Focus

Yvon Daniel, les rythmes de la nature

C’est en 1976 qu’Yvon Daniel rencontre Jean Bazaine, événement décisif pour lui, même si son itinéraire ne s’inscrit pas explicitement dans son sillage. Ses œuvres (peintures et pastels) sont largement basées sur la prégnance du geste et le dynamisme des couleurs, elles entretiennent des relations intenses avec les rythmes de la nature. Cet intérêt pour la puissance et la sensualité de la couleur l’a conduit à créer des vitraux, par exemple pour la chapelle Saint-Antoine à Guiscriff, dans le Morbihan, (voir la video  “Genèse d’un vitrail”) ainsi que des bas-reliefs polychromes. Comme l’écrit Bernard Berrou, Yvon Daniel a choisi de s’engager dans « la voie difficile, solitaire de l’abstraction informelle, du monde incarné, miroirs de chaos, d’abîmes, échos lointains du monde visible ».