure.z29@gmail.co

Dans son petit magasin, adossé à son atelier, le bruit de l’eau qui ruisselle de vasques en vasques vous met dans l’ambiance. Les créations de Gilles Le Goff sont à son image : discrètes et pleines de subtilité.

11 rue Maréchal Joffre, 22200 Guingamp ; tél 02 96 43 03 29 / 06 70 03 25 63
gilleslegoff4@wanadoo.fr